21 février 2018

Facétieuses

  Facétieuses  Posées là lettres noires, sur la surface blanche Comme on voit les oiseaux, silhouettes sur branches, Vont elles s’envoler, dans ce souffle qu’exhale L’idée qu’elles attendent, telle est saisie la balle ? Ce ne sont que signaux, inertes sans ce sens Que leur donne l’élan, qui en sera l’essence, La flamme inépuisable de cette inspiration Qui mettra de la vie, là où étaient des pions. Pourquoi cet ordre là, cette combinaison Il y avait tant de choix, serait ce enfin le bon ? Il y a de la... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 17:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 février 2018

Au temps des troubadours

  Fable de tous les temps et de tous les pays Au temps des troubadours En des temps reculés, des châteaux et des princes Où le moindre hobereau voulait tenir sa cour Étaient les bienvenus, les gentils troubadours Pour égayer les jours, les plaisirs étaient minces. Il advint qu’un beau jour, arriva au château  Peu importe son nom, mais il était très beau Un flambant ménestrel, dans de très beaux atours Bien plus que n’en portaient, alors, les troubadours. Le seigneur fut flatté, d’avoir ce visiteur Lors il... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 17:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 février 2018

Reviens-nous poésie

Reviens-nous, poésie. Pourquoi la poésie, n’a plus comme antan La force qu’elle avait, auprès de tant de gens Pourquoi les mots qu’elle porte, ne sont plus entendus Ne franchissent la porte, en est-elle exclue ? Ne serait-elle plus qu’une langue savante Prisée par une élite qu’encore elle tente ? Alors en aucun cas il ne faut l’enfermer Dans des codes rigides qui peuvent rebuter, Elle peut, j’en suis sûr, parler au plus grand nombre Pour leur conter la joie ou des choses plus sombres Elle peut aller au coeur de nos... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 10:15 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
20 février 2018

Mers et montagnes

  Mers et montagnes Qui n’a chanté la mer, l’océan et la vague Ne faut-il pour cela être un peu marin ? Qui n’a senti l’écume, la force des embruns La voile par le vent, gonflée quand on la cargue ? Pour ma part je l’avoue si je les imagine Je n’en ai connaissance qu’à travers de beaux livres Ceux qui m’ont fait rêver aux îles grenadines Ou d’être un pirate parmi des marins ivres. Ma terre d’élection est plutôt la montagne Dont les vagues figées me font beaucoup moins peur Dont les cimes altières, parlent plus à... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 10:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 février 2018

En ville

En ville On vit souvent en ville sans regarder le ciel Tant on est attiré par ce qui nous entoure  Que ce soit dans les rues ou bien entre les tours Quand tout autour de nous est si artificiel. Quand ce n’est pas le nez penché sur un écran Ou plongé dans un livre assis, indifférent  Dans un bus, un métro, un taxi tout autant C’est ainsi que souvent on y passe son temps. C’est en ville qu’on court bien plus qu’à la campagne Car tout y est urgent que notre vie réclame  On a si peu de temps entre boulot,... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 10:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 février 2018

Au pays des scarabées

  Fable de tous temps et de tous pays Au pays des scarabées. Dans ce coin de campagne assez bien isolé  Vivaient pauvres et tranquilles de jolis scarabées  De façon bien rustique, ils étaient loin de tout La nature est hostile mais y pourvoie à tout. Hélas les choses changent comme le fait le temps La rivière n’arrose plus les lieux tout autant D’autres l’ont détournée, pour s’y baigner dedans La pluie ne tombe plus, comme elle faisait avant. Un scarabée alors, bientôt deux, bientôt trois Décident... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 10:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 février 2018

Une autre époque

  Une autre époque  Dans ces cas tu t’assieds, et tu te prends la tête  Et puis tu te demandes, mais que vais-je donc faire , La vie ne t’apparaît, plus trop comme une fête  Tu as hélas pour toi, l’âge de tes artères. Oui que te reste-t-il, que l’ombre de toi même  Un corps qui peine à suivre, bien chargé de problèmes ? La force du désir, n’est plus vraiment la même  Et tu ne frémis plus, quand tu dis un je t’aime. Elle est finie l’époque des grandes aventures De tous les grands projets... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 10:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 février 2018

Poupée brisée

  Poupée brisée  Elle va se balancer tous les soirs dans le parc Et la tête baissée elle oscille dans le noir Son corps se tend parfois comme ferait un arc Quand la douleur du manque, la met au désespoir. Elle revient ici comme une mécanique Dont les ressorts grippés, lui rejouent la musique De ces temps de bonheur, où ses cheveux volaient Tandis qu’elle souriait au garçon qui l’aimait. Pauvre poupée brisée qui survit dans ce rêve  La vieille balançoire qui gémit et soulève  Tous ses chers... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 09:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 février 2018

L’epee De Damoclès

L’épée de Damoclès. Une grande envolée qui se perd en silence Un grand cri de fureur que personne n’entend On n’est jamais si seul qu’au cœur de ce qu’on pense On n’a jamais le cœur, quand le malheur vous prend. Où sont donc les couleurs qui se sont envolées ? La tristesse les prend, elles les a volées  Où sont passés les rires, ils se sont tous éteints L’ombre s’est abattue, effaçant tout entrain.  De la lumière à l’ombre, il suffit d’un clin d’œil Pas même une seconde pour qu’advienne le deuil De tout ce... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 09:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 février 2018

Le pire et le bon

  Le pire et le bon Inquiète comme un oiseau, s’agitant sur sa branche Guettant autour de lui, les dangers qui menacent Aussi vive qu’une truite, remontant le courant Dont on voit par instants, les reflets vif argent, Aussi légère que grain, balloté par les vents Ou fleur de pissenlit dans les airs s’envolant Fugace comme l’est, l’hirondelle au printemps  Lorsqu’elle virevolte, dans son ballet changeant, Colorée, chamarrée comme aile de papillon Mais fragile aussi comme l’est un flocon Joyeuse et souriante,... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 09:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]