03 mars 2019

Trop tard.

Trop tard. Comme vient la rosée au petit matin blême  En perles déposées sur le moindre brin d’herbe Tu venais enrichir du plus beau de tes verbes Mes poèmes écrits pour dire que je t’aime Comme le papillon fait sur le chrysanthème  Sa danse affolée pour pomper son nectar Tu savais me montrer ton plus bel avatar Pour porter la lumière au cœur de mes poèmes. Mais hélas tu n’es plus qu’une ombre sur la pierre Toi qui fus dans ma vie ce rayon de soleil Voilà que tu n’es plus, en dépit des prières Que je fais... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 16:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 mars 2019

Le geste parfait.

Le geste parfait De tous temps l'artisan a peaufiné ses gestes Cherchant la perfection afin d'être plus preste Que sa main dans l'action soit de plus en plus leste C'est là son objectif si important du reste. Regardez le potier, ce qui sort de ses mains De la boule d'argile naît un vase aérien  Le bijoutier parvient à faire d'un caillou Un vrai feu d'artifice et on tombe à genoux. De la planche ordinaire, le menuisier fera Un meuble pour des siècles qui accompagnera Des générations et pour elles il sera Un... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 16:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 mars 2019

La peur de l’inconnu.

  La peur de l’inconnu. Sur la plage trop blême  Git l’émotion lointaine Aux champs des souvenirs Mes regrets vont s’offrir Fanées les chrysanthèmes  Devant les anathèmes,  S’impose l’évidence, il me faut repartir Douloureuse conscience qui ne veut pas mourir Sur les rochers de brume Vient de briser l’écume  Aux ondes trop salées  Mes espoirs sont noyés Pleurent en pluies amères Illusions éphémères, Résonnent les sirènes, il me faudra souffrir La faute est souveraine, si elle... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 16:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 mars 2019

Souvenirs d’enfance.

  Souvenirs d’enfance. Il se souvient du temps où il était enfant La nature partout, elle chantait tout le temps Quand ce n’était l’oiseau, le grillon, la cigale C’est le bruit du cours d’eau qui conduisait le bal. Il se rappelle aussi les belles escalades De ces pins où nichaient les pies, les écureuils Qu’il montait observer au cours de ses ballades Sauf quand un tronc lisse y faisait trop écueil. Il a en souvenir les jeux, issus de ses lectures Quand les grecs, les romains s’affrontaient sans pitié  Il... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 16:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 mars 2019

Sur un autre thèMe.

Sur un autre thèMe. On a déjà tout dit, tout écrit et joué Avec la lettre M de façon enjoué  En renvoyant bien sûr à ce verbe suprême  Celui qui vient broder bien de jolis poèmes. J’essaie donc d’explorer ce jour un nouveau thème  Celui qui va rimer avec chrysanthèmes  Certes il est moins joyeux, ce n’est bien sûr le même  Mais il est le pendant de cet autre je t’M. Celui qui fait les mines comme faces de carême  Qui fait les processions car il en faut quand même  Qui ne pose au curé... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 16:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 mars 2019

Aussi léger que l’air.

  Aussi léger que l’air. Vais-je la décliner à la Raymond Devos Cette lettre a grand R aussi bien je ne l’ose Elle prend ses grands airs si on ne la vénère  Et semble l’air de rien dire que j’exagère. On entend dans les airs que jouent ces jolis airs Ceux que l’on fredonnent parfois en prenant l’air Mais on craint je le crois tous les coups de tonnerre  Contre lesquels protègent bien les paratonnerres. On prend aussi l’air triste quand on est solitaire Ou un air engagé lorsqu’on est volontaire ... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 16:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 mars 2019

Plaidoyer pour le H.

  Plaidoyer pour le H Dans ce combat de lettres, moi je m’en vais trancher A l’aide de ce H qu’on a trop négligé  Car sachez si le H fait très souvent relâche  S’il est parfois muet, ne le croyez pas lâche. Pensez à ce qu’il cache, ce fameux coup de hache  Que dans leur bouche mâchent avant qu’ils ne se fâchent  Tous ceux qui sont trop lâches pour dire en pleine face Ce qu’en eux ils rabâchent, et qu’il faut qu’ils arrachent. Faites donc de la place à cette belle lettre Qui n’ose se montrer... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 16:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 mars 2019

Première ligne.

Première ligne. On entend de très loin le cri des sauvagines Que guettent les chasseurs, que mieux ils assassinent Par delà les marais , au dessus des collines Les oiseaux migrateurs suivent la ligne fine. Sans jamais dévier de leurs courses lointaines  Méprisant les obstacles, faisant fi de leurs peines Ils ont en dedans d’eux tout au fond de leurs gènes  Ce besoin de partir, partir quoiqu’il advienne. La nature a inscrit de tels besoins vitaux Dans d’innombrables espèces qui suivent ses tempos Veillant aux... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 16:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 mars 2019

Attention, second degré.

Attention, Second degré ! Putains de gilets jaunes comme vous emmerdez Tous ces bourgeois confits dans tous leurs préjugés  Laissez-les donc tranquilles ils veulent profiter Des années qui leur restent loin de vos vérités. Enfoirés de vous autres gilets jaunes obstinés  À faire reconnaître qu’ils se sont bien plantés  Ils vous aiment dociles et surtout affairés  À régler leurs problèmes sans trop rien exiger. Allez-vous faire voir chez les grecs gilets jaunes Ils ont bien essayé mais chez eux ça... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 16:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 mars 2019

A tire d’L.

  À tire d’L S’il est bien une lettre dont je suis amoureux C’est je le dis fort d’L, car oui je suis fou d’elle Elle vole voyez vous toujours à tire d’ailes Et comme un cerf volant s’élève vers les cieux. Si vous n’avez le L comment dire à la belle Que pour vous dans ce monde vraiment il n’y a qu’elle Que de plus elle est celle, qui vous remet en selle Car le L est en il, autant qu’il est en elle. L est ma raison d’espérer que au ciel J’irai bien sur ses ailes sans rien d’artificiel Je n’y verrais hélas bien... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 16:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]