25 mai 2018

De nouveaux visages.

  De nouveaux visages Sans doute y aura-t-il, d’autres aubes magnifiques Des couchers de soleil à tomber à genoux Des cascades superbes, dans des gorges magiques Des forêts, des montagnes, des orages de fou, Où seront les artistes, pour célébrer tout ça  Et pour dire aux hommes, leur beauté, leur aura ? Où seront les poètes, les peintres et musiciens Quand de l’humanité, il ne restera rien ? Sans doute que la vie, trouvera d’autres voies  Qu’un jour sur la planète, à nouveau grouillera Mais qui fera... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 07:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 mai 2018

Troupeau.

  Troupeau Un jour elle est cassée, la belle mécanique  Elle est enrayée, plus bien elle ne clique Les pensées toutes faites, inculquées en son cœur  L’ignorance du vrai, et partout de la peur. Un jour on ne joue plus sur la scène exposée  On veut briser la glace et les codes imposés  Un jour on voit plus loin que ces simples barrières  On aperçoit les choses, qui sont cachées derrière. Un jour on ne peut plus, suivre la même route Dès lors que tout en nous, viennent germer les doutes On... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 07:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 mai 2018

Asynchrones.

  Asynchrones. Je n’hésite à dire je t’aime Toi tu préfères les poèmes  J’entends les élans de la chair Toi tu diras plutôt mon cher. Si cœurs et corps dans ce quadrille Ne suivent pas la même grille Ne brodent pas le même thème  La fin sera toujours la même. Si entre nous, il n’est d’éclair  L’amour n’est plus, cela est clair. Pierre-Jean BOUTET
Posté par Pierre Boutet à 07:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 mai 2018

Tant de textes...et pourquoi ?

  Tant de textes...et pour quoi ? Des centaines d’années à écrire sur tout A dire la beauté qui est tout autour de nous A chanter que l’amour est au dessus de tout A dire que la haine est un poison de fou, Des myriades de textes, dont beaucoup sont sublimes De poignants témoignages, sur le fond de l’abîme Des preuves à foison, que l’amour a raison Et partout dans l’histoire, du sang à gros bouillons. Mais que peuvent les mots, quand le désir s’invite Qu’importe les récits, devant l’envie subite Les discours de... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 07:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 mai 2018

Parfums d’antan.

  Parfums d’antan. Sentez vous ces parfums, ces odeurs, ces effluves Combien ils vous emportent vers d’autres ailleurs ? C’est comme par magie, s’ils remuent notre cœur Montent les souvenirs comme vapeurs d’étuve. Ce sont odeurs de thym qui me plongent en garrigues Ou de tartes aux pommes, je suis dans la cuisine Ou ce jardin d’enfance où mûrissent les figues Ou ce bon chocolat sur toutes mes tartines, Le parfum émanant des coulées de résine  Quand je grimpais aux arbres, que j’y collais mes mains Et... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 07:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 mai 2018

Pantoum de l’acrobate

  Pantoum de l’acrobate Il a fait de son corps, qu’il modèle une pâte  Il en fait ce qu’il veut, l’air ou l’eau est à lui La vie est ainsi faite comme lui elle épate  Par ce qu’elle nous donne, ce par quoi elle nuit. Il en fait ce qu’il veut, l’air ou l’eau sont à lui Ses gestes étonnants sont ceux d’un acrobate Par ce qu’elle nous donne, ce par quoi elle nuit La vie est une arène où il nous faut combattre Ses gestes étonnants sont ceux d’un acrobate Il refoule sa peur, donne le meilleur de lui La... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 07:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 mai 2018

La plume et la matrice

  La plume et la matrice Les textes sont enfants qui cherchent une matrice On croit bien qu’on les fait, mais je crois bien qu’on triche Ils ont désir de vivre leur ligne directrice Je pense que c’est eux, en fait, qui nous choisissent. Ils surgissent de nous comme des flèches vives Dans ce besoin qu’ils ont, que leur essence vive La matrice ou la plume seront ces passeports Par lesquels ils s’incarnent toutes voiles dehors. Ensuite ils nous échappent, notre rôle est échu  Dès lors qu’ils ont grandi et... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 07:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 mai 2018

Au poil

Au poil ! J’entre dans la boutique, l’accueil est chaleureux C’est là que très souvent on coupe mes cheveux Monsieur n’étant pas là, une dame me propose D’officier à sa place si je ne m’y oppose. En toutes confidences je cède volontiers A ses mains apaisantes, je vais me confier Le shampoing est si doux sur mon cuir chevelu Massé par ces deux mains, je suis bien détendu. Assis sur le fauteuil, habillé tout de rouge Pour bien me protéger, il faut que je ne bouge J’indique à l’artiste, précis ce que je veux  On ne... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 07:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 mai 2018

Pantoum de l’amoureux

Pantoum de l’amoureux. Sur l’herbe tendre et verte, qu’une douce pluie mouille J’ai dit combien je t’aime, je t’ai donné mon cœur Tandis que dans ce monde, que bien trop d’hommes souillent On voit las tous les jours, quelque chose qui meurt J’ai dit combien je t’aime, je t’ai donné mon cœur J’attends dès à présent, et vois-tu j’en bafouille On voit las tous les jours, quelque chose qui meurt Mais le temps qui s’enfuit, bien trop vite les brouille. J’attends dès à présent et vois-tu j’en bafouille Que tu répondes oui,... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 07:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 mai 2018

Les voies ouvertes

Les voies ouvertes. Comment n’aurait-on pas à coup sur le vertige Si l’on regarde bien au delà de sa bulle Si on sait écarter tout ce qui nous afflige Pour voir ce qui est plus grand, ou ce qui est minuscule. Nous sommes des géants, pour toutes particules Insensibles bien sûr à nos conciliabules Atomes, électrons bien plus petites encore  Qui constituent pourtant la substance des corps Nous sommes des poussières pour les astres lointains Étoiles et galaxies et ce jusqu’aux confins D’un univers immense, bien au... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 07:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]