29 avril 2018

Ils sont venus pour toi

Ils sont venus pour toi Sont tous autour de toi. Il y des jours comme ça, que l’on a bien choisis Pour être tous ensemble, pour être entre amis Pour être en famille, vous m’avez bien compris Pour fêter un moment, qui a pour nous du prix. Aujourd’hui on est là pour ton anniversaire Un jour qui n’est en rien, tu sais bien ordinaire Car Yves est pour nous un ami, un père, un frère  Bien d’autres choses encore, toi qui nous es si cher. Certes on va te fêter, c’est la moindre des choses Mais on ne t’enverra, pas que... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 10:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 avril 2018

Transi

  Transi. Je n’ose point vous dire, tout ce que je ressens Car cela est trop fort, en un mot comme en cent Comment alors traduire ainsi mes sentiments Sans risque de trahir, ma flamme et mon sang. Tous les jours je vous frôle, je sens votre parfum Sans doute que son rôle est de plaire à chacun Je rêve malgré tout, qu’il soit sur vous pour moi Devinez donc un peu, quel peut être mon émoi. Tous les jours je vous vois, aller de ci, de là Et chacun de vos pas, est de danse pour moi Vous êtes aérienne, vos gestes... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 10:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 avril 2018

La mesure des mots

La mesure des mots Si je vous prend au mot, ce n’est rien de le dire Encore me faut-il étayer mon propos Il y a mot et mot et par là je veux dire Qu’il n’ont même mesure, quel est le poids des mots ? D’abord ceux qu’on prononce, sans même y penser Juste pour échanger, sur les choses banales Ceux dont on a besoin, qui sont indispensables Mais qui ne pèsent rien, tant on les a usés. D’autres sont bien plus rares, et peu utilisés  On est est très avares, ils sont trop compliqués  Seuls quelques esthètes, font... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 10:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 avril 2018

Chasse au trésor

Chasse au trésor  Alors que passe au loin une étrange chaloupe Guidée par une ombre, dressée à sa poupe Nous nous faisons discrets, au sein de notre groupe  Nos pieds enveloppés, de chiffons et d’étoupe. Au ciel les teintes mauves, d’une nuit un peu glauque Renforce cette gêne dans nos gestes interlopes, Le passage est risqué aux lueurs de la lune Beaucoup se sont perdus, au cœur de la lagune. Les traîtres marécages résonnent de ces bruits Que font mille crapauds quand arrive la nuit On perçoit la succion de... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 10:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 avril 2018

Mille petites choses

  Mille petites choses. Un reflet sur la vitre, un éclair fugitif Le moment est passé, jamais il n’est captif Les bonheurs sont ainsi, ils sont plutôt furtifs Ils frôlent notre vie, sur leurs fragiles esquifs. Un soupçon de caresse, si loin de ce qui blesse  Notre peau électrique aimerait qu’elle ne cesse Pour qu’elle me revienne, je dirai mille messes Pour ce battement d’ailes, mais elle ne se presse. Un mot bas murmuré, mais si doux à entendre Pour le voir répété, je ne puis plus attendre Ces paroles si... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 10:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 avril 2018

Tels des hommes en cage

  Tels des hommes en cage Un pied en équilibre, le cul entre deux chaises Où oiseau sur la branche, surtout pas de malaise  Toujours un peu instable, la vie à cloche-pied  Sont rares les moments, où vraiment on s’assied. On court après son ombre, la tête remplie de nombres La vie ne se déchiffre, c’est vrai qu’à coup de chiffres Passer en un instant, du grand soleil à l’ombre On a si peu de temps, et alors on s’empiffre. Courir si on le peut, sur cette corde raide En piètre équilibriste, il nous fait un... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 08:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 avril 2018

Le film de sa vie

  Le film de sa vie Camera de recul, zoom arrière le but Sans même un calcul, ce depuis le début  Un regard distancié, et sans aucun effet Une vue d’un peu loin, pour que ce soit parfait. Pour porter sur sa vie l’appréciation d’autrui Il faut de la distance pour en cueillir le fruit Il faut de la patience, plus de l’indifférence  Pour observer sa vie et en toute conscience. Pour être un jour cet autre, un presque étranger  Qui seul pourra vous dire, ce qui l’a dérangé  Dans ce parcours... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 08:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 avril 2018

Quelques traits sur le papier

Quelques traits sur le papier. Aujourd’hui mes doigts sur la page, au lieu d’écrire ont dessiné  Des traits quelque peu improbables, d’où un petit homme est né  Lui ont-ils aussi insufflé une âme, cela j’avoue point ne le sait Mais le bonhomme pas très sage, m’a fait très vite un pied de nez. Mes doigts l’avaient sortis pourtant, de ce néant où il était  Le bonhomme n’est un géant, mais bien rebelle pourtant il est  Ainsi l’homme est né sans doute, de quelque Dieu un peu distrait Et aussitôt s’est mis... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 08:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 avril 2018

Dur comme fer

  Dur comme fer Certain, coquins, l’ont célébré Ils l’ont même je croie, chanté On le prétend barreau de chaise  Afin qu’en rien il ne déplaise  Peu le diront, mou, paresseux Il l’est quand ils ne sont heureux Ils le voudraient au garde à vous  Et pas piquer du nez à bout. Toute leur vie le croient glorieux Il l’est peut être à leurs yeux Au point qu’ils se pensent des dieux Jusqu’à hélas qu’ils soient trop vieux Sur ce point lorsqu’on interroge Celles dont ils souhaitent l’éloge Elles ont... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 08:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 avril 2018

Un jour viendra

Un jour viendra. Il viendra bien ce jour où toute honte bue Les tyrans des agneaux seront tous devenus Où le ciel offrira mille vols de colombes Au lieu qu’on voit pleuvoir en tous lieux tant de bombes. On y croit à ce jour où l’argent en fumées  Disparaît sous nos yeux, ce n’est conte de fées Où la fièvre vorace qui consume les hommes Ne laissera de traces plus que fait une gomme, On espère ces temps où seul l’amour vivra Là dans le cœur de ces hommes qui n’étaient que des rats Où la paix régnera qu’il n’y aura... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 08:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]