26 novembre 2018

Tant de pourquoi ?

  Pourquoi ? Pourquoi tant de pourquoi s’il n’y a de réponses La vie contient hélas tant de choses absconses  Elle est plutôt à prendre que je pense à laisser On voudrait tant comprendre, qu’on est parfois blessé. Tout ce temps trop perdu à poser ces questions Qu’est-ce que je fais ici, ne suis-je donc qu’un pion Où va cet univers, quelles en sont les raisons N’est-il possible de vivre sans interrogations ? Quand beaucoup ont choisi d’éprouver leurs cinq sens De ressentir par eux les joies de l’existence ... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 10:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 novembre 2018

Vibrer à l’unisson.

Vibrer à l’unisson. Comment se protéger des échos les plus lourds Comment aux inquiétudes demeurer aussi sourds Comment la poésie peut-elle trouver place Dans un monde agité de propos dégueulasses ? Sans doute est-il plus que jamais nécessaire  De parler d’harmonie, de chanter les caresses  Si tu sens s’élever les vapeurs de l’enfer De parler de bonté ou de beauté ne cesse. Déjà François Villon se gaussait des puissants Déjà sa poésie portait de rudes accents Ses vers étaient chargés de stupre et d’images ... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 10:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 novembre 2018

Au secours !

  Au secours ! J’ai envie de crier au secours, au secours Quand je vois devant moi de l’avenir le cours Pas secours pour moi même, mais pour l’humanité  Par peur pas pour moi même, pour la postérité. J’ai envie de hurler, bon sang, reveillez-vous ! Nous allons dans le mur, au moins le savez-vous Vous semblez comme pris dans la lueur des phares Et restez immobiles quand le futur s’égare. Quand vous ne regardez que sur votre chemin Les cailloux à vos pieds et à portée de main Que vous ne voulez-voir cette... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 09:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 novembre 2018

Plus de sens au mot cœur.

Plus de sens au mot cœur. Dans ce monde enchanteur tant de belles images De couchers de soleil, d’abeilles qui butinent Qu’en sera-t-il demain ? Sous de plus lourds nuages  Nos âmes et nos mémoires auront l’humeur chagrine. Quand sur de grands écrans nos paradis perdus Les enfants n’en croiront pas leurs yeux à leur vue S’il y a bien encore des enfants dans les rues Si le monde n’est pas un caillou vide et nu. Oui les vents souffleront, la terre tremblera Les volcans cracheront, l’océan rugira Quelles seront ses... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 09:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 novembre 2018

Pauvre Brésil

  Pauvre Brésil. Si j’étais comme eux sans espoirs pour demain Si j’avais comme eux, eu si peur ou bien faim Si j’étais comme eux prisonnier du destin Ferais-je comme eux de la haine un festin ? Si je n’avais comme eux que peu d’éducation Si j’étais comme eux victime des larrons  Si je voyais comme eux autour de moi des riches Serais-je comme eux, la proie de ceux qui trichent ? Si l’on m’avait promis des lendemains meilleurs Si je voyais comme eux tant trahi l’électeur  Par tous les corrompus et... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 09:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 novembre 2018

Serviles messagers.

  Serviles messagers. Je ne sais plus très bien quand tout a basculé  Quand ce monde ouvert est devenu étroit  Quand les hommes ont trahi leur belle liberté  Que l’argent a partout étouffé tous leurs droits. Au lendemain des guerres il y avait tant d’espoir Ils avaient fait long feu les vieux rêves de gloire L’avenir promettait à tous plus de bonheur Des solidarités ce furent les grandes heures. Puis chacun a voulu toujours plus et encore On vit bientôt dans l’autre hélas un concurrent Qu’un... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 09:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 novembre 2018

Jouets et pantins.

  Jouets et pantins. Les peuples vont toujours vers celui qui promet Ils sont toujours déçus, pourtant ils recommencent Comme si le prochain leur offrait une chance D’améliorer un sort qui jamais ne leur plait. Lors tous les bateleurs font de la surenchère  Éveillant les passions, excitant les colères  Montrant très fort du doigt quelque bouc émissaire  Tout alors leur est bon pour susciter la fièvre. Les peuples n’ont jamais on le sait de mémoire  Ils vivent dans l’instant, ils vivent dans... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 09:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 novembre 2018

Fol espoir.

Fol espoir. Qui n’eut ce fol espoir en sa tendre jeunesse De vaincre les méchants et de changer l’histoire On se dit tous alors que l’on n’aura de cesse Sans chercher pour autant à se couvrir de gloire D’occire en ce monde, tout ce qu’il a de laid D’en chasser tout l’immonde, pour un verre de lait. Que bien naïf ils sont, tous ces enfantillages  Quant à la vérité on se livre au pillage Car l’homme est un pillard avant que d’être sage Car l’homme est un soudard, ce dès qu’il prend de l’âge  S’il y a des... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 09:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 novembre 2018

Changer le monde.

  Changer le monde Où est donc l’énergie, cette petite flamme Qui brille dans les yeux des hommes ou des femmes Qui porte leurs projets dont ils sont enthousiastes Qui les brûle si fort sans que ce soit néfaste ? Je ne la ressens plus tant je suis fatigué  Je rêve à présent bien plus que je n’agis Elle n’est plus en moi, autrefois aux aguets Cette envie de changer qui était dans ma vie. Est-ce là la vieillesse, serai-je donc usé  Aurai-je de mes forces alors trop abusé ? Où est-ce lassitude et... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 09:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 novembre 2018

Sousle halo.

  Sous le halo. Je me suis réveillé ce matin bien trop tôt  Les aiguilles me disaient retourne au dodo J’ai en moi une horloge qui m’indiquait pourtant Que de sortir du lit vraiment il était temps. Quelle est donc la lubie qui les a donc saisis Ceux qui avec nos vies s’amusent là ainsi C’est déjà compliqué d’arriver à régler  Le rythme de nos jours qu’ils viennent perturber. Je suis soudain plongé dans ce tunnel très sombre Ces moments de l’année où règnent en maître l’ombre Je me lève il fait nuit, et... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 09:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]