26 novembre 2018

La belle histoire.

La belle histoire. Jadis la belle histoire était un fabliau  Tout plein de personnages et de jolis tableaux On avait le souci de la beauté des corps Pour qui de préférence on soignait les décors. Il était une fois, et on plongeait alors Dans l’histoire d’un prince vêtu de soie et d’or Soupirant comme un fou après une bergère  Menacée elle même par l’affreuse mégère. C’était des chevauchées courant sus au dragon Ou des quêtes acharnées, porteur d’un gonfalon Offert par la princesse à un preux chevalier À... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 10:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 novembre 2018

Quand l’amour tourne en rond, ça ne tourne pas rond.

  Quand l’amour tourne en rond Ça ne tourne pas rond. S’il n’y avait que toi, s’il n’y avait que moi Serions nous moins heureux que nous sommes déjà ? Partager cet amour, éclairer tout autour Ne jamais le cacher, le montrer au grand jour. Vaut-il mieux le garder notre amour dans sa bulle ? Ne jamais l’exposer ce serait ridicule Notre amour pour chacun est chose exclusive Mais l’amour est fontaine à la force trop vive. L’amour est un soleil qui darde ses rayons Qui dessine des cœurs au fil de son crayon L’amour... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 10:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 novembre 2018

Amour quand tu nous tiens.

Amour quand tu nous tiens Je sens Le glissement furtif de tes doigts sur ma peau Le baume de tes lèvres que je sens dans mon dos La chaleur de tes cuisses me brûle jusqu'aux os Tout au creux de mon ventre il fait soudain très chaud. Toutefois On a beau l'évoquer et on a beau l'écrire Quels que soient les mots, choisis pour le décrire L'amour ne vit jamais aussi fort dans les livres Il a besoin pour ça que l'on puisse le vivre. D'ailleurs Pas plus qu'on ne se lasse d'évoquer ce sujet On ne répugne jamais à... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 10:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 novembre 2018

Armageddon.

  Armageddon Mais qu'est ce qui nous retient de renverser la table Pourquoi les gardons nous, nos têtes dans le sable Sommes nous donc devenus à présent incapables De voir où nous conduisent nos actes irresponsables ? Mais nous avons trop peur de perdre nos avantages Quand pour les obtenir on doit donner des gages Le long terme on s'en fout, on pense aux vacances Ou à cette voiture qui nous fait des avances. C'est pas notre problème, celui de nos enfants D'autres ont connu la guerre il n'y a pas si longtemps Ils... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 10:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 novembre 2018

Promesses ou prophéties ?

Promesses ou prophéties...? Pour qui sonne le glas des espoirs de demain Pourtant l'humanité avait les cartes en main Les illusions anciennes de progrès continus Se sont elles évanouies sur des routes perdues. En quoi pouvons nous croire s'il n'y a plus d'issue Les époques bénies sont elles révolues ? De grands vents de tempête tout balayent sans cesse De gros nuages noirs sur l'horizon se pressent. L'alerte est donnée, partout le tocsin sonne Mais tout se passe comme si on n'entendait rien Hélas les jours se suivent... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 10:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 novembre 2018

Mon point cardinal.

  Mon point cardinal Les jours s’envolent ils vont si vite  Les nuits s’estompent que tu n’habites S’il n’y avait toi comme point fixe Toi dont je ne suis qu’un suffixe S’il n’y avait toi pour retenir L’instant bonheur qui veut s’enfuir De sous mon toit où il fleurit Grâce à toi ma douce amie. Je ne serai que plume au vent Un jour ici, un jour devant Un souffle à peine au dessus D’une vie, vois, sans retenue. Je ne serai que ce passant  Un moins que rien au demeurant Une pensée est-ce important ... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 10:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 novembre 2018

Les chemins de traverse.

  Les chemins de traverse. Que de sentiers battus où jamais on se perd  Des choses rebattues qu’on ne veut plus entendre Comment s’en écarter pour jouer d’autres airs S’égarer en chemin peut être à tout prendre ? Certains c’est par la forme qu’il s’en iront créer  Pour dire mêmes choses autrement présentées  D’autres restent classiques mais souhaitent inventer Des choses nouvelles qu’ils vont imaginer. Moi j’ai beau m’essayer à quelque extravagance Je n’arrive à sortir pourtant de cette danse Qui... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 10:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 novembre 2018

Tout ce qu’on ne dévoile.

  Tout ce qu’on ne dévoile. Dans la brume qui monte de la vallée le soir Que s’y cache-t-il donc que je ne puis le voir Derrière chaque voile y-a-t-il un mystère  Je ne vois plus d’étoiles pour éclairer la terre. Quand au loin très au loin mon regard se porte J’ai comme une impression que liberté me porte Quand ma vue se limite à la pointe du nez Je me sens tout à coup comme un peu prisonnier. Pourtant il est des voiles qui demeurent invisibles Ils sont dans nos mémoires et nos pensées intimes Posés sur... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 10:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 novembre 2018

Un beau combat.

Un beau combat Ce que je vois d’abord c’est bien un corps qui danse Dans toutes directions bras et jambes il lance En bien des contorsions et pliures audacieuses La danseuse se tort pourtant elle est gracieuse. C’est beau et c’est sauvage, ça part dans tous les sens On peut tourner les pages sans en trouver le Sens L’énergie tourne en rond un peu sur elle même  On se pose question quand bien même on aime. Puis elle va s’agripper à un mât de métal  Le long duquel alors sa geste est verticale C’est un... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 10:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 novembre 2018

Sous l’opprobre.

  Sous l’opprobre. Nous te disons bye bye et sans regrets octobre Sais-tu bien que tu pars tout penaud sous l’opprobre T’as sévi cette année avec tant d’inconstance Tu as embrassé l’été puis l’hiver dans ta danse. Dans tes tous derniers jours, oh combien de méfaits  Voilà ce qu’Halloween maintenant ça te fait ? Pluie, neige et tempêtes partout ont ravagé  Je ne te savais pas si porteur de dangers. Serais-tu à l’image de ces temps qu’on annoncent Faut-il donc qu’aux saisons à présent on renonce ? J’ai... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 10:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]