25 octobre 2018

Vestiges

  Vestiges. Je vis dans un pays de montagnes et forêts  Où la nature existe ou encore à peu près  Où l’on peut voir toujours des spectacles authentiques De ceux que l’on raconte dans les livres magiques. Lorsqu’on parle de biches, qu’on évoque des cerfs Remontent en mémoire ces scènes que l’on sert Dans les contes de fées ou les films enchantés  Où des cerfs formidables ont tous leurs bois dressés. Hier soir j’ai eu la chance de pouvoir observer De forts rassemblement de ces beaux cervidés  ... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 11:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 octobre 2018

Le super trail

Le super trail. Je suis et avant tout un vrai contemplatif Je suis admiratif que de tous ces sportifs Qui vivent intensément lorsqu’ils sont dans l’action Que leur impose alors toute compétition. Plus qu’à d’autres sans doute je voudrai rendre hommage A ces coureurs de fond, de sommets et d’alpages Que plaines ou montagnes ne sauraient arrêter  Tant ils aiment à elles au fond se confronter. Les 100 miles Sud de France sont pour eux une épreuve Où nombreux sont venus pour y faire leurs preuves Je ne vous en dirai... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 11:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 octobre 2018

Premiers frimas

  Premiers frimas. J’en ai l’âme mouillée autant que ce ciel gris Sa couleur vient souiller ce jour tous mes écrits  Je veux voir du soleil et plus ce plafond bas Ce couvercle opaque et lourd je n’en veux pas. Pourtant hier encore je sentais sur ma peau La chaleur des rayons de l’astre au plus haut Qui narguait triomphant les nuages audacieux Qui osaient bien déjà envahir tous les cieux. Ma carcasse rouillée grince sous les assauts De cette humidité qui lèche mes vieux os J’ai allumé le feu et réveillé le... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 11:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 octobre 2018

Tout est mal...qui finit bien

  Tout est mal....qui finit bien Ce matin rendez-vous au lieu habituel C’est un froid de canard qui déjà nous gèle  A peine un présent c’est inhabituel En dépit du grand vent, il est très bleu le ciel. Arrivent au compte goutte trois autres pèlerins  Tous bien emmitouflés car le froid tous on craint On hésite à faire la ballade prévue Car toutes les grandes crêtes sont par les vents battus. On se replie alors sur le choix de Monique Pour aller en Espagne faire notre pique-nique Tout au dessus de... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 11:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 octobre 2018

Au chalet de l’Orry

  Au chalet de l’Orry C’est un coin de verdure que l’on a mérité Près d’un chalet d’alpage entouré de sommets Quelques vaches y paissent entre arbres et rochers Un joli promontoire par dessus la vallée. Pour l’atteindre c’est sûr il a fallu marcher Sur des sentiers étroits parsemés de cailloux Éviter les racines qui serpentent partout Jusqu’à une retenue d’eau très haut perchée. Des marmottes s’ébattent là parmi le pierrier Qui constitue la digue de l’ouvrage aquatique Nous y avons passé du temps à observer Les... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 10:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 octobre 2018

N’oubliez pas l’abeille.

N’oubliez pas l’abeille. Après tout que m’importe cette médiocrité  Ces discours, ces débats tant ils me font pitié  Ce sont des diversions qui masquent l’essentiel, Que les hommes oublient l’abeille et le miel. Ces hommes fascinés qui regardent le ciel En oublient à leurs pieds l’abeille et le miel Pourtant ils savent bien qu’au delà des nuages Il n’y a que le vide et son cruel message Je clamerais ma ire et couvrirais de fiel Ces hommes qui oublient l’abeille et le miel Quand même ils peuvent voir s’ils... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 10:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 septembre 2018

Pas facile à dompter, l’hippopotame !

  Pas facile à dompter, l’hippopotame ! Elle était annoncée comme vraiment facile Quelques pas à fournir de façon très tranquille Certes elle a commencé ainsi que annoncée  Par la jolie descente dans l’étroite vallée  Que dis-je une vallée plutôt une rigole Taillée par un cours d’eau dans la roche trop molle Traçant un long sillon oui vraiment très profond Au milieu du plateau sans qu’on en ait soupçon. Sur un chemin étroit qui court contre le flanc D’un Mont au nom curieux dit de l’hippopotame  ... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 08:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
31 juillet 2018

Un lieu très hospitalier.

  Un lieu très hospitalier. C’est un endroit sorti tout droit d’une légende  Comme on trouve au cœur de la coque une amande Au détour du chemin un bien modeste abri Blotti à cet endroit entre bois et prairies. Une source d’eau fraîche y joue son gai refrain Les sommets des montagnes découpent les lointains Un feu de bûches y brûle dans une cheminée  Pourtant la vraie chaleur elle est où ? devinez ! Si je dis que l’accueil tout en simplicité  Vous donne l’impression d’un retour au foyer Les... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 17:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
31 juillet 2018

Champ de fleurs.

  Champ de fleurs. La corolle frémit sous son effleurement Doux comme un zéphyr est le souffle du vent Une goutte de pluie y brille également  Sous l’éclat du soleil en des reflets vivants Spectacle minuscule et monde passionnant Peuplé de ces insectes assoiffés de nectar Tout un creuset de vies et de fourmillements Rassemblées en ce lieu sur les fils du hasard. Là une fleur qui s’ouvre c’est comme une mangeoire Ou comme un chapiteau sous lequel on vient boire  Quand couleurs et odeurs ont des missions... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 17:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 juillet 2018

Dans la fureur de l´orage.

  DUO DE PLUMES Dans la fureur de l’orage. J’ai vécu m’en souviens un gigantesque orage ,  J’étais sous une tente et n’en menais pas large. Le ciel zébré d'éclairs envoyait mille feuxEt je n'étais pas fier, même plutôt peureux,    Sous cette toile fine fasseyant sous les trombesJe craignais que la tente ne devienne ma tombe, Je priais tous les dieux et tous les saints du cielQue l'orage s'éloigne faisant place au soleil,   J’imaginai l’éclair fondant du haut de l’airSur les pauvres piquets... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 08:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]