14 mars 2018

Viol informatique

  Viol informatique Quelqu’un que ne connais, s’est glissé dans ma vie Par la petite porte du virtuel ici Je me suis fait voler, une identité  Depuis longtemps créée, que j’avais oubliée. A quoi a-t-il accès qui pourrait bien me nuire Je l’ai désactivée, cela va-t-il suffire ? Pourquoi donc m’emprunter ma propre identité  Si ce n’est dans un but, que l’on peut deviner ? J’éprouve un sentiment diffus mais obsédant  De menace cachée, comme serait l’épée  De ce vieux Damoclès, est-il ressuscité... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 08:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 mars 2018

Ballade à Comes

Ballade à Comes. C’est bientôt le printemps, où du moins on l’espère  C’est pourquoi ce matin nous sommes allés marcher Un peu plus bas en plaine, nous sommes allés chercher, Des sentes un peu plus sèches que celles de BOLQUÈRE. Nous partîmes d’Eus, village remarquable Où se dresse une église de taille cathédrale  Aux rues si empierrées qui semblent provençales Et forment en son cœur un merveilleux dédale. Par des chemins anciens, bordés de murs de pierres  Et de taillis épais de beaux genévriers  ... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 08:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 mars 2018

Hommage à Balavoine : météore.

Météore. D’abord vous ai connu, sous le prénom d’Henri Votre voix haut-perchée résonnait comme un cri J’ai mis un bon moment maintenant je l’avoue À saisir le talent que vous aviez en vous. Vous faites bien parti de ces gens las si rares Qui à peine arrivés sont par là vie barbare Enlevés bien trop tôt à tous ceux qui vous aiment Météore fulgurant au milieu de nos peines. À l’image d’Achille vous fûtes un héros Qui connut bien la gloire mais parti bien trop tôt  Votre talon à vous ce fut l’hélicoptère  Qui... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 08:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 mars 2018

Le coussin jaune

  Le coussin jaune J’aimais dans ma jeunesse me tenir près du feu Du foyer chaleureux, qu’offrait la cheminée  Fasciné par les flammes, je m’y sentais heureux Troublé par le seul bruit, du bois qui crépitait. Je me posais alors, mais pas sur une chaise Encore moins au sol, la dalle était trop fraîche  Mais sur un vieux coussin, ourlé de franges jaunes Son moelleux fatigué, convenait au béjaune. Un moment de repos, un doux moment d’absence Mon esprit se noyait dans la fumée, les flammes  Quand je... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 08:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 mars 2018

Dans mon conciliabule

  Dans mon conciliabule. Sur le dos de mes rêves, je chevauche le monde Sans repos et sans trêve, dans une folle ronde J’y insuffle l’espoir, comme des alizés  Je m’endors tous les soirs, le coeur plein de baisers. Je fais des cauchemars, au coeur de nuits plus noires Balloté au hasard, comme serait l’espar D’un navire fantôme, naufragé de mes larmes Dont personne ne sait, pourquoi sonne l’alarme. Au cœur de mes voyages, les plus imaginaires J’y fais bien des rencontres, assez extraordinaires Avec de... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 08:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 mars 2018

Grande Dame ?

  C’est une grande Dame Madame sans conteste vous avez de la classe Qu’on vous classe première, est-ce votre vraie place ? N’est-il pas dans les faits, bien d’autres grandes dames, Vous n’êtes la première, et ce n’est pas un drame. Vous êtes une femme, d’abord à part entière  Pas que de président, vous devez être fière  J’ai pour vous grande estime, pour cette dignité  Qu’en toutes circonstances, si bien vous maintenez. Je sais que votre rôle, demeure à inventer Que c’est la corde raide, où... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 08:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 mars 2018

Hors du monde

  Hors du monde Sur de grands airs de valse, les couples tourbillonnent Dans leurs têtes qui tournent, quand leurs coeurs papillonnent Les idées sont chassées, seule l’émotion compte Et ils ne font plus qu’un, avec ces sons qui montent. Si elle ferme les yeux , si elle s’abandonne Attention au faux pas qui jamais ne pardonne, Ils s’offrent un voyage tout en légèreté Au bord ils sont parfois comme d’ébriété. Ils s’accordent si bien avec la musique Qu’on ne sait plus très bien si elle sert de guide Les couples... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 08:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 mars 2018

Table rase

Table rase Sur la table posés, étaient nos souvenirs Que l’on a regardés, pour mieux s’en affranchir  Comme autant d’objets, devenus encombrants On a fait table rase, d’un passé trop présent. Ils seront désormais, enfouis dans nos mémoires  On ne peut les gommer, comme on fait d’un grimoire On ne les aura plus, tous les jours sous les yeux Exposés comme avant, comme vases précieux. Ils étaient bien trop lourds, pour pouvoir avancer Dans nos jours d’autrefois, ils savaient nous ancrer Mais le temps ne... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 08:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 mars 2018

La goutte et le vase

La goutte et le vase Chaque fois que l’on dit plus jamais de tout ça  Chaque fois on est sûr, ça recommencera  On voudrait que Ghouta soit la dernière horreur Mais il n’est jamais plein le tonneau des malheurs. En voyant cette ville agonie sous les bombes En voyant ces enfants qui tous les jours y tombent Mais quelle est donc la goutte, et où est donc le vase Que tout ça nous dégoutte, que tant Bachir pavoise. Quand la diplomatie n’est plus que jeu de dupes Quand les pays frileux se cachent sous leurs jupes ... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 08:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 mars 2018

Facile de détruire

  Facile de détruire. Il n’y a plus d’amour, dans ces cœurs bien trop lourds Trop chargés de colères, trop encombrés de peur, Ils ne croient plus du tout, au retour des beaux jours Imprégnés de lumière, et ouverts au bonheur. Casser cette confiance, qu’il avaient dans la vie Voyez cette souffrance qui les a envahit Comme il est facile, de détruire ces vies Combien il sera long, de redonner l’envie. Il n’y a plus d’espoir, dans ces esprits trop noirs Trop brouillés par la haine, avides de revanche Ils ne... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 08:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]