16 janvier 2018

Promenade avec Charles

Promenade avec Charles C’était de bon matin et j’allais prendre l’air Quand me vint à l’esprit des vers de Beaudelaire « Le Poète est semblable au prince des nuées  Qui hante la tempête et se rit de l'archer ;Exilé sur le sol au milieu des huées,Ses ailes de géant l'empêchent de marcher. » Pourtant je ne sentais aucune gêne atroce Ne me trainant à terre comme fait l’albatros Je me sentais plutôt léger et aérien  Comme se doit de l’être chaque jour un zinzin. Je poursuivis ma route, quand même tracassé ... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 08:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 janvier 2018

Ton nom

  Ton nom Si l’on voulait encore étouffer tous tes cris Si on voulait de toi qu’il n’y ait que débris  C’est le souffle des hommes qui redonnera vie À la chanson d’espoir, dont tu es l’égérie  Toi qu’on trouve partout là, tout au cœur des hommes Où brille une étincelle, comme un feu qui frissonne Qui va du coeur aux lèvres, pour que tous ils l’entonnent Ce chant qui dans l’histoire, à chaque fois résonne. Tu revêts bien des formes, un drapeau, un visage Ou gravé sur un mur, ton éternel message C’est... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 08:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 janvier 2018

Imaginaires

Imaginaires Là était un grand champ, planté de cerisiers J’aimais bien m’y rouler à la fin du printemps Dans ces tapis de fleurs dont il était jonché  Respirant à plein nez leur parfum enivrant, Pour le petit garçon mais presque adolescent Ça parlait du Japon et des mythes d’Orient J’étais Marco Polo prisonnier du grand Khan J’étais un samouraï, au grand sabre brillant. Je courais dans les dunes sur le sable brûlant  Qui me fouettait la peau quand fort soufflait le vent Je mettais un mouchoir pour me couvrir... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 18:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 janvier 2018

Mon plus beau souvenir

mon plus beau souvenir Soudain le froid m’a pris, là où était ta main Là où tu la posais, d’un geste amical D’un geste doux et tendre, d’un geste si banal Qui me manque à présent, maintenant que tu es loin. Je ressens ton absence, ce vide douloureux Où brûlait comme un feu, le regard de tes yeux  Je mesure à peine combien j’étais heureux Quand tu étais la reine alors de tous nos jeux. Quand je ferme les yeux c’est pour mieux te revoir Lorsque tu me parlais, de tes plus chers espoirs De partir à La ville où tes... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 10:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 janvier 2018

Encore un dimanche

  Encore un dimanche Encore un dimanche, oh comme c’est étrange  Je ne vois plus en quoi, ce jour encore change  Pourtant il a rythmé, ma vie bien des années,  Quand comme beaucoup d’autres, bien sûr je l’attendais. Quand dimanche était ce jour dit de repos Je ne dis pas quand même de la poule au pot Ce jour où on flemmarde et où l’on fait famille Ou j’en sais qui bricolent ou bien qui s’éparpillent. Quand dimanche était ce jour de liberté  Liberté illusoire, tant il était rempli De tant de... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 10:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 janvier 2018

Monsieur bien le bonjour

  Monsieur bien le bonjour, De tout ce que je lis, je vous fais un retour Car il m’arrive bien j’avoue certain matin D’avoir comment vous dire, l’esprit un peu chagrin. Je connais un remède qui lui me fait grand bien Que je prends désormais avec tranches de pain Ce dès mon déjeuner et à cela je tiens  C’est un grand bol de rire, avec tous vos zinzins. Si je suis pour la part je sais bien trop sérieux J’aime à lire aussi tous vos vers fous furieux Délires généreux et verres d’amitiés  Qu’offrent tous... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 14:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 janvier 2018

Les béats

Les béats  Tandis que loin à l’Est, les confins s’éclaircissent Mes yeux s’ouvrent enfin et des pensées surgissent Elles chassent les rêves embrumés qui m’agitent C’est la réalité, à laquelle elles m’invitent. Songes interrompus et cauchemars peut-être, Tout est plus rassurant, vu depuis ma fenêtre, Pourquoi tant me tourmente, tout ce qui pourrait être, Ma vie est aussi bonne qu’elle peut le paraître. La lumière qui nait chasse si bien les ombres Si le soleil pouvait effacer tout ce sombre Qui résiste à la nuit,... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 14:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 janvier 2018

Quelques mots griffonnés

  Quelques mots griffonnés  Voilà le crépuscule, je suis sous l’abat-jour La lumière recule, c’est la tombée du jour, Point besoin de calcul, le soir a pris son tour La lumière bascule, sera-t-elle de retour ? Elle est partie à l’aube, sept heures je crois bien Dedans sa jolie robe, lorsque le soleil vient Mais cela me taraude, quand c’est qu’elle revient Le sol là se dérobe, lorsque je me souviens, De notre désaccord, de la forte dispute D’avoir heurté son corps, de sa sévère chute Du silence de mort, tout... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 11:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 janvier 2018

Les rayons taquins

Les rayons taquins Lumières vous brillez partout autour de moi Merci à mes deux yeux, par lesquels je vous vois Sur le moindre objet où venez vous poser Vous laissez une trace qui va le sublimer. Lumières vous ouvrez grand les cœurs et les âmes  Quand vous les invitez, à être à votre image À irradier ainsi, tout sur votre passage À changer tout en mieux, sous l’effet de vos flammes. Lumières vous chantez, comme une mélodie  Tout paraît plus léger sous vos lueurs magiques Avant votre caresse, le monde était... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 09:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 janvier 2018

Les coins sombres

  Les coins sombres La poésie répugne, à montrer les coins sombres Cette part en nous qui la gêne ou l’encombre, Elle aime la lumière, elle fuit la pénombre  Aurait-elle un peu peur, d’être gagnée par l’ombre ? Il est pourtant en nous, des fièvres aux reflets roux Des images effroyables, qu’on a mis sous écrou  Des pensées interdites, qui peuvent rendre fou Des envies si violentes, qu’on tremble de partout. Quand le vernis craquèle, des convenances apprises L’instinct prend le dessus, pour des actes qui... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 09:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]