02 mai 2019

Un doux supplice

Un doux supplice Parmi bien des supplices il en est un que j’aime Car c’est un vrai délice lorsque enfin il cesse Oscar le disait bien qu’il résistait à tout  Sauf à ce seul supplice qui peut être si doux. Affreux quand on résiste ou est inaccessible  Tentale en souffrait de cet irrésistible Lorsqu’à portée de main ou à portée de bouche On est près du plaisir mais jamais ne le touche. La poussée du désir est émotion superbe Sauf si satisfaction se voit coupée comme herbe Derrière la vitrine un objet vous... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 14:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 mai 2019

Le dernier coup d’épée

Le dernier coup d’épée. Partirai-je un jour ? Je crois qu’il est bien tard Pareille décision se prend mais sans retard Est bien passé le temps où je croyais encore Découvrir le bonheur dans un autre décor. J’ai quitté mon lieu dit, pour m’en aller ailleurs Ce que j’ai vu du monde a bien touché mon cœur J’ai pu voir que les hommes sont bien partout pareils Ils ont tous mêmes yeux, quelles que soient leurs merveilles. Partout ils ont construit de ces villes immenses Où ils s’entassent tous, pour y gagner leur vie ... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 14:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 mai 2019

Cocons.

Cocon. Nous avons tous un lit au cœur de nos maisons Pour beaucoup c’est un nid où faire pâmoisons  Où avoir ces ébats, ces fruits de la passion Où cacher tout l’intime de deux corps en fusion. À la belle médaille il y a un revers Lorsque le lit devient antichambre d’enfer Lorsque on s’y retrouve tout perclus de douleurs Lorsque le lit devient la prison de l’horreur. Le lit est un refuge pour y vivre ou mourir Où l’on passe du temps, trop de temps à dormir  Où l’on passe un moment bien trop court à s’aimer ... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 14:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 mai 2019

La force des fleuves

  La force des fleuves La force des fleuves c’est de se nourrir de tout, du moindre filet d’eau D’emporter avec lui toutes choses qui flotte De rouler sans relâche ces roches qu’il polit Toujours renouvelé et pourtant bien lui même  Toujours en mouvement mais sans quitter son lit Sinon parfois le temps d’une intense débâcle  Où ils tentent de mimer une mer qui s’étale. La force des fleuves c’est de nous amener  Sur leur dos, sur leur flot, vers d’autres destinées  Pour se jeter enfin dans les... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 14:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 mai 2019

En chansons

  En chansons. Les mots ce sont mes flèches rangées dans le carquois  Ma bouche est un arc qui les lance en paroles C’est ma bouche et ma voix par qui ces mots s’envolent  Pour frapper jusqu’à cœur, pour y semer l’émoi. La voix forge les mots et y donne couleurs Elle les pare de sens, en charge la valeur La parole est boulet ou est bouquet de fleurs La bouche un canon ou un puits de chaleur. Les poèmes sont des textes qui doivent être dits S’ils sont lus à voix haute, ils en sortent grandis La... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 14:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 mai 2019

Pour mes frères humains

  Pour mes frères humains. Chaque jour je me lève à une aube nouvelle Chaque jour je consume un peu plus de ma vie Je ne sais trop combien m’en reste de parcelles  Combien d’étapes encore sur cette road movie.  Les jours se précipitent, la mêlée est confuse Je ne les compte plus, le temps qui court m’amuse Ma mesure du temps est dans ce que j’écris  Il ne s’écoule plus qu’au gré des poésies. J’ai dépassé le cap où la vie se construit Toute œuvre est périssable, donc je le suis aussi  De... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 14:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 mai 2019

La porte

La porte. Je sais bien ce qu’il y a au bout de mon chemin Comme tous je le sais ce trop commun destin Quand les hommes sont à la dernière étape  Savez-vous comment à la porte ils tapent ? L’homme courageux aborde le moment Sans faillir, sans faiblir serait-ce un instant Il regarde en face l’inconnu devant lui Il a encore un peu de sa force en lui. L’homme fataliste esquisse un sourire Il sait trop ce que c’est que mourir Il se laisse aller vers cet inéluctable  Comme fait dans le vent un simple grain de... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 14:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 mai 2019

Ce monde qui nous tient

  Ce monde qui nous tient. Combien nous poussons tous ces grands cris de rage Lorsque nous sommes à bout de peine et de courage Que l’on ne comprend pas pourquoi tous ces orages S’abattent sur nos têtes, même alors qu’on est sages. Nous cherchons tous alors qui sont les responsables Il y a forcément quelque part un coupable Si on peut le trouver nous serons bien capables De lui faire payer les maux qui nous accablent. Comment donc reconnaître, ou comment s’avouer Que nous sommes souvent celui qu’on veut trouver... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 14:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 mai 2019

Les images imposées

Les images imposées. Je voudrais échapper aux images imposées  À nos esprits logiques, par la réalité  La pensée n’a dit-on aucune des limites Alors point n’est besoin que le vrai elle imite. Ah si ma poésie pouvait là s’affranchir  Des représentations, si elle pouvait franchir Tous ces murs que construit un monde trop réel  Si elle pouvait aller bien au delà du ciel. Mais je suis prisonnier de ces mots qu’ont  forgés Tant de générations pour désigner les choses Comment parler de fleurs ou... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 14:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 mars 2019

La tête sur l’oreiller.

Duo de plumes Daniele LABRANCHE et Pierre-Jean BOUTET La tête sur l’oreiller Une lumière étrange la baignait ce jour là  Caressant son visage d’une légère aura Sa tête sur l’oreiller reposait sans combat Sa bouche arborait un sourire béat. Elle voulait encore prolonger ce plaisir Se le remémorant sous ses paupières closes, De temps en temps laissait s'échapper un soupir, Éloignant pour un temps, toutes pensées moroses. Songeant l’été dernier aux dernières vacances Elle entrait alors dans son adolescence ... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 08:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]