11 août 2019

Remuements.

Remuements. Combien de remuements, au cœur de notre intime Combien de ces tourments, que la chair nous intime ? J’en connais qui se sentent alors un peu infirmes  Qui ne comprennent pas tout ce à quoi ça rime. Ils ne croient qu’à l’esprit et aux choses célestes  Ils renient cette chair dont nous sommes vivants Ce corps bien trop pesant et bien trop exigeant Ils fuient ces contingences, tout autant que la peste. Ils renient tout en eux de ce qui est animal  Comme si tout cela n’incarnait que le mal  ... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 11:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 juin 2019

Infirme

Infirme. Et moi que suis-je donc qu’une pensée infime Au milieu de ces vies, qu’une chose infirme Capable toutefois de concevoir en prime À quel point l’existence peut se muer en crime. L’existence de l’homme assortie de conscience Hélas moins philosophe qu’il n’abuse de sciences Avide de pouvoirs comme il est d’expansion Usant de ses savoirs, sans trop de précautions. Savoirs sans précédent dans l’étrange histoire De la planète terre qui est son seul terroir Savoirs oui mais pourquoi ? Cette question se pose Dès... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 09:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 mars 2019

Mais quel hommage.

  Mais quel hommage ? Si je devais un jour écrire un bel hommage À un homme, une femme, bref à quelqu’un de sage Je crois que j’écrirai pour cela sur la page Les mots qu’ils ont laissés en guise de message. Quelle que soit l’époque, les gens que l’on évoque  On n’en retient toujours que les belles paroles Elles nous parlent de paix, d’amour, de liberté C’est pourtant las des guerres que toutes elles sont nées. Je pourrai comme avant les graver dans le marbre Ou comme un amoureux dans l’écorce d’un arbre Moi... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 15:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 décembre 2018

Compagnons.

  Compagnons. Ils sont sur fond de sable tous les deux sont dressés  La scène n’a de date, ni de lieu indiqué  Elle est intemporelle, elle est sans simagrée  Et si elle est surprise, elle n’est pas jouée. L’homme et le dromadaire y sont en connivence Se sont tissés entre eux bien des liens de confiance Ils sont là côte à côte dans leur complicité  L’homme qui lui sourit, lui donne à manger. C’est d’un bras amical qu’il enlace son cou C’est d’un air détaché qu’elle penche sa tête  Vers... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 09:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 décembre 2018

Pour seul lien.

  Pour seul lien. Ils sont là sur le sable tous les deux sont posés  La scène n’a de date, ni de lieu indiqué  Elle est intemporelle, elle est sans simagrée  Et si elle est surprise, elle n’est pas jouée. L’homme et le dromadaire y semblent s’y parler Ou peut être se taire car leurs yeux sont plissés  Aucun d’eux ne domine dans leur complicité  C’est l’homme qui paraît même à l’autre murmurer. Pourtant je vois la corde que l’homme a au poignet Est-ce au cou de la bête qu’elle est... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 16:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 décembre 2018

Retrouvailles.

  Retrouvailles. Elle était là prostrée, en attendant sa fin Refusant la boisson même le bout de pain Couchée sur sa paillasse indifférente à tout Résignée quoiqu’on fasse, elle semblait au bout. Puis on entend des voix qui s’agitent autour d’elle Un homme aux cheveux blancs qui se penche sur elle Lui fait une caresse si pleine de douceur Un geste simple et tendre qui lui va droit au cœur. Alors elle se réveille et ouvre grand les yeux Elle sourit soudain c’est alors merveilleux Elle tend à son tour son bras là... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 16:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 novembre 2018

Venin.

Venin. Venue à la fontaine, tremper ses bas de laine Dans sa bassine pleine, elle chantait Marjolaine Des airs de lavandières aux odeurs de printemps De ceux dans les musettes que souvent on entend. Craquent quelques brindilles tout soudain dans son dos Bascule sa bassine et glisse son manteau Une main sur sa bouche bâillonne tous ses mots Tandis qu’une main cherche le creux de son fuseau. Où passée l’innocence dans ce triste tableau C’est juste la puissance qu’a le loup sur l’agneau Tu cries à l’indécence mais ce... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 11:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 septembre 2018

S’ils en viennent à douter...

S’ils en viennent à douter.... On craint de la nature un vrai effondrement Quand tous ses équilibres perdront leurs fondements On parle des glaciers et de la mer qui monte Du réveil des volcans, de la terre qui gronde Mais bien avant cela, c’est notre affolement Quand on constatera tout est perdu vraiment Il n’y aura plus de règles dans le chacun pour soi Car quitte à tout perdre, il n’y aura plus de lois. Le fragile vernis de civilisation Volera en éclats sous l’affreuse pression L’homme est un animal près à la... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 08:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 août 2018

Les appétits sauvages

  Les appétits sauvages Je pourrais tout repeindre aux couleurs optimistes Et traiter de fâcheux ceux à la mine triste Je voudrais croire encore que nous sommes en piste Tout n’est-il pas permis quand on est un artiste ? Voir les beaux arc en ciel dissimuler les ruines Et cacher la misère sous une douce bruine Je voudrais bien rêver à notre bel éden Et ne pas voir partout que triomphent les haines. Que j’aimerai chanter les actes de bonté  Et les dire plus forts que toutes les violences Que je voudrai... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 16:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 juin 2018

Tout y est bon.

  Tout y est bon. On a déjà tout dit de l’animal je crois Ne dit-on d’ailleurs pas, que en lui tout est bon On a oui, sans nul doute, fait le tour du cochon Mais en a-t-on vraiment tiré bonnes leçons ? Car c’est contradictoire ce qu’on dit du cochon Sans doute à notre image, celles de nos passions On aime sans le dire même si c’est cochon Les choses qu’il évoque, tant on trouve ça bon. Quand d’aimer fort le porc, je sais certains se piquent Agir comme un porc, en tous point on évite  La queue en... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 08:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]