21 septembre 2018

S’ils en viennent à douter...

S’ils en viennent à douter.... On craint de la nature un vrai effondrement Quand tous ses équilibres perdront leurs fondements On parle des glaciers et de la mer qui monte Du réveil des volcans, de la terre qui gronde Mais bien avant cela, c’est notre affolement Quand on constatera tout est perdu vraiment Il n’y aura plus de règles dans le chacun pour soi Car quitte à tout perdre, il n’y aura plus de lois. Le fragile vernis de civilisation Volera en éclats sous l’affreuse pression L’homme est un animal près à la... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 08:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 septembre 2018

Crépuscule.

Crépuscule. Si j’ai avec Ronsard, appris combien la rose Est belle et fragile même si on l’arrose Comme avec Mirabeau j’ai compris que le temps Coule comme la Seine et charrie nos printemps, Je vois un monde où l’Art devient très ordinaire Comme s’il intégrait que nous sommes éphémères  Je vois le crépuscule qui envahit notre époque  Combien sont minuscules, tous nos projets en toc. Si j’ai avec Vinci compris la Renaissance Combien alors l’Europe pouvait en être fière  Comme avec Diderot j’eu accès aux... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 08:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 septembre 2018

Post apocalyptique.

Post-apocalyptique Jamais au grand jamais, pourront l’imaginer Lorsqu’il ne sera plus que caillou déserté  Balayé par les vents ou par mille tempêtes  Ce grand paradis bleu, je devine leurs têtes  Eux dont nous sommes aujourd’hui les ancêtres. S’ils survivent, miracle, à toutes nos erreurs S’ils ont su surmonter mieux que nous leurs vraies peurs  Ils n’auront comme rêves que de partir ailleurs Vers un monde qui pourrait leur offrir le meilleur, Mais condamnés à vivre, jusqu’au bout, leurs malheurs. ... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 08:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 septembre 2018

Furtive.

  Furtive. Quand je l’entraperçue au fond de la coursive Image subliminale, et vision si furtive Je sus malgré cela que j’en serai brisé  Que mon coeur, à jamais, en serait prisonnier. Était-ce le grand voile posé sur ses cheveux Lui faisant une traîne soulevée sous mes yeux Était-ce le regard tout rempli d’éclairs noirs  Qui d’un coup de harpon a accroché l’espoir ? Rien qu’une silhouette, mais aussi quelle allure ! A peine un visage, mais en pleine figure ! Est-ce alors cela que l’on dit coup de... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 08:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 septembre 2018

Options...

Options. Pourquoi chanter encore de la vie les plaisirs Ou célébrer de nature les merveilles Pourquoi croire en demain, à ce qui va venir Pourquoi rendre hommage à l’aube qui s’éveille  Quand plombent l’avenir des nuages si noirs Quand chaque jour qui naît tue un peu plus l’espoir Quand ce ne sont que cris, tempêtes et tumultes Quand tremble là le sol, ou le typhon exulte ? Pourquoi si tout est dit ruminer ces malheurs Si on connaît la fin, si on n’en connaît l’heure Pourquoi se lamenter si ça ne sert à rien Et... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 08:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 septembre 2018

Au bout du tunnel.

  Au bout du tunnel. Quand après bien des jours de questions et de doutes Et avoir affronté ces sujets qu’on redoute On s’extrait de la glu des remugles obsédants  Pour accepter la vie malgré ses maux dedans, Quand on a hésité à reprendre la route Qu’on vit au ralenti et l’esprit en déroute  Qu’on s’est trop demandé et pourquoi et comment Accepter un destin qui a coup sûr nous ment, Quand on a bien marché le long de chemins d’ombres Que l’on a ruminé longtemps des pensées sombres Qu’on aspire à... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 08:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 septembre 2018

Coeur solitaire.

  Coeur solitaire. Un coeur privé de mots que peut-il donc comprendre Il est comme un enfant qui a tout à apprendre Il n’a que des instincts qui viennent s’en éprendre  Il n’est lors qu’un jouet qu’on ne peut pas entendre. Un coeur qui à jamais, serait rendu muet Qui n’aurait pas appris comment il peut muer Qui resterait perdu au milieu des nuées  Des émotions que rien ne vient atténuer. Pire qu’un cœur brisé, un coeur abandonné  A qui personne un jour, a su un peu parler Un coeur si solitaire... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 08:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 septembre 2018

A sec.

  A sec. Rivière desséchée où s’ennuient les galets Plage abandonnée privée de coquillages Ou ciel trop dégagé sans plus aucun nuage Mon esprit s’est vidé de tous ses mots en cage, Mon coeur est trop troublé pour ciseler ses rimes Mon esprit désolé n’a plus rien qui l’anime Le fil s’est-il rompu en fin de la bobine S’est-il donc épuisé le filon de la mine ? Du blanc, du blanc et encore du blanc J’ai beau chercher en moi il n’y a plus rien dedans Où est passée l’envie, où est parti l’élan  Qui invitait à... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 08:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 septembre 2018

Gouffre.

Gouffre Je me penche parfois tout au dessus d’un gouffre J’y ressens ce vertige dont beaucoup d’hommes souffrent Cette envie de sombrer, étourdis par le vide Cette attraction mortelle qui les rend si languides. Mais je me ressaisis et recule d’un pas Avec le cœur battant d’avoir frôlé la chute Je me rassure un peu d’éviter la culbute En pensant que cela ne tenait qu’à un pas. Pourquoi n’avons nous pas ce geste salutaire Qui nous éviterait de tomber tous à terre Pourquoi avance-t-on de ce pas résolu  Vers cette... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 08:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 septembre 2018

Le doux de sa caresse.

  Le doux de sa caresse. Me perdre à jamais sur un rayon de lune Oublier mes pensées, n’en emporter aucune Me fondre dans l’azur, estompé par la brume Que personne surtout ne vienne et m’en exhume. Est-ce encore vivre que sortir de ce monde Pour échapper un peu à ce qu’il a d’immonde Faut-il alors mourir, si l’on n’a plus d’espoir  Et quitter cette vie, si on ne peut y croire ? Non j’aime trop la vie pour céder aux sirènes  Qui chantent l’illusion au creux de mon oreille Partir dans un néant où je sais... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 08:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]