21 septembre 2018

Options...

Options. Pourquoi chanter encore de la vie les plaisirs Ou célébrer de nature les merveilles Pourquoi croire en demain, à ce qui va venir Pourquoi rendre hommage à l’aube qui s’éveille  Quand plombent l’avenir des nuages si noirs Quand chaque jour qui naît tue un peu plus l’espoir Quand ce ne sont que cris, tempêtes et tumultes Quand tremble là le sol, ou le typhon exulte ? Pourquoi si tout est dit ruminer ces malheurs Si on connaît la fin, si on n’en connaît l’heure Pourquoi se lamenter si ça ne sert à rien Et... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 08:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 septembre 2018

Au bout du tunnel.

  Au bout du tunnel. Quand après bien des jours de questions et de doutes Et avoir affronté ces sujets qu’on redoute On s’extrait de la glu des remugles obsédants  Pour accepter la vie malgré ses maux dedans, Quand on a hésité à reprendre la route Qu’on vit au ralenti et l’esprit en déroute  Qu’on s’est trop demandé et pourquoi et comment Accepter un destin qui a coup sûr nous ment, Quand on a bien marché le long de chemins d’ombres Que l’on a ruminé longtemps des pensées sombres Qu’on aspire à... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 08:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 septembre 2018

Coeur solitaire.

  Coeur solitaire. Un coeur privé de mots que peut-il donc comprendre Il est comme un enfant qui a tout à apprendre Il n’a que des instincts qui viennent s’en éprendre  Il n’est lors qu’un jouet qu’on ne peut pas entendre. Un coeur qui à jamais, serait rendu muet Qui n’aurait pas appris comment il peut muer Qui resterait perdu au milieu des nuées  Des émotions que rien ne vient atténuer. Pire qu’un cœur brisé, un coeur abandonné  A qui personne un jour, a su un peu parler Un coeur si solitaire... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 08:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 septembre 2018

A sec.

  A sec. Rivière desséchée où s’ennuient les galets Plage abandonnée privée de coquillages Ou ciel trop dégagé sans plus aucun nuage Mon esprit s’est vidé de tous ses mots en cage, Mon coeur est trop troublé pour ciseler ses rimes Mon esprit désolé n’a plus rien qui l’anime Le fil s’est-il rompu en fin de la bobine S’est-il donc épuisé le filon de la mine ? Du blanc, du blanc et encore du blanc J’ai beau chercher en moi il n’y a plus rien dedans Où est passée l’envie, où est parti l’élan  Qui invitait à... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 08:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 septembre 2018

Gouffre.

Gouffre Je me penche parfois tout au dessus d’un gouffre J’y ressens ce vertige dont beaucoup d’hommes souffrent Cette envie de sombrer, étourdis par le vide Cette attraction mortelle qui les rend si languides. Mais je me ressaisis et recule d’un pas Avec le cœur battant d’avoir frôlé la chute Je me rassure un peu d’éviter la culbute En pensant que cela ne tenait qu’à un pas. Pourquoi n’avons nous pas ce geste salutaire Qui nous éviterait de tomber tous à terre Pourquoi avance-t-on de ce pas résolu  Vers cette... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 08:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 septembre 2018

Le doux de sa caresse.

  Le doux de sa caresse. Me perdre à jamais sur un rayon de lune Oublier mes pensées, n’en emporter aucune Me fondre dans l’azur, estompé par la brume Que personne surtout ne vienne et m’en exhume. Est-ce encore vivre que sortir de ce monde Pour échapper un peu à ce qu’il a d’immonde Faut-il alors mourir, si l’on n’a plus d’espoir  Et quitter cette vie, si on ne peut y croire ? Non j’aime trop la vie pour céder aux sirènes  Qui chantent l’illusion au creux de mon oreille Partir dans un néant où je sais... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 08:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 septembre 2018

Jadis.

  Jadis. Jadis je n’avais d’autre souci en tête  Que de penser beaucoup à la prochaine fête  Au prochain bon moment, à l’occasion de rêve  Cela c’était avant que demain on m’enlève. Je me croyais alors dans un monde en progrès  Qu’il suffisait bien sûr de bien accompagner D’un monde qui allait chaque jour un peu mieux Grâce aux pouvoirs des hommes, à leurs vœux ambitieux : Lutter contre la faim et toutes maladies Éduquer les enfants, arrêter les conflits Instaurer sur la terre une paix... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 08:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 septembre 2018

Nous battions la campagne.

Nous battions la campagne. J’étais un garçon gai courant dans la pinède  Souvent accompagné de quelques bons copains Qu’on disait garnements car de vrais arapedes  Qui s’accrochaient aux arbres comme pommes de pins.   Nous battions la campagne en furetant partout Cherchant de ces trésors souvent imaginaires Que nous pensions enfouis quelque part sous la terre Lors des guerres passées dont on nous taisait tout. Nous explorions alors les trous et galeries La ruine effondrée et le fond des vieux puits Ces... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 08:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 septembre 2018

Bémol

  Bémol. Pourquoi faut-il toujours une ombre au tableau Un petit signe moins qui vient gâcher la fête  Pourquoi a-t-on ainsi quelque chose en tête  Comme un peu de noir qui souille le drapeau. On se dit c’est trop beau, ça ne va pas durer Ou alors c’est trop court, pour bien en profiter Cet instant de bonheur l’ai-je bien mérité  Pourquoi pèse ainsi la culpabilité ? Pourquoi mettre un bémol à ces moments magiques Rester à l’entresol quand la joie nous invite Pourquoi ce petit doute qui ainsi nous... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 08:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 septembre 2018

Une chanson d’amour

  Chanson d’amour.... Bon je m’en vais vous faire une chanson ben tendre De celle qu’on entend et qui savent se vendre De celle où l’amour se dit de façon brute Sans aucune finesse dans ce monde de brute. Je vais faire semblant de rimer mes propos Juste pour aligner sans raison quelques mots Qui seront bien noyés dans la bouillie sonore Il suffit que le rythme soit lui bien en accord. Des paroles sans sève qui simulent le rêve  Des mots bien trop usés, comme de toi j’en crève  Qui n’ont pas trop de... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 08:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]