29 juin 2018

Des enfants du hasard

  Des enfants du hasard. Quand la vie est si courte, pourquoi tant s’y ennuient, Quand le temps est si rare, pourquoi tant le gaspillent Que faire d’une vie trop remplie de ces nuits Qu’on appelle temps morts, mais que certains grappillent ? Qui pourra nous en dire le bon mode d’emploi Qui prétend le connaître, ce serait un exploit Tant et tant de manières de dérouler la vie  Soit en pleine lumière, soit sans but ni envie. C’est par procuration que beaucoup s’y adonne Pétris d’admiration de héros ou madones ... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 13:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 juin 2018

Un astre mort

  Un astre mort. Qui pense à la lune comme à un astre mort Qui en voit les blessures quand elle brille fort La lune est une image que l’on s’est tous forgée  Que des savants sages ont eux bien saccagée. Qui n’a chanté la lune et son disque d’argent Célébrant la déesse là-haut au firmament  Quand on la voit de près, elle n’est que poussières  Crevasses et cratères, en ombres et lumières. Compagne de la terre, amante du soleil C’est dans nos cœurs un astre à nul autre pareil Las ce n’est qu’un... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 13:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 juin 2018

Une part de nos rêves.

  Une part de nos rêves. Ils rêvent de médailles sans doute de records Ils exigent pour ça, tant et tant de leurs corps Le mental doit aussi être bien en accord Pour vaincre la douleur et accepter l’effort. Chaque jour sans faillir c’est pour ça qu’ils s’emploient A s’entraîner très dur, pour décrocher l’exploit C’est un projet de vie qu’ils trouvent tous très beau Lorsque sur le podium, ils se trouvent là haut. Pour être un sportif, faut-il être un champion Ou aimer dépasser ses limites au fond Quelle est la... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 21:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 juin 2018

Au lac de Balcère.

  Au lac de Balcère. On connaît des sorties qui se révèlent nulles Ce n’était pas le cas de celle aux libellules Sur le lac de Balcère, leur ballet élégant  Nous a tous captivé tant il était changeant. Qui donc de vous le sait qu’autant de libellules D’aspect aussi varié survolent nos plans d’eau Elles sont de toutes tailles, de couleurs parfois vives Elles passent si vite sous nos yeux sur ces rives. J’aimerai partager également ce cadre Il est si merveilleux en forêts et cascades La couleur des genêts... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 21:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 juin 2018

L’echelle du mot aime.

  L’échelle du mot aime. Faudrait-il à l’amour inventer une échelle  Pour pouvoir dire j’aime jusqu’au septième ciel ? Car dans ce mot beau et simple comme aime Se nichent tant de choses, ce ne sont pas les mêmes. On use trop à tort, à travers de ce mot On en use il est vrai souvent, à tous propos, Pour dire un bien être, sensation passagère  Ou pour jurer je t’aime, à la simple étrangère  Pour dire son plaisir sans même y penser Pour dire ce désir qui vous a embrasé  Pour partager un peu une... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 21:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 juin 2018

Amertume

Amertume Je traîne l’amertume des vieillards d’aujourd’hui Qui regardent en arrière leur paradis perdu Je n’ai plus ces yeux neufs que posait sur la vie Cet enfant que je fus, que j’ai perdu de vue. Lorsque j’étais petit que je ne savais rien Je ne pouvais que croire qu’on aspirait au bien Je voulais tout apprendre du monde autour de moi Je voulais tout connaître des hommes comme moi. J’endosse alors parfois ce manteau de l’enfance En cherchant ce regard sur les choses je pense Sans aucun préjugé, ouvert à la surprise... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 21:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 juin 2018

En pleine gueule.

En pleine gueule.On me jette au visage toute l’horreur du mondeTombereaux de malheur presqu’à chaque secondeUn trop plein d’émotions, un constat d’impuissanceLa culpabilité devant tant de souffrance.Quand seulement hier, quelques années en arrière Parvenaient assourdies catastrophes et guerresQuand on était sensible, au sort de son prochainQuand on tendait la main, c’était notre voisin.Aujourd’hui mon village comprend la terre entière Aujourd’hui tout visage est celui de mon frère Je les sens mes pareils, ils ne sont... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 21:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 juin 2018

La main dans le sac.

  La main dans le sac Mais enfin Barnabé quelle mouche te pique Aurais-tu oublié qu’elle est ta réplique ? Tu es un matamore avec le verbe haut Pourquoi fais-tu le mort sans dire plus un mot ? Oh bien sûr je comprends que l’on t’a pris hier La main là dans le sac et que tu n’est pas fier  Plutôt sous les jupons ou même la culotte De la tendre Ninon, cette pauvre jeunotte. Tu joues devant le monde avec l’air protecteur Les héros intraitables, les hommes au grand cœur  Te voilà démasqué comme un triste... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 21:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 juin 2018

Jusqu’à La lie.

  Jusqu’à la lie. Je boirai cette vie s’il le faut à la lie Avant que ne résonne le dernier hallali  Exister ce n’est rien si l’on ne peut aimer Ce qui nous est offert, pendant si peu d’années. Mais lorsque la souffrance, la douleur et le mal Font frémir notre cœur comme un pauvre animal N’existe plus au vrai qu’un triste sentiment Que cessent à l’instant ces horribles tourments. Ah qu’il faut être forts et aussi confiants Pour attendre sereins de plus légers moments Pour supporter encore ces terribles... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 21:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 juin 2018

Délivrance.

  Délivrance. Une envie aujourd’hui à nouveau me tenaille Je la sens remuer au fond de mes entrailles Et secouer ses chaînes comme autant de sonnailles  Elle me crie très fort, remets toi au travail ! Ça ne m’est un travail que d’épancher des phrases Elles jaillissent de moi dès que je suis en phase Lorsque j’ai un moment où rien ne vient troubler Les reflets du miroir où gisent mes pensées. C’est moi que je libère quand elles ont libre cours Que les sons, les images sont enfin de retour Qu’elles vivent sur... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 21:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]