03 janvier 2016

Planète bleue

Heurtée par mille vagues, et rongée par l'écumeSous les assauts de l'eau, la falaise reculeLà où l'ancienne plage était de sable finLa mer dès à présent, roule ses galets sans fin. La ville était si fière d'avoir les pieds dans l'eauUn port et des bateaux, des hôtels sur ses plagesTous les ans à la fête, dès lors qu'il faisait beauUne ville si prospère grâce à ces paysages. Mais la mer est montée, par la faute des glaciersDe ces glaces lointaines qui fondent à vue d'œil Elle a tout recouvert des quais et des palmiersDe tout ce fier... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 20:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 janvier 2016

Lassitude

Je me sens si languide au rythme de ma proseVoilà une clairière qui m'invite à la pausePourquoi tant s'agiter quand la nature proposeDe s'arrêter un peu le temps qu'elle se repose. Qu'elle se repose un peu de toutes nos erreursDes agressions menées contre ses équilibresQu'elle dispose de temps pour écouter son cœurEt pour savoir enfin s'il faut nous laisser vivre. J'appelle de mes vœux une langue limpideQui nous éclairera sur nos actes avidesJe rêve que demain tous ensemble acquisA la cause commune nous soyons tous conquis. Je... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 20:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 janvier 2016

Pause

La douce couleur bleuQue diffuse la nuitGomme délicate les bleusD'une douleur enfouie Le silence apaisantDe la chambre assombrieRépond au ronflementDe la belle endormie Le drap est bien tiré Sur son épaule nueRien n'est à retirerDe la belle ingénue. L'aiguille de l'horlogeSemble bien arrêtéeLe lit où elle se loveSi elle y pouvait rester... Cet instant, cette pausePour moi seul elle disposeDe l'émotion qui naitDans ce moment secret. Pierre BOUTET Tous droits réservés
Posté par Pierre Boutet à 18:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 janvier 2016

Ne dis rien

Ne dis pas quand tu pars, je préfère pas savoirLaisse derrière toi tes remords, mes espoirsEt sans te retourner allonge un peu ton pas. Ne dis pas au revoir, je préfère savoirQue tu pars sans regrets, ne sors pas ton mouchoirVa vers ta destinée, et pars sans un regard. Ne dis pas je m'en vais, je préfère l'ignorerLaisse moi l'illusion que je peux te garderFonce droit devant toi et ne t'arrête pas. Ne fais pas tes adieux, laisse moi dans ce lieu Fais vite tes bagages et puis fais pour le mieuxNe me dis rien surtout de celui qui... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 18:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 janvier 2016

Dehors

Petit matin brumeux, le gel a blanchi l'herbeDehors tout est figé, le silence est superbeUne brise tenue vient caresser les arbresLes branches y paraissent, comme coulées dans le marbre. A travers la fenêtre, blotti près du grand poêleJe ressens la nature en arrêt, en attenteDerrière tout ce calme, les tensions sont patentesToute la vie se tient prête à prendre les voiles. Le printemps est bien loin mais l'espoir est tangibleMalgré les apparences la mort n'a pas gagnéLa vie est toujours là, tapie et aux aguetsPrête pour des élans... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 16:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 janvier 2016

Jeux de mots

Comme une gourmandise elle flatte ton egoLa jolie friandise à portée de ta peauLa petite donzelle attirée par tes motsPeut être qu'elle voudrait goûter à ton pipeau. L'amour est bien une affaire de motsOn joue avec sa tête avant qu'avec sa peauLa musique des vers et celle du pipeauAttirent des fruits verts pour nourrir ton ego. Si tu veux qu'à mon tour je te joue du pipeauÉcoute bien ma belle, savoure bien ces motsJe crois bien qu'à la fin c'est affaire d'egoJ'arriverai peut être à caresser ta peau. En forçant ma nature, en... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 16:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 janvier 2016

Vivre l'instant (carpe diem)

Le temps est immobile alors nous on galopeIllusion fort trompeuse car l'aiguille est salopeInsaisissable fluide mais aussi immuablePareil une eau vive ou semblable au sable On ne peut l'arrêter et lorsque je calculeQuand le temps lui avance, c'est la vie qui reculeLe traversons nous ou est ce lui qui nous perce ?Flottons nous dans le temps où est ce lui qui nous berce ? Le seul dieu de ce monde est bien ce diable làDe tout il vient à bout, en lui tout qui s'en vaIl a faim de nos vies, y marque le mot finIl est indifférent, proche et... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 11:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 janvier 2016

Vieilles histoires

Il enveloppe tout dans son cocon de gazeParfois laisse entrevoir des bribes du passéOn ne sait donc plus trop dans laquelle des casesRéside les souvenirs ou nos vieilles pensées. Le miroir éclaté de nos chères mémoiresRenvoie plus qu'à son tour un peu de nos histoiresPour dérouler à fond, et toutes ses bobinesIl ne laisse qu'un fil sur lequel on s'escrime. Dans nos têtes remplies au terme de nos viesQuelqu'un y a placé, je crois bien une gommeAfin que nous ne puissions faire la quête en sommeDe nos moments passés, les boire jusqu'à... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 11:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 janvier 2016

Paroles de sages

La parole est partout en un bruyant vacarmeLes mots ceux qui font sens se font vraiment très raresAu milieu du verbiage quelquefois on entendDes personnes vers lesquelles, bien surpris, on se tend. Ces êtres d'exception sont des gens ordinairesS'ils retiennent l'attention, c'est qu'ils sont exemplairesLeurs actes et leurs propos sont bien en harmonieCe n'est pas étonnant si nous sommes acquis. Nous sommes bien perdus en demande de repèresCe qu'on nous a appris ou enseigné nos pèresNe nous apporte plus les réponses attenduesNotre... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 11:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 janvier 2016

Dans tes mains

Dans un futur lointain, mais peut être demain, Tu tiendras dans tes mains un peu de nos destins Tu es venu au monde avec un lourd fardeau Corriger les erreurs qu’on t’a mis sur le dos.   Tes pères et leurs pères ont joui et profité Dune nature belle de ce qu’elle pouvait donner Mais tout à leurs désirs, ils ont bien oublié Que c’était un tonneau qu’il fallait pas vider.   Que tu sois homme ou femme, tu n’as pas trop de choix Sur bien de ces abus il faudra faire une croix A toi de découvrir quelles nouvelles... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 11:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]