26 novembre 2018

Venin.

Venin. Venue à la fontaine, tremper ses bas de laine Dans sa bassine pleine, elle chantait Marjolaine Des airs de lavandières aux odeurs de printemps De ceux dans les musettes que souvent on entend. Craquent quelques brindilles tout soudain dans son dos Bascule sa bassine et glisse son manteau Une main sur sa bouche bâillonne tous ses mots Tandis qu’une main cherche le creux de son fuseau. Où passée l’innocence dans ce triste tableau C’est juste la puissance qu’a le loup sur l’agneau Tu cries à l’indécence mais ce... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 11:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 novembre 2018

La tête dans le sable

  La tête dans le sable. Pour être encore heureux Pour que sur toi ne pèse  La vue des jours peureux Pour te sentir à l’aise Plus d’autre solution Pour que baisse la pression Plus d’autre évasion  Quand y a plus d’illusion La tête dans le sable Pour être encore capable Sans te sentir coupable De vivre dans ta fable. N’ouvre pas de journaux Ne prend pas le métro  Regarde les oiseaux  Tant qu’il en a là-haut N’écoute la radio Ferme les yeux au boulot Ignore les écolos  Prend... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 11:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 novembre 2018

Le temps des cathédrales.

Le temps des cathédrales. Des temps qu’on dit obscurs mais aussi magnifiques De ces temps d’aventure et de charges épiques  Noire était la misère pour la plupart des gens Mais à côté bien d’autres se vautraient dans l’argent. Tandis que le bas peuple, surtout des paysans Grattait toujours la terre pour des seigneurs puissants Ceux là se gobergeaient en tournois et batailles En tenues d’apparat et en grasses volailles. Et quand le petit peuple se pressait à l’église Pour y entendre parler de la terre promise Des... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 11:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 novembre 2018

Point ne t’afflige, vie ne se fige.

Point ne t’afflige Vie ne se fige. C’est lentement qu’elles inscrivent Toutes mes peines sur ma peau Mes blessures ce sont mes rides Qui en disent plus que mes mots C’est à coup sûr lui qui m’arrache Tous les moments qui me sont beaux Le temps auquel rien ne s’attache Pas plus que sur des plumes l’eau. C’est bien le sang qui s’appauvrit De tous les cris qu’il a nourri Jusqu’à ce flot qui se tarit Un dernier fil et c’est fini. C’est dans ma voix qu’était ma joie Tant que c’était et toi et moi Quand je ressentais... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 11:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 novembre 2018

Amène toi.

Amène toi. Si tu n’as plus l’envie des choses de la vie Si plus tu ne salives devant un très bon plat Si plus de forces vives ne soulève ton pas Si plus rien ne ravive en toi quelque combat Alors amène toi Viens jusqu’à chez moi Je n’ai pas plus de foi en un monde meilleur Mais peut être qu’à deux nous aurons bien moins peur Si ton coeur fait relâche, si tu te sens trop lâche Si tu crois plus à rien, si pour toi tu vaux rien Si tu as épuisé toutes tes illusions Si tu ne ressens plus, plus la moindre passion Alors... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 10:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 novembre 2018

Les belles déchirures

  Les belles déchirures. Mes vers sont bien trop sages et ma prose trop lisse Faut-il donc comme d’autres que plus d’odeurs s’y glissent ? Qu’y vivent la misère, le doute, le désespoir Qu’ils confient à l’alcool, aux remugles, aux brouillards ? On sent la pâte humaine vibrer franco de port Au comptoir des cafés ou aux tables des ports De belles déchirures comme autant de ratures Se voient en devanture de ces tristes aventures. Ce sont des cris de peine plus que des chants d’amour Y palpitent les veines... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 10:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 novembre 2018

Ouvrez les yeux.

  Ouvrez les yeux. A ceux qui ont tout sur terre, je dis : grand bien vous fasse Vous n’êtes actionnaires que du commun espace Pourquoi acceptez vous lors les brassées de fleurs Quand beaucoup ne récoltent que des bouquets de pleurs ? A ceux qui ont pu naître sur un coup de hasard Dans des pays de maîtres où ce n’est le bazar Pourquoi supportez-vous tous ces enfants qui crèvent  Alors que vous vivez dans un monde de rêves ? A ceux qui par chance n’ont guère eu à se battre Juste à bien user de ce qu’on leur... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 10:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 novembre 2018

Déréliction.

  Déréliction. Elle ne sait croiser que des vers de noirceurs  Sur des feuillets tristesse aux couleurs d'amertume Aurait-elle oublié les élans de son cœur  Et les ardents assauts dont lui reste l’écume ? Elle était gaieté, elle virevoltait Comme un colibri sur ses fleurs de jeunesse Elle n’avait en ce temps point d’idée de tristesse C’est du matin au soir que sa beauté chantait. Quel est donc l’éteignoir qui l’a ainsi changée  Qui fit une sorcière de notre jolie fée ? Qui a eu ce pouvoir de... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 10:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 novembre 2018

La belle et la bête

  La belle et la bête. Un jour ,quand le nuage aura tu son averse , Que viendra l'arc-en-ciel et le soleil ivresse , Que ses rayons ardents me seront des caresses Alors me reviendra la chanson qui me berce Celle que me chantait la nourrice Céleste La poitrine avenante et la main un peu leste Lorsqu’elle me baignait dans les eaux du Léthé  Pour me faire oublier qui donc j’avais été. Avant que de renaître dans ce monde enchanté  Le monstre impitoyable qui tout défigurait  La bête innommable... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 10:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 novembre 2018

Le langage est partout

Le langage est partout. Parler à demi mots, c’est aussi par le geste Quelque soit notre code, un langage il reste Car entre deux esprits prisonniers de leur chair Il y faut un vecteur pour qu’un contact soit clair. Apprendre un langage, c’est sortir d’une cage Celle dont les barreaux ne sont faits que de mots De signes ou des gestes, quel que soit le message Peu importe du reste, si net est le propos. Un monde à décrypter c’est bien à quoi la science S’est toujours employée, depuis que nos consciences Essaient de... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 10:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]