05 décembre 2016

La bête

La bête Ne jamais oublier qu'elle est tapie la bête Prête à dévorer et que rien ne l'arrête Ne lui donnez jamais toute sa liberté Gardez-là sous contrôle si vous la nourrissez. Quand dans le lit grisâtre ses petits yeux rougeoient Ne les croit pas mourants, vois comme ils sont en joie Des que tu vas jeter sur eux quelques morceaux Ils vont les dévorer dans l'ardeur à nouveau. La bête est domestique si elle est enfermée Alors elle procure les bienfaits recherchés Tous autour s'y regroupent pour bien la regarder Pour se... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 21:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 décembre 2016

A sec

A sec Pendant des millénaires sans doute même plus La rivière a coulé et parfois s'est perdue Sur des fonds de rochers elle a dévalé Sur eux elle a glissé, elle les a ignorés Et ces eaux entraînées , coulant vers la vallée Ont usé et lissé ces lits aux couleurs sombres Ces torrents si fougueux ces roches ont raclé À présent desséché, le cours d'eau n'est qu'une ombre. Je marche dans ces creux entre tous ces fantômes Je vois ces minéraux qui ont gardé la trace Du passage des eaux, leur dure carapace Est marqué de ces sceaux... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 21:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 décembre 2016

Malade

Malade Je me sens malade et c'est la panade En capilotade comme une brandade C'est pas des salades, pas de dérobade Oui c'est la cagade, c'est la débandade. Je me sens plus triste qu'un pauvre hollandiste C'est pas les gauchistes ou les cohnbendistes Qui rendront l'artiste bien plus optimiste Je vois pas la piste, suis catastrophiste. J'ai mal à la tête, les mauvais prophètes L'histoire est faite, la fin de la fête Lors je suis en quête pour payer ma dette De quelques pépettes, pour calmer Suzette. Je suis raplapla, c'est le... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 19:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 décembre 2016

Débat

Débat Oh révoltés de France, Reprenez donc confiance Nous avons un sauveur Oh combien de bonheur Nous avons un sauveur Oh combien de bonheur. Il dit qu'avec courage Il guérira nos rages Une potion amère Et finie la misère Une potion amère Est finie la misère. Il connaît ce filon Notre sauveur Fillon Se serrer la ceinture Pour un avenir sûr Se serrer la ceinture Pour un avenir sûr. Les pauvres au travail Les riches moins de taille Et le service public C'est pas très catholique Notre service public N'est pas très... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 19:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 décembre 2016

Carnaval

Carnaval Dans un bruit infernal le carnaval tangue On n’entend plus rien que les tamtams et les cris Je m’en moque en croquant dans ta peau de mangue C’est dehors que ces bruits couvriront tous nos cris. Dans la rue s’agitent les danseurs en délire C’est nos corps dans la chambre à présent qui sont ivres Au son des vivas, des sambas, des musiques Nos jeux épousent un rythme, cadence frénétique Tout le monde est en transes pris dans ce delirium Et nos deux corps qui dansent sont de femme et d’homme Le grand défoulement dans la... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 19:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 décembre 2016

Sur le lit

Sur le lit Assis auprès du lit, et te tenant la main Je guette attentif le souffle qui revient Le moindre battement de tes cils qui reposent Sur tes yeux bien fermés et tes paupières closes. Assis près de ce lit où je guette tes plaintes Elles me semblent bien loin nos si tendres étreintes Au soir de nos deux vies pourtant je ne regrette De nos cœurs et nos corps aucune de nos fêtes. Assis tout contre le lit où tu gis si paisible Je te vois ma compagne à présent si fragile Malgré cette inconscience où tu te trouves prise C’est... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 19:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 décembre 2016

Sur la route du marché

Sur la route du marché Sur la route du marché, j‘use, j’use mes souliers Sur la route du marché, je les use ohé ! ohé ! Sur le chemin qui va vers toué Sur le chemin qui va vers toué Ils me portent, ils me portent Sur le chemin qui va vers toué Ils me portent même usés ! Sur les travaux du chantier, je sens mes bras fatiguer Sur les travaux du chantier, fatigués ohé ! ohé ! Sur ta taille ils sont posés Sur ta taille ils sont posés Ils te serrent, ils te serrent Sur ta taille ils sont posés Et ils sont pas fatigués ! Sur mes... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 19:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 décembre 2016

Pour toi

Pour toi Je prendrai une plume dans l'aile d'un aiglon Je choisirai une encre du noir le plus profond Et sur une peau claire couleur de parchemin Je tatouerai ton nom qui est mon seul chemin Je choisirai la note qui rend un son parfait Je prendrai un flutiau taillé dans la futaie Et pour ta seule oreille couleur de porcelaine Je sifflerai un air pour consoler ta peine J'inventerai l'histoire la plus extraordinaire Avec une héroïne qui échappe au vulgaire Et pour tes jolis yeux couleur de l'encre bleue J'écrirai ce roman pour... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 19:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 décembre 2016

L'air

L'air Quand la poitrine est vide et qu'elle sonne creux Qu'aucun vent ne l'habite pour l'animer un peu Quand un souffle trop faible en gonfle les contours Quand plus rien ne résonne dans ce muet tambour Alors bien abattu, rien à dire à l'ardoise Quand plus aucun zéphyr ne vient gonfler la voile Pour s'assurer des mots ou bien enfler ces phrases Qui le font s'élever parfois jusqu'aux étoiles Leçon de vanité pour le jongleur sans balles Qui se vantait hier devant toute la salle D'improviser toujours de très jolies balades En... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 18:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 décembre 2016

Le feu

Le feu Quand le cœur est à sec, que l'émotion déserte Quand on ne sent plus rien qui vous tient en alerte Quand un sang bien trop clair bouillonne à bruit bas Quand dans ce cœur qui bat il n'y a plus de combat Alors le dos courbé, vidé de toutes forces Quand il n'éprouve rien qui vit sous son écorce Pour brûler de passion ces mots ou bien ces phrases Qui le font vibrer fort en de belles emphases. Leçon de modestie pour ce faiseur de mots Qui nourrit l'illusion de cuire dans son pot Qui croirait bien à tort qu'il forge seul ce... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 18:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]