31 juillet 2018

Un lieu très hospitalier.

  Un lieu très hospitalier. C’est un endroit sorti tout droit d’une légende  Comme on trouve au cœur de la coque une amande Au détour du chemin un bien modeste abri Blotti à cet endroit entre bois et prairies. Une source d’eau fraîche y joue son gai refrain Les sommets des montagnes découpent les lointains Un feu de bûches y brûle dans une cheminée  Pourtant la vraie chaleur elle est où ? devinez ! Si je dis que l’accueil tout en simplicité  Vous donne l’impression d’un retour au foyer Les... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 17:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

31 juillet 2018

Champ de fleurs.

  Champ de fleurs. La corolle frémit sous son effleurement Doux comme un zéphyr est le souffle du vent Une goutte de pluie y brille également  Sous l’éclat du soleil en des reflets vivants Spectacle minuscule et monde passionnant Peuplé de ces insectes assoiffés de nectar Tout un creuset de vies et de fourmillements Rassemblées en ce lieu sur les fils du hasard. Là une fleur qui s’ouvre c’est comme une mangeoire Ou comme un chapiteau sous lequel on vient boire  Quand couleurs et odeurs ont des missions... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 17:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 juillet 2018

Dans la fureur de l´orage.

  DUO DE PLUMES Dans la fureur de l’orage. J’ai vécu m’en souviens un gigantesque orage ,  J’étais sous une tente et n’en menais pas large. Le ciel zébré d'éclairs envoyait mille feuxEt je n'étais pas fier, même plutôt peureux,    Sous cette toile fine fasseyant sous les trombesJe craignais que la tente ne devienne ma tombe, Je priais tous les dieux et tous les saints du cielQue l'orage s'éloigne faisant place au soleil,   J’imaginai l’éclair fondant du haut de l’airSur les pauvres piquets... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 08:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 juillet 2018

La magie qui est partout.

  La magie qui est partout. Je suis si souvent surpris par la beauté d’une fleur Chaque fois j’en suis ravi de sa forme et ses couleurs Comment puis rester neuf devant ces choses banales Qui existent autour de moi comme ces odeurs florales ? Serions-nous chaque matin avec une aube nouvelle Tout lavés de ces chagrins et frais comme une pucelle Prêt à recevoir la vie avec cette gourmandise Que l’on a des choses vraies avec la candeur requise ? Je ne suis las ni blasé de toujours m’émerveiller Encore ce matin d’été... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 08:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 juin 2018

Dialogue singulier

  Dialogue singulier. Lorsque dame ruisselle cachant sous son rideau Le vol des hirondelles et les troncs des bouleaux Le seigneur étincelle, souverain de là haut  Et joue dans nos prunelles des reflets de joyaux. Quand les deux se succèdent sur la terre affamée  Alors la vie accède à ce temps d’exploser Et tout ce qui précède est alors oublié  Car toute rancoeur cède, quand tout nous est donné. Dès que les eaux imprègnent tous les sols assoiffés  C’est bien le vert qui règne, les sols en... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 13:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 juin 2018

Au lac de Balcère.

  Au lac de Balcère. On connaît des sorties qui se révèlent nulles Ce n’était pas le cas de celle aux libellules Sur le lac de Balcère, leur ballet élégant  Nous a tous captivé tant il était changeant. Qui donc de vous le sait qu’autant de libellules D’aspect aussi varié survolent nos plans d’eau Elles sont de toutes tailles, de couleurs parfois vives Elles passent si vite sous nos yeux sur ces rives. J’aimerai partager également ce cadre Il est si merveilleux en forêts et cascades La couleur des genêts... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 21:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 juin 2018

Parlez-moi encore.

  Parlez-moi encore Parlez-moi je vous prie un peu comme autrefois Quand je vous entendais dans tout ce que je vois Quand chaque arbre ou ruisseau me donnait de sa voix Parlez-moi encore pour qu’encore j’y crois. Combien vous étiez belle, combien j’étais béat  Devant ces belles scènes, sensible à vos appâts Vous n’étiez que promesse de surprises et de joie Au temps de ma jeunesse, quand j’entendais vos voix. Mais vous vous êtes tu, je crois savoir pourquoi Est-ce donc qu’on vous tue, vous étouffe parfois ? ... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 20:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 juin 2018

Caprices

  Caprices Qu’est-ce donc que la pluie que les larmes du ciel Ses larmes bienfaisantes coulent comme du miel Pour arroser la terre et mouiller ses tréfonds Qu’est-ce donc que la pluie, que de la joie au fond ? Qu’est-ce donc que l’orage qu’une franche colère  Sa foudre et ses crues qui inondent les terres Dans des assauts de rage, dans un grand cri primal Qu’est-ce donc que l’orage, pour leur faire si mal ? Qu’est-ce donc les nuages et leurs panaches blancs Quelle est leur promesse quand poussés par les... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 20:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 juin 2018

Patchwork.

Patchwork ! De tous les animaux il est le plus curieux Car on ne sait très bien avec qui il trinque Vu sa queue de castor et son bec fallacieux  Je veux bien sûr parler du vieil ornithorynque.  Qui donc peut faire mieux que de pondre ses œufs  Puis d’avoir des petits pendus à ses mamelles  Il n’a pas su choisir, sa famille c’est celle... Je ne sais toujours pas, au fait c’est laquelle ? C’est un drôle d’oiseau mais qui ne vole pas Dans ses pattes poilues, aiguillon venimeux Sur terre et dans l’eau... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 juin 2018

Vagabondage.

Vagabondage. Hier j’ai vagabondé sur les coteaux fleuris De ma chère Cerdagne, de mon cher paradis Les champs étaient couverts de mille pissenlits Narcisses dans les prés, comme des couvre-lits, Des odeurs de printemps courraient sur la campagne Et je m’en emplissais, sourires à ma compagne, Nous entendions le cri de deux buses variables Et leur joli ballet, chasse impitoyable. Moisson aussi nous fîmes, de tendres mousserons De leur nom carriolettes, en denses napperons Répandus là dans l’herbe, attendant la moisson ... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 07:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]