31 juillet 2018

La seule voie.

  La seule voie. Je pourrais être amer mais que vaut l’amertume Ou bien alors cynique mais ce serait facile Ou bien désespéré mais n’est-ce plus utile De clamer haut et fort, et tant pis pour l’écume, Qu’il y a d’autres voies que la résignation Pour vivre bien ensemble bien d’autres solutions Que de nous mettre en guerre et l’autre rejeter Nous sommes tous des frères, la science l’a prouvé. Même si ça m’attriste, je ne veux de colère  Car tous ces sentiments exacerbent les haines Je veux la main tendue dire... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 17:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

31 juillet 2018

Merci pour cette belle fête

  Merci pour cette belle fête. Vous avez tout donné dans l’esprit olympique Pour ces quelques journées, je vous en félicite  Certains esprits chagrins émettront des critiques Mais l’essentiel enfin était votre invite, A célébrer nombreux ce lieu de réussite  Cette cité sportive pour laquelle vous fîtes  Des efforts remarqués que je salue bien bas Quand même le beau temps, lui il n’y était pas. Ce moment nécessaire aura ainsi marqué  Cette cinquantenaire au bilan éclatant Aussi sa... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 17:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
31 juillet 2018

Les grandes causes.

Les Grandes Causes. On peut toujours jouer les rabat-joie En ce jour où les Bleus portent autant d’espoir  On peut dire qu’il y a de bien plus grandes causes Mais ça ne sert à rien, si ainsi moi je cause. Car tout est en suspens, le reste au second plan Fort est le consensus autour de cet élan  Ils sont vraiment si rares les moments qui unissent Bien sûr dans l’allégresse, et non pas comme à Nice. Ce soir c’est bien l’acmé, c’est le point le plus haut Des attentes d’un peuple autour de leur héros  Quand... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 17:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
31 juillet 2018

Un peu d’encre, à peine...

  Un peu d’encre, à peine. Comme vous j’en suis sûr j’ai la plume qui flanche Lorsque je réalise ce que j’ai dans ma manche Un peu d’encre à peine, des valises de mots Rien qui puisse hélas empêcher les bourreaux. De pauvres mots d’amour contre toute la haine Qui embrase les cœurs et nourrit tant de peines Fragiles mots de paix devant cette violence Qui arrive à mettre les hommes en transe. Toucherai-je un coeur, atteindrai-je une âme  Que rien malgré cela n’ébranlera l’infâme  Convaincrai-je un homme,... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 17:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
31 juillet 2018

Sans ailes, avec Elle.

Sans ailes, avec elle. Souvent l’on imagine des ailes pour les anges Comme s’ils venaient du ciel comme autant de mésanges  Moi j’aime à penser qu’il y en a à nageoires Venus du fond des mers mais c’est une autre histoire. S’il existe des anges et s’ils sont parmi nous On doit les reconnaître tant ils ont les yeux doux Ce sont ceux que je vis, en voyant ton visage Je compris ton regard et son tendre message. Ne le dites pas trop, je vis avec un ange Il y en a qui pourraient trouver cela étrange  Vous prendre... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 17:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
31 juillet 2018

Envahisseuse.

  Envahisseuse. Elle s’invite toujours quand on ne l’attendait Mais on l’entend très fort à la porte frapper Alors elle envahit sans rien nous demander Ce logis qui est à nous pour bien s’y installer. On en est tout d’abord tout à fait stupéfait  Se disant mais enfin qu’est-ce donc que j’ai fait ? Pour mériter ce sort et la voir s’imposer Puis on fait des efforts pour s’en débarrasser. Mais la garce est coriace et sait nous rappeler Que l’on est vulnérable, malgré tous nos grands airs Elle frappe là où on... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 17:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

31 juillet 2018

Tant de portes

Tant de portes. Avec la poésie on ouvre tant de portes Toutes si différentes chacune nous apporte Comme un nouveau regard qu’on peut glisser alors  La poésie nous aide à regarder dehors. Nous sommes prisonniers de tant et tant de normes Enfermés dans des codes, protégés du difforme Le langage lui même malgré ses multiformes Seule la poésie peut dépasser les formes. Elle est plus qu’une langue et ne contraint les mots Elle revêt parfois des poils comme un pinceau Ou bien comme un archet, elle émet des notes Qui... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 17:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
31 juillet 2018

Écrire ? Mais pourquoi ?

  Écrire ? Mais pourquoi ? Mais pourquoi donc écrire si ça ne sert à rien Quelques mots sur la page qui ne changeront rien Qui sait si le hasard qui fait les choses bien Aura la facétie de retenir les miens ? Encore faudrait-il que ça serve d’écrire  La poésie n’est qu’une de nos façons de vivre Elle n’a pas vocation à dicter l’avenir Sauf dans ce qu’elle donne, parfois, à ressentir. La parole est multiple, elle tient ses propos C’est façon de parler que d’inscrire des mots Qui ne vont s’envoler, s’ils sont... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 17:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
31 juillet 2018

Sans fin

Sans fin. Combien ce monde compte-t-il de poètes  De peintres attachés à coucher sur la toile De musiciens rêvant de jouer les étoiles  D’artistes investis pour égayer nos fêtes ? Miracle ils n’ont tout dit, tout joué, tout écrit  Il y a encore la place pour y pousser son cri Des notes et des mots, des pinceaux, des couleurs Pour exprimer les choses tout au fond de son coeur Pour ma part Dans ces arts Le regard Est à part. Combien y trouve-t-on dans les bibliothèques De romans, de recueils, de... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 17:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
31 juillet 2018

Pas même une seconde.

  Pas même une seconde. J’ai perçu dans ton coeur la subtile fêlure  Que le doute insinue comme une vraie blessure Quand tu crois que j’ai pu connaître une aventure A notre roman d’amour faire quelque rature. Je puis poser mes yeux sur bien d’autres beautés  Sans pour cela trahir la seule vérité  Car tu es bien la seule de toute éternité  Pour laquelle il bat mon coeur et tout entier. Que ton regard se trouble de larmes retenues Pour des serments tu crois que je n’aurais tenus Sais-tu que je... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 17:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]