13 avril 2018

Tendres feux

  Tendres feux. J’aime ce bonheur simple, contre toi me serrer Sentir me pénétrer la chaleur de ton corps Alors qu’à l’horizon le jour se teinte d’or La vieillesse est un temps qu’il nous faut savourer. Il ne nous reste plus que ces tendres instants, Moments si précieux que tous deux on partage, La jeunesse est enfuie mais nous restons présents, Convaincus que la vie nous a rendus plus sages. Rien ne sert de courir, quand le terme est connu Nous avons la sagesse, des amants devenus Au fil de tant d’années... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 09:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 avril 2018

Les saveurs primitives

Les saveurs primitives. Vivre n’a de raison que justement de vivre Se poser la question c’est là vouloir souffrir, N’y-a-t-il de l’orgueil ou de la prétention  A vouloir y trouver quelque autre raison. En aucune façon ne se sentir coupable De respirer, d’aimer autant qu’on est capable Essayer d’être utile est certes très louable Mais chercher le bonheur est aussi acceptable. Combien ceux d’entre nous, qui gâtent ainsi leurs chances A penser qu’ils sont là, pour remplir des missions Bien sûr ils sont nombreux,... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 09:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 avril 2018

Tétanisé

Tétanisé. Est-ce un coeur en émoi, qui pousse à écrire ? J’écris mieux pour ma part, quand j’ai le coeur à rire Lorsque l’effroi le glace, et le noie de terreur Je n’ai de mots à dire, pour exprimer ma peur. Déjà de pouvoir dire, nos douleurs, nos tracas C’est qu’on a dépassé, le point là tout en bas Où on est écrasé, au point que de souffrir Demeure peu de choses, et en regard du pire. Parler et témoigner, tout après ça soulage Le crise est passée, ça a des avantages On demeure tremblant, si honteux de sa peur Quand... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 09:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 avril 2018

Mauvais sang

  Mauvais sang. Ça arrive toujours dans un jour ordinaire Ça vient bouleverser, tout sens-dessus-dessous, Ça vous laisse parfois, tomber le cul par terre Tant c’est inattendu, et tant ça change tout. L’image est connue de l’éclair qui détonne  Dans un ciel si serein, que soudain il étonne  Je préfère quant à moi, vous parler de massue On se sent écrasé, ça vous tombe dessus. La vie était légère, autant qu’elle peut l’être  Avant que le malheur, passe par la fenêtre On n’avait à l’esprit, que... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 12:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 avril 2018

Les vertiges de la Carenca

Les vertiges de la Caranca. Les gorges de la têt, pour qui ne les connaît Offrent bien des chemins, pour bien y randonner C’est pourquoi ce matin, tous levés de bonne heure  Nous y sommes allés, tous le cœur plein d’ardeur. Un soleil printanier, qui s’est vite montré  Tout au long de la marche, nous a accompagné  D’abord le long du cours, tout en bas dans son lit Avons baguenaudé, sous une ombre propice Premier étonnement, devant une cascade Tombant dans une vasque, mais pas une naïade  Alors... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 12:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 avril 2018

J’ai une femme savez-vous ?

J’ai une femme savez-vous ? J’ai une femme savez-vous  Qui n’est pas gentille du tout Je veux conter lui fleurette Elle dit que j’ai l’air bête  Je lui dis tout mon amour Elle me gronde en retour. J’ai une femme savez-vous  Qui est gentille comme tout Quand je lui dis je m’en vais  Elle me dit revenez  Quand je partage sa couche Elle veut bien que je la touche J’ai une femme savez-vous Qui est gentille comme vous Quand je lui dis voulez-vous ? Un bien tendre câlinou ? Elle me répond... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 12:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 avril 2018

Autant de vérités

  Autant de vérités. A les entendre parler, à les lire, les écouter, On finirait par le croire, qu’ils détiennent la vérité  Sur toutes choses et problèmes, car ils ont réponse à tout Mais voyez-vous le problème, c’est qu’on n’a de temps pour tout. En matière de santé, croyez aux produits miracles En matières de finances, faites-nous un peu confiance Dans le domaine politique, votez pour nous c’est magique Quant à votre avenir, nous savons nous y tenir. On ne peut tout essayer, il y aurait de quoi s’y perdre ... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 12:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 avril 2018

Brisés

  Brisés. Petit violon de bois, toi aux cordes brisées  Tu ne chanteras plus, pour nulle dulcinée  Il a cassé ta voix, dans un geste de rage Pour cette ironie, qu’était sur son visage. Tu as chanté, pleuré pour émouvoir la belle Elle restait insensible, à toute ritournelle De dépit il a cru, que tu étais crécelle  Que tu ne savais, pas de musique céleste. Toi pauvre musicien, au cœur qu’on a brisé  Tu ne veux plus jouer, pour nulle dulcinée  On a cassé ta joie, d’un sourire moqueur ... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 12:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 avril 2018

Le gâteau à l’anis

Le gâteau à l’anis. Ce n’était trois fois rien, juste un gâteau exquis Il nous a tous marqué, et souvent on en parle On le trouvait toujours, au réveil mercredi Posé sur le chevet, tout à côté du lit. Déjà l’odeur d’anis, chatouillait nos narines Avant même d’avoir, déjà ouvert les yeux Il fallait alors voir si réjouies nos mines À la pensée de mordre, ce gâteau délicieux. La petite couronne, à la croûte dorée  Recouverte de sucre, granulés bien posés  Et puis de ci de là, dans la pâte fourrée Les petits... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 12:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 avril 2018

Humez !

Humez ! Sentez-moi ce parfum, presque indéfinissable Que laisse sur ses pas, la femme idéale  Retenez l’impression, qu’elle en est ineffable Qu’il n’existe rien, qui soit plus délectable. Sentez-moi cette odeur, qui plane sur ces ruines Où pourrissent ces corps, qui ont sauté sur des mines Gravez bien l’impression, de ce qu’on abomine Dans ce qu’elle renvoie, à nos peurs plus intimes. Sentez-moi ce fumet, du rôti sur la broche Ou sur le barbecue, dans ce jardin tout proche Conservez l’impression, d’un appétit... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 12:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]