14 juillet 2019

Brouets.

Brouets. Tant de choix sont possibles tout au bout de la plume  Soit sortir d’un réel qui pèse comme enclume En exaltant les choses, pour les rendre sublimes Pour s’envoler plus haut, échapper aux abymes, Soit s’emparer de lui et le voir comme il est Étonnant de beauté mais aussi combien laid Pour accepter de vivre, il faut s’y colleter  Arriver à comprendre, pour ainsi mieux l’aimer. Les poètes naviguent entre ces deux approches Beaucoup dans l’éthéré, vident ainsi leurs poches Créant des univers... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 08:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 juillet 2019

Tant de livres !

  Tant de livres. Nos ouvrons bien des livres tout au cours de nos âges  Des livres de papier, remplis de bien d’histoires. Celui de notre vie, écrit à l’encre noire  Prend la couleur du sang, sur ses plus sombres pages. Des livres par milliers dans les bibliothèques  Où beaucoup vont chercher en éternelle quête.  Sans doute des réponses aux questions dans leurs têtes  Espérant à les lire, se retrouver moins bêtes. Chaque histoire est unique, les questions sont les mêmes  Pourquoi... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 08:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 juillet 2019

Comme une grappe.

Comme une grappe. Une lumière chaude caresse la campagne  Où les coquelicots viennent rougir les prés,  Le chant répétitif du coucou en campagne Pour séduire obstiné, celle qu’il veut attirer, L’envolée saccadée de grands papillons jaunes Qui viennent se poser sur les fleurs de genêts,  Des myriades de gouttes qui renvoient les reflets D’un soleil qui paresse dans la couche d’ozone. Je vis à l’unisson de ces moments de paix Savourant chaque instant qui m’est ainsi offert Je me sens si présent loin du... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 08:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 juillet 2019

Faiblesses

Faiblesses. Au milieu des tempêtes qui remuent nos entrailles Lorsqu’avec nous mêmes nous menons la bataille Écartelés vivants entre désirs contraires Quand notre cœur se heurte à bien trop de barrières. La voie que l’on choisit n’est toujours la meilleure  Trop souvent la faiblesse nous a conduit ailleurs Les regrets resteront nos pires souvenirs  Autant que les remords qui nous feront souffrir. Combien nous sommes faibles, dans nos chairs vulnérables  Combien à dire vrai, peu sont admirables Les... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 08:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 juillet 2019

Le train.

Le train. S’adapter est la clef, face aux changements S’adapter est possible, mais exige du temps La vie est malléable, depuis l’aube des temps À seule condition, que changements soient lents. Dans ce jeu bien rodé, au fil des millénaires L’homme est survenu, pressé et en colère  En siècles jusqu’ici, on comptait son empreinte Quelques années seulement, et tant d’espèces éteintes ! Tout cela va trop vite, et c’est l’homme lui même  Qui se voit dépassé, par bien trop de problèmes  Il en crève chaque... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 08:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 juillet 2019

Plus le temps !

Plus le temps. Le sujet préféré de nos conversations Est le temps qui fera ou a fait sensation De tous temps il est vrai, ce fut une obsession Surtout quand on parlait, de faire les moissons. Aujourd’hui quand la grêle saccage les vignobles On clame que le temps est devenu ignoble. Quand les inondations, le gel ou la tempête  Succèdent aux sécheresses, c’est la fin qui nous guette. Depuis l’aube des temps la survie est au prix Des caprices du temps, les hommes l’ont compris. Combien il est étrange qu’ils ne... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 08:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 juillet 2019

Tout de grâce investi.

Tout de grâce investi. L’enfant est accroupi sans effort apparent Sur le vieux canapé où il aime jouer Il tient entre ses mains un des jeux à écrans  Il en paraît absent, tant il est absorbé. Tout est charmant en lui, tout en lui est gracieux  Jusqu’à ces cils très longs, tout au bord de ses yeux, Jusqu’à son teint de peau, d’un ambre un peu doré, Son corps plus que parfait, et bien équilibré. Son sourire éclaire d’une lueur coquine Son visage bordé de brune chevelure Un peu ébouriffée et coiffée très nature... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 08:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 juillet 2019

Les vrais monstres.

Les vrais monstres. À ce qui est déplaisant, nous ne laissons de place Quitte, bien entendu, à nous voiler la face  Nous sommes aveugles et sourds, à ce qui n’a de grâce  Nous ne voulons pas voir, le lâche, dans la glace. De combien de malheurs, sommes-nous responsables Que tous nous déplorons, assis à notre table Par nos comportements, ils sont inéluctables  Pourtant les ignorer, est bien plus confortable. Océans de plastiques, et déforestation  Ou guerres du pétrole, qui ne disent leur nom ... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 08:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 juillet 2019

Limites

Limites Jusqu’au bout il explore, même jusqu’aux limites Toutes ses émotions, ses multiples aptitudes Il pousse aux extrêmes, parfois jusqu’au vertige Au risque de se briser, comme fleur sur sa tige. Les passions qui le portent, jusqu’à la démesure  Le dépassent souvent, provoquant ces cassures Qui mettent en péril, même son existence Lorsqu’il n’entend plus même, la voix de sa conscience. Il joue sur des valeurs, qu’il a rendues binaires Quand entre bien et mal, il se doit de choisir Le bien c’est difficile,... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 08:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 juillet 2019

Un petit caillou

Un petit caillou. N’ai je déjà tout dit de ce que j’ai compris ? Mais tout cela n’est rien au regard de la vie Ce que j’en ai saisi, n’en sont que des fragments Appréhender le tout, demande plus de temps. On ne peux se fier à sa seule expérience  Mais on peut se plonger dans les livres de science  Ou de philosophie pour en prendre conscience Au mieux nous sommes un seau, au puits des connaissances. Quel éblouissement lorsqu’on a pénétré  Au cœur d’un grand mystère, qu’il n’est plus si épais  On... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 08:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]