02 mars 2018

Voyage en train

Voyage en train Pour beaucoup la vie est comme un voyage en train Soit en première classe soit sur un strapontin Selon qu’on est vernis ou un pauvre sans rien C’est un vrai paradis ou au mieux un train-train. On y est trimbalé comme une marchandise  Quand à d’autres elle offre, toutes ses friandises Au pire de l’histoire, en wagon à bestiaux Au mieux de l’expérience, dans le salon resto. Pendant ce long voyage, la vie est loterie Le ticket est gagnant, mais pour très peu pardi On dit que pour cela, car tout y a... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 16:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 mars 2018

Cent mille fois

Cent mille fois Cent mille fois au moins tu t’es dit ça suffit Devant ta vie de rien, celle que tu maudit De tout changer aussi, tu te l’étais promis Et pourtant te voici, tout pareil aujourd’hui. Combien c’est difficile de sortir de l’ornière  Peut être encore plus, de quitter nos œillères  On refait ce matin, ce qu’on faisait hier Sans même y penser, l’habitude est première. Mais change-t-on vraiment, si cela n’est qu’un choix Notre petit confort va nous manquer déjà  Pourquoi faire un effort,... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 16:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 février 2018

Le roi de la voltige

Le roi de la voltige Comment n’être en vertige, dans ce tourniquet fou Même L’enfant prodigue en aurait le cœur saoul Mais qui donc le dirige, ce monde là pour nous  On n’en voit pas la tige, ni la fleur après tout. C’est l’axe seul du temps qui lui donne un sens Ce fut celui de naître profitant d’une absence Celui de disparaître sans en avoir conscience Peut être de renaître mais dans la différence. Certains au mot histoire y mettent un grand H L’homme s’il la construit c’est bien à coups de hache Au mot... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 21:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 février 2018

L’homme à sa fenêtre

L’homme à sa fenêtre. L’homme est à sa fenêtre et regarde le monde Et il se prend la tête, et souvent il se gronde Qu’ai-je donc fait moi même, pour en arriver là  Qu’aurai-je pu bien faire, pour éviter tout ça. J’ai vécu jusqu’ici, en respectant les règles Élevé mes enfants, même reste fidèle  Accompli mon travail, un petit peu rebelle Vécu modestement et pas comme un aigle. Je l’ai vu s’écrouler, le monde autour de moi Sans rien pouvoir y faire, que de pleurer ma foi Des forces sont à l’œuvre plus... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 21:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 février 2018

Le temps des loups

Le temps des loups  C’est bien un grand loup gris venu de Laponie Un loup de ce grand Nord, de ce lointain pays Un loup dont on se dit mais qu’est-ce qu’il fait ici, Un loup est arrivé par la Poméranie. La meute qui le suit, elle est très fournie  En louves et louveteaux, en autres mâles aussi Sans bruit elle se déplace, sans bruit elle le suit Le grand loup chef de meute, les a conduit ici. Car là-bas dont ils viennent, ont bien changé les temps Il n’y a plus de gibiers pour les loups maintenant Les rennes,... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 21:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 février 2018

Le vieux débarcadère

Le vieux débarcadère. Le vieux débarcadère aux planches vermoulues A gardé de la guerre bien plus qu’il n’aurait du Dans les fibres gorgées de sel et de saumure  Dorment encore des balles perdues dans la nature. Si tu jettes un regard autrement que distrait Tu verras un pilier d’où saillit très discret Un bout que l’on dirait de vieux métal rouillé  La lame d’un couteau, ou d’un sabre brisé. Qui donc a pu planter cette lame oubliée  Trace d’une bataille, d’un corps à corps sauvage Geste désespéré pour... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 21:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 février 2018

La terre regrette

La terre regrette. Quand l’homme a surgi on ne sait bien trop d’où  Qu’il a devant la vie, du plier le genou La terre accueillante pour lui s’est mise en quatre De ses meilleurs atouts, lui en a donné quatre. Le premier qu’il conquit ce fut on sait le feu Qui fit que dans la nuit, il fut bien moins peureux Et que dans sa chaleur il durcit ses épieux  Il eut de la lumière pour honorer ses dieux. Ensuite fut la terre déjà très nourricière  Par le gibier chassé, dont elle était prospère  Bientôt c’est... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 21:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 février 2018

Au gré de ma plume.

Au gré de ma plume Je vais suivre ma plume où elle me mènera  Car une fois de plus, ça je ne le sais pas Par le canal magique qu’est-ce qui coulera ? C’est pour moi la surprise, et qui lira verra. Souvent elle nous prend la nostalgie des temps  Où tout était dit-on, plus vrai et plus facile Quand on regarde bien, et de près, ces moments On voit qu’à ces époques, tout était plus fragile. Car en réalité, il n’y a rien de constant La vie, le temps, les mœurs, tout est en changement N’a-t-on vaincu pour rien, ce... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 16:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 février 2018

La terre a le coeur gros.

La terre a le cœur gros Si tous les gars du monde, voulaient s’donner la main  Ils changeraient c’est sûr, ce que sera demain Mais trop de gars ne font qu’aggraver les dégâts  Le monde se noie déjà sous monceaux de gravats. L’espèce est nuisible, pas parce qu’elle pense trop L’espèce est nuisible, parce qu’elle dépense trop On peut rêver d’entente, on n’y parvient jamais L’espèce est trop gourmande, elle va tout manger. Si tous les gars du monde déposaient là leurs armes  Il y aurait un espoir plus... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 16:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 février 2018

La muse indiscrète

La muse indiscrète. Ma muse bien souvent échappe à ma plume  Pour s’en aller voler, jusques à Pampelune Elle sait me rappeler, ce que pèse une plume Quand seule souveraine, est sa dame la lune. Ma muse voyez-vous aime à visiter Bien d’autres fantaisies, que amours de papier Ma muse est anxieuse, elle aime à pleurer Sur l’avenir des hommes, elle vient se lamenter. Voit-elle l’avenir, dans les nuages sombres Ou veut-elle ternir la couleur de nos songes ? Ma muse facétieuse, ne semble plus trop croire Quand les... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 16:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]