12 juin 2016

Héros

Héros Leurs cheveux d'or tranchaient sur l'acier des armures Leurs cimiers emplumés faisaient belles parures Les cavaliers dorés aux capes vermillons Défilaient tous au pas de leurs fiers étalons. La parade s'étirait tout au long des arènes  Le peuple ovationnait son armée de vainqueurs Qui revenait de guerre couverte de tant d'honneurs Et offrait à l'empire une plus vaste scène. C'était des temps de gloire dont on célèbre encore Les fastes et les exploits de ces héros d'alors On n'en retient bien sûr que le... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 08:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 juin 2016

Les fils fragiles

Les fils fragiles Ce sont des fils fragiles qui relient les humains Leur trame est si discrète et plus fine aussi Que le plus fins des fils qu'une araignée y tisse Dans la toile qu'elle tend entre deux troncs de pins. Si les fils sont ténus et souvent invisibles Les liens y sont si forts qu'ils peuvent résister Bien plus à ce qu'on dit que le plus pur acier Forgé dans un foyer au feu irrésistible. Aussi quand ils se brisent sans même qu'ils ne vibrent Ils font pourtant si mal à ceux qui les tenaient Qui se sentent... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 16:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 juin 2016

Pas vilaine

Pas vilaine Elle était porcelaine la fille de mon quartier Elle filait la laine sur un petit métier Courir à perdre haleine, tenter de l'attraper Combien j'avais de peine à seulement parler. Elle était châtelaine la fille du château En ailes de phalènes était son beau sureau Elle courait dans la plaine sur de très beaux chevaux Combien j'avais de peine moi dans mes vieux sabots. Elle semblait bien vilaine la fille du sabotier Une robe de laine seulement l'habillait  Elle n'était pas reine mais elle... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 15:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 juin 2016

Premier baiser

Premier baiser Tu es devant la porte, ton cœur bat la chamade Comment est ce arrivé, hier une camarade Et puis comme un tonnerre dans l'azur de l'été Vos doigts se sont touchés, vos mains se sont trouvées. Vous vous êtes regardés, soudain devenus muets Quand dans l'instant d'avant vos lèvres était bavardes Dans les regards gênés entre vous échangés  On devinait combien vos âmes étaient hagardes. C'est si inattendu quand l'amour vous étreint Quand l'autre vous apparaît aussi grandi soudain On est tout à la... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 08:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 juin 2016

Où est donc notre place ?

Où est donc notre place ? Dans une goutte d'eau il y a tout un monde D'animaux et de vies qui y grouillent et grondent Sur un brin d'herbe aussi, il y a je vous l'assure Mille choses à voir dans ce bout de nature. Dans notre galaxie brillent milliards d'étoiles Dans l'espace infini si on mettait la voile On verrait des géants et des êtres étranges Pour qui nous ne serions que vies bien négligeables  Où est donc notre place, nous infiniment grands Au regard des atomes qui si bien nous composent Infiniment... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 07:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 juin 2016

Artistes ?

Artistes ? Est-il peintre celui qui a pris des pinceaux Les plus fins qui existent et aura sur la toile Dessiné quelques traits qu'il qualifie d'étoiles En couleurs délicates et qu'il trouve très beaux. Est-il bien musicien celui qui joue ses notes Sur sa belle guitare faite des meilleurs bois Qui lit bien le solfège, habile de ses doigts Et qui pense charmer sa famille et ses potes. Est-il sculpteur celui qui pétrit la matière  D'une argile fine extraite de lieux rares Qui affine des formes qui n'en est pas... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 21:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 juin 2016

Un lilas sous ta fenêtre

Un lilas Quand je venais vers toi tous les soirs sous la lune Je sentais le lilas, fleuri sous ta fenêtre Et quand je pense à toi et que je prends ma plume Un lilas sent si bon tout au fond de mon être. Nous parlions à travers les carreaux de la vitre Les baisers que laissaient nos lèvres sur le verre Formaient de jolis cœurs entre deux solitaires Et le lilas cachait de ses feuilles ce livre. Quand parfois tu ouvrais ta chambre à mes appels Qu'enfin nos bras serraient des appâts bien charnels Le lilas embaumait le... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 16:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 juin 2016

Mystère

Mystère  Du détroit de Behring jusques aux mers de Chine Du cap des tempêtes aux rives d'Argentine Des aurores boréales aux pluies de l'équateur Du Gulf Stream atlantique au port de Vancouver Je t'ai cherchée partout où peut voler le vent J'ai retrouvée tes traces effacées par le temps On m'en a racontée sur toi des choses étranges Certaines qui font peur et d'autres qui dérangent. Faut il avoir connu des vies de héros grecs De centurions romains ou de gaulois barbares Faut il comme Alexandre jamais vivre... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 15:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 juin 2016

Dérisoire

Dérisoire  Au pied de la montagne aux allures de volcan Ouvrant son faux cratère aux blessures du vent Je ressens en moi même l'écrasante présence  Qui se moque trop bien de ma longue absence. Mon temps est dérisoire au regard de ce mont Il est né en un temps où même les étoiles N'avaient encore pas hissé leur grande voile Il sera toujours là, au delà de ma tombe. J'en gravis bien les pentes sur mes pauvres genoux Je n'y laisse de traces que des tas de cailloux Je crois l'avoir vaincu quel acte dérisoire... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 10:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 juin 2016

Ma meilleure ennemie

Ma meilleure ennemie Quand elle nous agrippe et ne veux nous lâcher  Quand elle nous transperce et qu'elle veux durer Quand elle est à l'affût et vient nous déchirer Quand elle est tapie et vient se réveiller La douleur est alors la seule réalité Elle prend toute la place au cœur de nos pensées Toute autre sensation en est annihilée  Elle règne en souveraine sur nous pauvres sujets. Quand elle fait reflux et veux bien s'apaiser Quand elle disparaît et ne menace plus Quand enfin elle s'endort et veux bien... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 10:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]