05 mai 2018

Au cœur de mes écrits

Au cœur de mes écrits. Je n’ai rien d’autre à dire que ce que j’ai écrit  Je ne puis me dédire de ce que sont mes cris Je veux rester cacher, qu’on ne voit que mes textes C’est là ma volonté, et ce n’est un prétexte. L’homme n’a d’intérêt, tant sa vie est banale Même sa destinée, vous paraîtrait bancale Peut être qu’il en est, autant de mes écrits  J’espère cependant que je serai compris. Ma plume est la baguette, qui m’ouvre bien des portes Par elle je voyage, c’est fou ce qu’elle m’apporte J’ai cette... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 13:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 mai 2018

Petit brin de printemps

  Petit brin de printemps Chaque année le brin naît À la date donnée  On le veut frais et gai Notre joli muguet Chaque année, c’est en mai Il n’y a pas de mais  Que l’on veut fort humer Ses clochettes embaumées. Chaque année, c’est parfait Le printemps qui nous fait Petit brin de muguet Nous rend tous bien plus gais. Pierre-Jean BOUTET
Posté par Pierre Boutet à 13:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 mai 2018

La vieille armoire

  La vieille armoire. L’armoire était ancienne, je l’avais toujours vue Se pouvait que j’y tienne, bien trop tard je l’ai su Se peu que me souvienne, qu’elle avait entendu Tous les pleurs qui me viennent, quand la nuit est venue. Elle trônait énorme, dans ma chambre d’enfant Elle était en orme, plein de choses dedans Et le petit bonhomme, la voyait tout le temps Son miroir était comme, était l’eau de l’étang. Au sommet surplombait, tout dans le bois sculpté  Un motif comme un aigle, qui le soir m’observait ... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 13:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 mai 2018

Cela ne suffit pas

  Cela ne suffit pas Il ne suffit aux belles De ces mots de velours De ceux que les pucelles Rêvent de ouïr un jour, Vous ne toucherez pas Le septième ciel Si votre seul appât  Sont mots artificiels Car pour parler d’amour Il faut avoir un jour Senti dedans son coeur Vivre sa folle ardeur. Cela ne suffit pas De plier le genou Cela ne suffit pas De chanter comme un fou Le compte n’y est pas De jurer ses grands dieux Que pour elle on a d’yeux D’écrire des poèmes  Remplis des... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 13:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 mai 2018

Au bord de la rivière

Au bord de la rivière. Elle était là sur l’herbe, étendue toute nue Car en toute innocence, elle était ingénue  Elle était en confiance, c’est ce qui m’a ému  J’ai passé mon chemin puis je suis revenu. Par le plus grand hasard, j’avais aperçu celle Qui était du ruisseau, la fidèle gardienne Une nymphe sans doute, et l’une des plus belles Pourquoi me suis-je dit, ne serait-elle mienne. De retour sur les lieux, il n’y avait sur l’herbe Qu’un vieux tronc rabougri, à l’écorce pourrie Où était donc passée, cette... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 13:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 mai 2018

Carrefour

Carrefour. Où ai-je mis les pieds, je ne reconnais rien Comment suis-je arrivé, je me souviens pas bien Avec là où j’étais, je ne vois pas de lien Le monde où je suis, est-ce vraiment le mien ? À droite il y a, une porte bien sombre À gauche j’aperçois, la lumière et l’ombre Tout droit est un chemin, qui dans les confins sombre Derrière je ne vois, qu’une épaisse pénombre. Voilà un carrefour aux allures étranges  Et si j’en fais le tour il n’y a rien qui change J’ai toujours face à moi, combien ça me... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 13:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 mai 2018

Dans une bulle

Dans une bulle. Nous vivons chaque jour sur une corde raide Sans trop être certain de quoi peut advenir Nous ne pouvons pas plus faire un appel à l’aide Car personne ne sait quel est notre avenir. On a vu bien des flammes vigoureuses et fières  S’éteindre très soudain, malgré cette lumière  Et on sait de ces feux, qui paraissent mourant Mais qui vivent pourtant, parfois jusqu’à cent ans. Mais combien sommes nous, qui vivons au présent  Qui n’avons pas le cœur, tourné vers d’anciens temps ? Ou qui sont... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 13:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 mai 2018

Les violons se sont tus

  Les violons se sont tus Les violons se sont tus, les roses sont fanées  Les lustres sont éteints, l'orchestre ne joue plus  Et la salle de bal ne brille plus non plus De ces mille éclats, qu'on ne voit plus jamais. Me direz vous pourquoi, dans vos yeux est absente Cette petite flamme, que j'y voyais toujours Qui donnait à vos traits, cet air d'avoir toujours Sur la vie et les choses, le regard de l'amour. Me direz vous pourquoi, vos lèvres sont serrées Ou est donc le sourire, qui souvent y... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 13:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 avril 2018

Les fils multicolores.

  Les fils multicolores Je tisse des pensées de fils multicolores Dont je fais de longs châles, qui flottent dans le vent J'abandonne des cailloux de mes sens indolores Sur les routes qui sèment des parcours indolents Je jette mes soucis dans des eaux plus profondes Que les fosses abyssales des mémoires fécondes Je livre des charrettes d'émotions ligotées  Aux oreilles distraites, de foules fagotées. Je rêve sur des écailles de crocodiles jaunes Je navigue en fréquences de vibrations sauvages Je n'ai pas à... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 10:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 avril 2018

Ombrelle et balancelle.

Ombrelle et balancelle. Ombrelle et balancelle, que de mots désuets  Ma mémoire chancelle, quand je veux en user De même ritournelle, est un air du passé  Celui des demoiselles, aux rubans bien noués. Où sont ces chansonnettes, qu’avant on fredonnait Où sont donc ces bluettes, qui faisaient frissonner ? Demain la nostalgie aura d’autres visages Peut être un peu plus neufs, et sans doute moins sages. Pour ma part c’est le charme, de ces moments lointains Qui toujours me désarment, en couleurs de satin Les... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 10:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]