18 novembre 2015

Doutes

Vacille vie meurtrie, frémis planète blessée La frayeur a saisi un monde tétanisé L'avenir à présent apparaît griffonné Sur des agendas à présent dépassés.   Réunions dérisoires surtout face à l'histoire C'est triste on nous prend pour de bien bonnes poires Les puissants bien cachés rient à gorge déployée Quand le brouillard s'étend sur des ondes encombrées.   Espérez populaces en ces temps dégueulasses Qu'on laissera une place là où il n'y a plus de glace. vous serez asphyxiés, plus temps de protester Contre... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 19:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 novembre 2015

Apocalypse

Je sais tu te demandes comment c’est arrivé Comment nous avons pu d’une terre si belle Faire un lieu désolé, là où tu es rivé. Comment avons nous pu d’un pays de cocagne Faire un tel désert dont même la mort s’éloigne.   Est ce alors cruauté de montrer quelques vues témoignage d’avant quelques belles images Quand les humeurs du vent balayaient les nuages Que les eaux pures et bleues caressaient nos peaux nues.   Quand oiseaux et poissons peuplaient l’air et les fleuves, Quand les troupeaux paissaient une herbe... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 18:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 novembre 2015

Aurore amor

Dehors c’est déjà l’aurore, le soleil dans tes cheveux d’or à tes lèvres un sourire va éclore je me lève alors, je vois dehors l’automne qui joue de tous ses ors je sens dans tout mon corps un doux frisson car je t’adore tout est en paix dans cet aurore tu es mon ancre, tu es mon port tu es mon île au trésor.   Pierre BOUTET Tous droits réservés
Posté par Pierre Boutet à 17:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 novembre 2015

Nostalgie

Te souviens tu du temps où dans les grandes plaines Les champs y verdoyaient quand venait le printemps Les blés y ondoyaient sous la caresse du vent Alors nous délaissions nos grands manteaux de laine Pour rire comme des fous courant à perdre haleine   Te souviens tu aussi de ces forêts profondes Les arbres nous abritaient des rumeurs de ce monde Les oiseaux y faisaient entendre leur ramage nous y jouions alors nos histoires d'enfants Tantôt comme pirates tantôt comme Fanfan   Te souviens tu aussi du bruit de ces... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 17:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 novembre 2015

Le vent du nord

Le vent du Nord hurle dehors, jamais ne dors souvent il mordNe t'en va pas oui j'ai eu tort, j'aurai du dire amour amorPourquoi la vie, pourquoi la mort, je veux te serrer sur mon corps Le vent du Nord souffle sur nos corps La mer s'écrase sur les bords, elle est immense elle crie si fortTu veux partir virer de bord, m'abandonner à ce triste sortPourquoi la vie, pourquoi la mort, si je n'vois plus tes cheveux d'or Le vent du Nord souffle sur nos morts Le feu ardent tout il dévore, il allume des soleils mortsReste avec moi un peu... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 15:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 novembre 2015

Comptines

Les églantines griffent le ciel, d'une comptine coule du miel Oh triste sire garde ton fiel, gamine vive couleur pastel Douceur câline comme elle est belle, épargne la pauvre mortelle   Au fond du gin, tu perdras celle que tu domines bien malgré elle Rejoins les cimes a tire d'ailes, joue sur les rimes qui s'amoncellent Tu songes au crime de rêver d'elle, cesse tes mimes renonce à elle.   Quand tu animes ce jeu cruel, que tu ranimes un ange au ciel Vois la gamine qui vient du gel, la pantomime qu'elle danse elle. ... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 12:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 novembre 2015

Résilience

Quand t’avouera tu donc perdue, et à tes peurs couperas court Mais tu résistes à tout sans cesse, tu refuses tout ce qui blesse Accepte enfin les caresses, celles qu’on donne sans qu’elles agressent Résous toi donc aux mots velours, à ceux qu’on dit des mots d’amour.   Glisse toi dans les plis du cœur, vis donc ta vie sinon tu mœurs Oublie ces douleurs et ces pleurs, viens vivre sous le saule pleureur Dans la douceur des jours qui fuient, à même le sol couche toi Et raconte moi tes malheurs, tu n’as plus peur, tu as un... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 11:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 novembre 2015

Des pas dans le sable

A petits pas comptés, avance sur ce chemin Ne prend pas les sentiers, garde bien dans ta main Ce joli parchemin que l’on t’a hier donné, Tient le tout contre toi, prend garde de le froisser.   Une fois rentrée, près de la cheminée Déroule avec soin ce rouleau de papier Vois les traits et les points, et les lettres liées Les étranges dessins aux tons enluminés.   Saisis entre tes doigts le pinceau le plus fin Et dessine le motif à l’esprit qui te vient Ajoute à ces vies si finement contées Ton histoire à toi... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 11:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 novembre 2015

Sur l' instant

Sur le toit des voisins l’ardoise brille des rayons du soleil d’hiver je grignote mon pain en pensant que c’est bon d’avoir ouvert la fenêtre sur le ciel les montagnes, les forêts je savoure ce miel qui coule de mes doigts a présent je suis prêt à recevoir la joie.   Pierre BOUTET Tous droits réservés
Posté par Pierre Boutet à 10:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 novembre 2015

Cycle

Un cœur qui  palpite Une forme s'agite une faille  tressaille un pont qui se fond un bourgeon qui éclate une corolle qui s'ouvre sur un ciel de lit un sourire qui luit un être qui bondit des graines à foison et vive la moisson une ombre qui se courbe la terre qui recouvre ainsi à l'infini ainsi soit-il. Pierre BOUTET Tous droits réservés
Posté par Pierre Boutet à 10:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]