05 décembre 2016

Où sont passés nos rêves ?

Où sont passés nos rêves ? Où sont passés nos rêves et nos grands bateaux blancs Qui cinglaient dans nos têtes leurs étendards au vent Où passés nos espoirs de voir le monde en trêve La violence et la haine se mettre enfin en grève ? Nous étions des enfants bien dopés au progrès Le monde était en marche il devait nous mener Vers la fin des famines et des épidémies Vers des peuples unis et pour toujours amis. Car ils voulaient y croire au sortir de la guerre Nos aïeux, nos parents survivants de l’horreur Le progrès était là pour... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 21:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 décembre 2016

Hier encore

Hier encore Voilà que je m’attaque à cette ascension Mais soudain je ressens comme une hésitation Dans mes jambes il y a une protestation Elles ne veulent avancer elles me semblent de plomb ! Hier encore pourtant j’avalais bien la pente Encore plus rapide je l’étais en descente Hier encore c’était de fait il y a longtemps Des années si je compte même aussi bien qu’avant ! Voilà que je commence à faire ces travaux Quand soudain je ressens la douleur dans le dos Dans toutes mes vertèbres c’est la bérézina Toutes elles protestent... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 21:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 décembre 2016

Dans sa bulle

Dans sa bulle Jadis on frémissait aux malheurs qui frappaient Dans sa communauté ou dans son voisinage Les nouvelles allaient comme les papotages Le mal était si proche on était concerné. Les nouvelles du monde relevaient de l’ailleurs Ce qu’on ne comprenait nous faisait parfois peur Elles se véhiculaient au gré des bateleurs Qui les enjolivaient pour notre grand bonheur. Aujourd’hui désormais dès qu’un éternuement Perturbe le matin un grand ou un puissant Dès qu’une catastrophe s’abat aux antipodes On en est informé sur le... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 21:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 décembre 2016

Moments

Moments En bien des occasions on peut se dire heureux Et le temps qu'elles durent, comme le ciel est bleu Dans ces moments de grâce la vie est si précieuse Dans ces instants bonheur, mon Dieu qu'elle est gracieuse. Il y a des circonstances où seul le malheur danse Et le temps qu'elles durent c'est une vraie souffrance Dans ces moments plus durs la vie est pénitence Dans ces instants de peur, diable qu'elle est violence. Et puis il y a les jours où ne se passe rien Et tout le temps qu'ils durent on n'est ni mal ni bien Dans... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 21:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 décembre 2016

Le regard du poète

Le regard du poète Parce que la vie est crue, qu'elle est impitoyable La poésie essaie de la rendre acceptable Elle en retient plutôt les côtés agréables Et tente d'en gommer les aspects condamnables Ce n'est pas là l'avis toujours de tous poètes Ils ne la voient fleur bleue, ils la préfèrent honnête Leur regard est partout sur le beau et le bien Mais il s'adresse aussi à ce qui ne vaut rien Au sein des grands malheurs sais-tu parfois résident Des sentiments très forts, des images sublimes Quand les grandes douleurs ont des... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 21:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 décembre 2016

Barricades

Barricades Il m'arrive de pleurer vraiment à chaudes larmes Aux spectacles émouvants de l'amour et des drames Et de ces émotions qui jettent l'un vers l'autre Des êtres séparés, cette histoire et tant d'autres. Quand je lis des choses qui me saisissent au cœur Tant j'y retrouve aussi ce qui fait mon bonheur La confiance, l'amour, aussi l'intelligence Que les bons sentiments nous donnent en évidence Plutôt que la violence, la peur et la vengeance Qui me glacent les os et tuent mes espérances Je suis porté plus haut quand je... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 21:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 décembre 2016

Fétus

Fétus A portée des délires de nos vains lendemains Et coulés dans la cire de nos pires dédains Nos espérances bleues filent entre nos mains Et s'en vont en écharpes perdues dans les lointains En autant de flammèches dispersées comme flèches Nos désirs dévorants prennent tous leur élan Ils se posent assouvis aux pieds d'un vif Dieu Pan Pour renaître bientôt dès que le feu les lèche. Que dire des pensées à peine formulées Qui s'évadent en fumées par la peur d'être nées Et des infimes gestes tout juste esquissés Effrayés de... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 21:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 décembre 2016

Terre à terre

Terre à terre On la piétine sans même y penser On la griffe, laboure et blesse sans regret On l'étouffe aussi sous de bien fortes croûtes Dont on fait tous les jours nos parkings et nos routes On en use sans frein et on ne la partage Jamais que si toujours on y trouve avantage On clame de l'aimer mais ce n'est qu'une idée Dans la réalité elle n'est que méprisée On la fouille on la creuse pour aller arracher En son sein de secrètes ressources bien cachées On la fore, on la saigne, on l'exploite à fond On va toujours plus loin... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 21:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 décembre 2016

Impalpable

Impalpable A la fois invisible pourtant omniprésent Il est si impalpable qu'on peut le croire absent S'il vient à nous manquer alors on le ressent Léger, indispensable, il nous tient bien vivant. On apprécie son souffle sous forme de zéphyr Où d'une douce brise qui vient nous rafraîchir On craint sa colère lorsqu'il devient tempête Et peut tout emporter dans sa folle conquête. Il est pur et léger au sommet des montagnes On aime à respirer celui de nos campagnes On s'étouffe parfois au cœur des grandes villes Quand trop chargé... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 21:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 décembre 2016

La bête

La bête Ne jamais oublier qu'elle est tapie la bête Prête à dévorer et que rien ne l'arrête Ne lui donnez jamais toute sa liberté Gardez-là sous contrôle si vous la nourrissez. Quand dans le lit grisâtre ses petits yeux rougeoient Ne les croit pas mourants, vois comme ils sont en joie Des que tu vas jeter sur eux quelques morceaux Ils vont les dévorer dans l'ardeur à nouveau. La bête est domestique si elle est enfermée Alors elle procure les bienfaits recherchés Tous autour s'y regroupent pour bien la regarder Pour se... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 21:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]