19 février 2017

Pas moins

Pas moins Si j'étais un soupir perdu au cœur des vents Où une goutte d'eau noyée dans l'océan Le battement d'un cil pendant un court instant Où un flocon de neige dans un désert tout blanc L'amour que je te porte n'en serait pas moins grand, Si je n'étais qu'un mot glissé dans un poème Où une bulle d'air au sein d'un bol de crème Un pauvre grain de sable que le courant promène Une fleur de pissenlit qu'un souffle d'air amène. L'envie que j'ai de toi serait toujours la même, Si j'étais un murmure au milieu du vacarme Où un... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 16:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 février 2017

Jouer

Jouer Au bout du bout du bout il y a ce grand trou Que d'aucun prennent goût à gagner tout à coup Quand d'autres restent debout, malgré tout. A la fin des fins, c'est le même dessein, quels que soient nos chemins Que certains ont rejoint d'un seul coup de leurs mains Quand d'autres prennent soin d'assumer leur destin. Il n'y aura plus de temps, plus de temps au cadran Que d'aucun sont constants à jouer au présent Quand beaucoup vont bravant jusqu'au bout du restant. Ce sera le silence, on peut avoir confiance Certains se font... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 16:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 février 2017

Idéaux

Idéaux Qui n'a rêvé d'aller au cœur de toutes choses De lever les mystères d'un seul bouquet de roses De saisir l'essentiel qui est bien quelque part Ou de tomber dessus fut-ce par pur hasard. Qui n'a voulu le vivre cet instant dit parfait Où tout est harmonie où on se sent complet Il paraît qu'il existe ceux qui l'ont rencontré Ne savent en tout cas nous dire comment on fait. Qui n'a cherché partout cet amour qu'on dit grand Où l'accord est parfait des gestes et des mots Quite à ne pas vivre le bonheur du présent En voulant... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 16:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 janvier 2017

Une ombre

Une ombre Un poète m'a dit Il doit y avoir de toi dans ce que tu écris Il n'y a de poésie que si elle est sentie, Si elle dit ta vie Il ne m'a convaincu car mon cœur se nourrit Bien mieux de ce qu'il voit que de ce qui l'emplit. Alors je me demande Pourquoi parler de moi, de mes amours banales De mes pauvres aventures, tristes ou sentimentales Faut-il que je me fende ? Pourquoi mettre en avant que cet individu Alors que le monde, nous offre de plus riches vécus ? C'est pourquoi je l'affirme Ce n'est que mon regard, ce ne sont... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 18:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 janvier 2017

Vide

Vide Tant de gens rêvent encore à un homme immortel Qui braverait la gloire même du Dieu éternel Qui ne verrait de fin à sa propre existence Pour qui le temps n'aurait plus la moindre importance. Un homme souverain sur lequel glisseraient Comme l'eau sur des plumes bien des milliers d'années Un homme qui n'aurait comme seule obsession Que de renouveler à plaisir ses passions. Car même immortel, ne vous y trompez pas L'homme reste un homme proche de l'animal Prisonnier de sa chair et des fortes pulsions Dont toute entière elle... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 17:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 janvier 2017

Espace-temps

Espace-temps Quand encore brumeux au matin je me lève Que je n'ai pas encore les idées vraiment claires Que comme des abeilles les mots en moi s'affairent Sans trouver de repos et sans faire de trêve, Je sais que pour calmer ces mots qui me harcèlent Il me faudra plier à leur pression brouillonne Coucher sur le papier et qu'au moins j'y crayonne Quelques vers arrachés à leurs sons de crécelle. Ce ne sera qu'alors que le calme revient Et que je puis enfin dire que je suis là Attention concentrée sur tous ces petits riens Qui en... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 17:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 janvier 2017

Non-dits

Non-dits... Une larme versée ce n'est pas que de l'eau Ce sont des sentiments qui s'écoulent à flots Un trop plein qui s'échappe d'une coupe remplie Par le flux et reflux des émotions meurtries. Un sanglot qui secoue une gorge serrée C'est un jet de tristesse qui n'a été bridé Qui viendra libérer une poitrine emplie Des peurs accumulées tout au long d'une vie. Quand sous la carapace que nous nous construisons Sous ces masques avenants que nous tous nous portons Viennent se déposer toutes nos expériences Dont beaucoup bien... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 17:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 janvier 2017

Equilibres

Équilibres Le soleil frappe fort la blancheur des façades De ce blanc éclatant qu'ont ici les falaises Au point que éblouis on est prêt du malaise Qu'on s'abrite les yeux au cours de la ballade. Et le bleu des fenêtres répond au bleu des cieux Au bleu de cette mer qui fut aimée des dieux Quand les temples dressés en Méditerranée Étaient tous à leur gloire dans ce lointain passé. Et l'ombre dans les rues étroites en escaliers Permet une fraîcheur trop rare et appréciée Quand ces vieux architectes en concevaient les traits De... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 17:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 janvier 2017

An nouveau ?

An nouveau ? Premiers mots, premiers jets, ébauche de projets Premiers balbutiements au seuil de l'an nouveau Premières tentatives sur de nouveaux sujets Premiers essais de vers , poésie levée tôt. Nous découpons le temps en tranches d'artifices Et nous nous laissons prendre à nos propres malices Ce matin est nouveau parce que je le veux bien Il ne l'est davantage que tout autre matin. Car c'est bien dans nos têtes que sont les différences Qui nous aident à aller comme en reconnaissance Vers des temps qui auront la forme de... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 17:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 janvier 2017

Le culte de soi

Le culte de soi Combien ont l'illusion d'être à eux seuls une oeuvre D'avoir à l'accomplir comme un but dans la vie Combien à accepter d'avaler la couleuvre Et lors d'y consacrer toute leur énergie ? S'admirer à plaisir, contempler sa statue Et lui vouer un culte comme de bien entendu Se donner comme but que d'être toujours mieux Au point que l'on devient alors son propre dieu. N'avoir alors des autres qu'une vague impression Et les considérer comme de simples pions Destinés à jouer au mieux les supplétifs Pour atteindre plus... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 17:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]