01 août 2018

On n’est pas mieux dehors...

  Les facéties de Pierre On n’est pas mieux dehors. C’est sous de beaux dehors, qu’elle m’est rentrée dedans. Elle avait dans sa bouche deux dents en or, qui las pointaient dehors. Je l’aurai de ce fait bien vite mise dehors, mais en dedans de moi, je savais j’avais tort.  Car j’allais ce jour là du dedans au dehors, sans regarder devant tant j’étais hors de moi. Car ma femme et moi étions deux dans l’affaire, elle voulait mettre dehors toutes mes affaires, sous prétexte qu’elle avait hier trouvé deux dans son... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 07:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 août 2018

Attention ça déborde !

  Les facéties de Pierre Attention ça déborde. Je suis au bord de l’eau et j’attends que ça morde, pourtant je vous accorde que jamais ne déborde le panier que je porte de ces truites qui mordent.  Je ne suis pas un lord assis au bord d’un fjord, faut que je vous l’accorde. Mais dans sa miséricorde, j’aimerai que concorde les voies de mon seigneur avec mes espoirs d’en pêcher, non pas des hordes, je veux pas que ça déborde, mais juste quelques prises évitant la discorde. Pour ne pas qu’à la maison ma femme ne se... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 07:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 août 2018

Ouillouillouil...

  Les facéties de Pierre Ouillouillouil... J’avoue que j’en bafouille, j’aime les mots en ouille....jamais je ne cafouille à faire la tambouille.  J’aime leur bonne bouille devant ma ratatouille. Lorsque ils voient qu’y grouillent les légumes qui y bouillent. Alors ils s’en barbouillent, s’en mettent plein les fouilles, jusqu’à ce qu’ils gargouillent au fond de leurs tripailles. Ils ne sont pas bredouilles même en matière d’andouilles, dont vite ils me dépouillent. Quelle carabistouille, mais il n’y a pas... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 07:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 août 2018

Appeler un chat

  Les facéties de Pierre Comme vétérinaire, j’aime appeler un chat un chat. Si parfois pour jouer je saute du coq à l’âne, je sais le résultat n’est pas à la hauteur, la montagne souvent accouche d’une souris. Pour autant n’ayant pas encore un chat dans la gorge, j’essaie d’éviter de réveiller le chat qui dort, d’autant que quand le chat n’est pas là, les souris dansent ! Qui ne nourrit le chat, nourrit le rat ! Mais le chien direz-vous ? Qui m’aime, aime mon chien, mais qui le l’aime pas, l’accuse de la rage. Peu... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 07:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 août 2018

L’accord de ta reine

  Les facéties de Pierre L’accord de ta reine. De ta vie tu prends les rênes, tu te bats fort dans l’arène, tu cherches aussi ta reine celle qui adoucira ta peine. Tu es né au bord du Rhin, mais tu as vécu à Rennes où passèrent jadis des reines mais aucun troupeau de rennes. Il faut que tu apprennes à tenir bien mieux les rênes, prends en donc de la graine, si quelqu’un te parraine. Que surtout rien ne te freine, mais ta reine, Irène, faut que tu apprennes, son accord faut que t’obtiennes, avant que tu la prennes. Car... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 07:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 août 2018

Homophonies

  Les facéties de Pierre Homophonies Est-ce parce que tu es, que si souvent tu hais. Et puis quoique tu aies, tu es si imparfait. Hais-tu parce que tu es ou n’es-tu que pour tuer ? Tu tues parce que tu es ou parce que tu hais ? Tu es devant ta haie comme un homme qui est, qui sait qu’il va tuer, tout ça parce qu’il hait. On m’a dit que tuer n’est pas bien tu le sais, et tu sais que tu hais mais ne dois pas tuer. Pierre Boutet
Posté par Pierre Boutet à 07:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 août 2018

Joli refrain

Les facéties de Pierre Joli refrain On prend souvent la vie comme un voyage en train, les uns avec entrain, d’autres à fond de train, d’autres au fond du train. On connaît ce refrain, mais personne ne sait où se trouve les freins.  On en voit tant de gens qui sont toujours en train d’agir, de s’agiter, qu’est-ce qui les contraint ? Pour d’autres le train-train de leur doux quotidien en rien ne les restreint. Il y a les boute-en-train jamais dans le pétrin, ils chantent des quatrains sur de joli lutrins. Entendez ces... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 07:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 août 2018

Sur ce theme

  Les facéties de Pierre. On en a déjà écrit et sur ce même thème celui de ces amours que partout tous on sèment.  Si on s’aime beaucoup, ce n’est partout le même, car l’amour que l’on sème nulle part il ne germe de même .Dans les cœurs en carême qu’il trouble et malmène, ou les cœurs en jachère où il est phénomène. Pourtant il se promène, partout il fait de même, on sait où il nous mène, on y va sans problème car l’amour n’aime pas l’odeur des chrysanthèmes mais celle de la vie dont il fait des poèmes. Quand... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 07:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 août 2018

Plus d’un tour dans son sac

  Les facéties de Pierre Plus d’un tour dans son sac C’est bien chacun son tour que l’on y fait son tour. Tour à tour dans des tours, et parfois dans des cours. Un jour c’est votre tour d’y faire un petit tour et d’en faire le tour. On rêve d’y tourner plus souvent qu’à son tour, et d’avoir pour ce faire plus d’un tour dans son sac. Mais quels que soient les tours que l’on y peut avoir, il n’y a de retour lorsqu’on dit au revoir. Même si sur son tour on façonne sa vie, qu’on y tourne autour, qu’on porte de beaux atours,... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 07:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 août 2018

Mon chair Robespierre.

Mon chair Robespierre, A lire les confrères et néanmoins poètes  Je crois bien deviner, ce qui est dans votre tête  Plutôt ce qui y fut, vu votre destinée  Et de cette diatribe, auriez pu vous passer. Vous fûtes de ces gens, pour qui la Vérité  Était une déesse à qui sacrifier Comment avez-vous pu, à ce point oublier Qu’ il en est une seule, et c’est la Liberté. Vous étiez las ! de ceux qui aime pour leurs idées  Plutôt que de mort lente, la préférer violente Comment peut-on ainsi, perdre à ce... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 07:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]