31 août 2017

À fond de train

À fond de train La partie engagée encore se joue-t-elle  Où les dès sont-ils hélas déjà jetés ? L'avenir le dira s'il porte sur ses ailes Une réponse belle ou la fin annoncée. J'ai longtemps des joueurs bien observé leurs choix J'ai compté tous les points le résultat est là  Je ne vous dirai rien ça servirait à quoi ? Pourquoi gâcher la fête, je n'ai pas ce but là. Dans ce jeu si vital chacun est un joueur Chacun s'il le veut bien, peut savoir ses erreurs Nous sommes si nombreux à ignorer nos peurs Pourquoi... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 09:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 août 2017

Des rats ?

Des rats ? Le corbillard des espoirs a sombré en ténèbres  La valse des pantins fous continue de plus belle Le monde est tout embrumé de ces vapeurs funèbres La ronde des vrais coquins joue sur la balancelle, Des rires de déments s'entendent aux quatre coins Les gestes décadents deviennent la mode Lors que sur l'Olympe, Dieu s'en accommode Les peuples ne voient plus ce qui s'annonce au loin. Tombereaux de mensonges sont répandus dans l'air La vérité n'a plus chance d'être première  Tout est bien sur la... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 08:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 août 2017

Méchants

  Méchants  Ils avaient tous au coeur tant d'amour à donner Tout aussi bien aux leurs, qu'au pays où sont nés  Les eaux noires du destin changent l'amour en haine Quand la main du malheur transforme tout en peine. Lorsqu'on tue sous vos yeux ceux qui vous étaient chers Quand la terre sous vos pieds est aussi arrachée  Que des lieux familiers vous en êtes chassés  Qu'il vous faut en partir de la terre de vos mères. L'homme est ainsi fait qu'il cherche un responsable Ca n'est pas compliqué de... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 08:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 août 2017

Le cycle infernal

  Le cycle infernal Il est de ces douleurs, de ces indignations Si fortes et si violentes qu'elles tournent en passion Quand le coeur crie vengeance sous l'effet de l'horreur Que l'effet de nos peurs obscurcit la raison Il est un temps pour tout, pour les cris de colère  Pour haïr fort tous ceux qui ont engendré l'enfer Il viendra lors le temps de regarder derrière  Pour tirer les leçons des erreurs de nos pères. Comment ne pas pleurer, comment ne s'indigner Des actes inacceptables de quelques fous de... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 12:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 août 2017

Vous avez dit progrès ?

Vous avez dit progrès ? L'idée même de progrès est bien battue en brèche Lorsqu'on voit un grand peuple élire un mec à mèche  Un triste matamore et un clown dangereux Mouvements de menton et mots très malheureux. Quel est donc que ce monde qui régresse à grands pas Où sont les visionnaires, les penseurs d'autrefois Où sont donc les Voltaire ou Tocqueville ma foi Qui ouvraient les esprits à bien plus grand que soi ? Quel est donc que ce monde devenu si complexe Que la majorité en demeure perplexe Qu'elle s'en... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 10:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 juillet 2017

Des gestes dérisoires

Des gestes dérisoires  Je pourrais déclamer des voeux de liberté  Je pourrais m'enflammer contre toute injustice Je pourrais bien braver les pouvoirs imbéciles Et dire à la camarde de réduire sa liste Je pourrais bien pleurer les larmes de mon corps Aussi prendre les armes de l'amour plus encore Je pourrais me traîner à genoux, supplier Ou courber mon échine pour pitié implorer Que ça ne fléchirait ses desseins intangibles Que ça n'infléchirait sa course irrépressible  Que ça n'exercerait même aucune... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 18:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 juillet 2017

Les yeux ouverts

Les yeux ouverts J'ai les yeux grands ouverts et quand je vois ce monde Et cet empressement qu'il met à se jeter Vers ce gouffre béant vers où chaque seconde Il court et de plus belle à grandes enjambées J'ai les yeux grands ouverts mais je n'ai pas de frein Sur lequel appuyer avant que le mot fin Ne s'inscrive en gros devant l'humanité  Qui aveugle ainsi court vers cette destinée. Pendant que des savants, et des gens éclairés  Tentent sur la planète de bien nous alerter Nous vaquons bien tranquilles et les... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 15:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 juillet 2017

Sur la voie de la paix

Sur la voie de la paix Comme ils marchent au pas cadencé en musique Impeccables costumes, alignements parfaits  Parmi tous les vivats de ces foules hystériques  La guerre elle est jolie quand personne la fait. Comme de beaux jouets tous ces chars défilent C'est 14 juillet sur les Champs Elysées  Et tous ces régiments qu'on voudraient inutiles Qui paradent ici, pour mieux nous apaiser. Bon sang tous ces efforts et cette intelligence  Qui sont quoiqu'on en pense affaire de violence Car demain tous... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 15:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 juillet 2017

Hélas

  Hélas ! Même à notre échelle nous sommes des fourmis Chaque jour de plus belle œuvrant à notre vie Que d'infimes parcelles celles de nos envies Promises à la poubelle à la fin de nos nuits. L'orgueil qui nous anime est chose dérisoire  Dans l'œil qui examine notre présumée gloire Les cercueils enveniment notre belle histoire Les écueils toujours minent nos timides espoirs. Des gestes de concorde pour sortir de l'impasse Du reste on s'accorde dans nos impairs et passe La peste et ses hordes pour que la... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 16:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 juillet 2017

Les champs d'infortune

Les champs d'infortune L'herbe a repoussé sur les champs d'infortune Le sable a recouvert les blockhaus dans les dunes La mitraille est enfouie profond au creux des troncs De ces forêts martyres sises au plus près du front, Les corps des disparus gisent là sous l'argile Avec mille objets parmi les plus fragiles Un casque, une pipe, une photo jaunie Une lettre reçue d'une petite amie. La mémoire est inscrite au cœur de mille choses Jusque dans les parterres où fleurissent des roses Pourtant la vie partout y a repris... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 16:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]