02 mai 2019

Croire aux miracles

    Croire aux miracles. Pour qui croit aux miracles tout peut bien s’arranger Pourquoi ne faire obstacle à ce qui doit changer Un Dieu veille sur nous s’il y a danger Il fera des merveilles pour pas nous déranger. De tout ce qui se passe qui donc est responsable ? A cet ordre établi il nous faut nous ranger Les choses sont ainsi il n’y a pas de coupables  Et tous ceux qui protestent n’y peuvent rien changer. Les malheurs dans ce monde ont toujours existé  Des riches et des pauvres, des faibles et... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 18:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 mai 2019

Mes larmes

  Mes larmes. S’il me fallait verser à chaque mort des larmes J’en serai desséché tant le chagrin décharne Des âmes qui s’envolent et des corps qui succombent Le temps chaque seconde en remplit tant de tombes. A longueur de semaines, j’entends des catastrophes De les accumuler ne me rend philosophe Celles de la nature sont elles inévitables  Quand une forêt brûle, qui sont donc les coupables ? S’il me fallait pleurer sur les malheurs du monde Des baignoires entières ne seraient si profondes Pour recueillir... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 18:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 mai 2019

Dans ma bulle

Dans ma bulle Je vivais dans ma bulle L’époque était folle Pour les esprits crédules J’avais une auréole  Ne soyez point crédule  Ma boussole était folle Et sorti de la bulle S’éteignait l’auréole. Le passé à leurs yeux portait une auréole  De ce temps où certains se noyaient dans les bulles Mais c’était en des lieux que fréquentaient des folles Qui n’avaient point d’attrait sauf pour les plus crédules. Je la sais bien pourtant mon hypothèse folle De nature à séduire seulement les crédules  ... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 18:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 mai 2019

L’attente

  L’attente. Le moment est magique où tout reste possible Dans cette parenthèse où dans ce laps de temps Où tout est en suspens, où les minutes pèsent  Où la flèche n’est plus si sûre de la cible. Seul moi je le perçois car ce temps est le mien Celui où je m'assois, celui auquel je tien Où je distingue en moi mes sentiments à peine Que tout ça aboutisse, ou bien que cela traine. Le corps se tient tranquille ou même immobile Ou alors agité mais combien inutile L’esprit est en repos mais aussi aux aguets Ou... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 18:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 mai 2019

Colères

  Colère. Quand les vents se déchaînent en tempêtes effrayantes  Quand les vagues se soulèvent en montagnes d’écume  Quand la terre s’ébroue en secousses tremblantes Quand le feu se propage en des langues qui fument  Quand tous les éléments expriment sa colère  Quand se mettent à hurler les voix de la terre Quand elle ne voit plus, peut être d’autre issue Que de le déchirer tout cet affreux tissu La toile que les hommes ont étendue sur elle Qui la serre et la mine sans aucun souci d’elle Qui... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 18:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 mai 2019

Le sens

  Le sens. J’ai écouté partout, j’ai bien tendu l’oreille Aussi bien aux rochers, aux arbres, à mes pareils Espérant y entendre de ces paroles vraies Qui m’aurait révélé enfin tous les secrets. Au profond d’une alcôve ou bien sur l’agora En duo solitaire ou en foule au pas J’ai guetté vainement pour que naissent ces mots Et j’y attends toujours cet aggiornamento. Sur les cimes ventées ou les forêts anciennes Sur les chemins perdus, dans les prés et les plaines Je me suis concentré sur les vents qui y... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 17:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 mai 2019

La faiblesse d’aimer

La faiblesse d’aimer. Quand je me désespère des vivants sur la terre Quand je pleure après tous les morts de naguère  Je cherche alors autour rien qu’un peu de lumière  Pour réveiller l’espoir au milieu des prières,  Je rêve tout d’abord des chaleurs de ton corps Où je me réfugie quand tout hurle dehors. Quand mille catastrophes s’abattent chaque jour Quand je n’ai plus de strophes pour appeler l’amour Je me demande alors où trouver du secours C’est la même pensée qui me revient toujours, Je rêve... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 17:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 mai 2019

Voyage et retour

  Voyages et retours. Bien des gens se reprochent de n’avoir pu connaître Que leur propre foyer et les terres autour Il rêve de partir du lieu qui les vit naître Loin de cette maison où ils vinrent au jour. L’attrait qu’ont les chemins ou les ports sur ces êtres  Qui sont tous à leurs yeux de possibles fenêtres  La forte séduction des routes et de la mer Sur les rêves nourris par tous les sédentaires. Bien d’autres qui regrettent une vie trop nomade  Quand le tour de la terre a pris des couleurs... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 17:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 mai 2019

Meme langage

  Même langage. Au delà de ses yeux je perçois des mystères  Que j’essaie de percer en tentative vaine Je n’y vois chaque fois qu’une belle lumière  Qui est toute à l’image de son âme humaine. Souvent elle ne dit mot et c’est son seul regard Qui m’intime silence quand je suis trop bavard Ce regard qu’elle pose plus qu’elle ne le jette M’invite à une pause que jamais ne regrette. Pour décoder ses yeux c’est au coin de ses lèvres Que je vois s’esquisser quand lui seul se soulève  Un sourire moqueur... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 17:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 mai 2019

Toute en dou ...ceur

    Toute en dou...ceur. Lorsque j’étais enfant c’était ma Tati Dou  Ce nom qui me plaisait tant il sonnait si doux Mes souvenirs d’alors sont beaux comme l’enfance Quand nous nous retrouvions à Bram chaque vacances. Me reviennent en mémoire des images en vrac Je me souviens d’avoir découvert Camurac  Elle m’y fit apprécier la cueillette des fraises Avec elle toujours je me sentais à l’aise. Elle aimait la nature les arbres et les fleurs Elle était optimiste en dépit des malheurs Était bonne... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 17:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]