20 juin 2016

Jojo

  Toi mon ami Jojo, mon copain, mon poteau Je pense encore à toi, quand je vois ces photos Images en noir et blanc, d'une enfance enfuie Où nous jouions tous deux autour de ce grand puits.   Comme deux inséparables nous courions la campagne À faire les quatre cents coups, dans ce pays d'Cocagne Tout y était offert à nos bouches gourmandes Des figues, du raisin, cerises et amandes.   Nous étions chevaliers en quête de trésor Cachés dans le passé,... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 07:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 juin 2016

Où es-tu ?

Où es-tu ? Mon enfance où es tu, t'aurais-je donc perdue ? Et l'enfant que j'étais, où s'est-il donc caché ? La magie envolée de mes rêves d'alors Quand la réalité s'impose et nous mord. Mes jeux si innocents dans ces matins d'antan Quand nous courions tout nu, et plongions dans l'étang Où êtes-vous enfuis mes amitiés d'enfant Quand nous nous embrassions si fort et en riant ? Quand vient l'âge adulte et tous ses interdits Quand nous sommes rattrapés par cette société Quand tout n'est que devoirs,... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 16:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 juin 2016

La bande à Jojo

  La bande à Jojo A croupetons j'avance, je me fais un passage Au milieu des buissons qui griffent mon visage Je vais bien les surprendre tous ces autres garçons Et je vais leur donner une bonne leçon. Nous sommes une bande de joyeux garnements Qui jouent tous à la guerre loin des yeux des parents Nous vidons nos querelles en castagnes joyeuses Dans ces affrontements nos joutes sont furieuses. La bande à Jojo elle fait pas de cadeaux Moi je suis un soldat dans le groupe de Lucas Si on prend leur drapeau dans... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 14:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 mai 2016

Où est passé l'enfant ?

Où est passé l'enfant ? Où est passé l'enfant joyeux de ma jeunesse Qu'a-t-il pu devenir après tous les chemins Qu'a dû suivre ma vie au fil de mon destin Comment le réveiller alors que le temps presse. Je veux lui demander quelle était sa recette Pour rêver et sourire tous les jours étaient fête  Que s'est-il donc passé pour qu'il se perde en route Pour qu'il s'efface enfin derrière tous mes doutes ? Parfois je crois saisir un geste qui m'agace Comme un clin d'œil narquois, comme on crierait : chiche ! ... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 07:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 mai 2016

Sans retour

Sans retour Une fois, une fois seulement, une fois par mégarde  Je m'y étais risqué sur le quai de la gare Pour voir partir au loin mes parents que j'aimais Qui me laissaient derrière et cela à jamais. Qu'ils m'ont été pénibles autant qu'il m'en souvienne Ces départs réguliers vers des terres lointaines J'étais petit alors et ne comprenais pas Que la vie des parents n'est pas toujours chez soi. En ce temps j'habitais une grande maison  Bien entourée de grilles avec gens à foison C'était mon seul refuge... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 22:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 mai 2016

La maison vide

La maison vide C'est une maison vide toutes vitres brisées Les murs renvoient l'écho de nos voies étouffées Des meubles éventrés, des couches de poussières Des toiles d'araignées, et des rais de lumière. J'en ai les larmes aux yeux quand je vois ma demeure Je suis parti longtemps, j'étais adolescent Quand mes parents sont morts, et maintenant je pleure  Ne restent que des fantômes et les rumeurs du temps. Voilà c'était ma chambre toute ensoleillée Ce n'est qu'un débarras, la vermine y grouille Là c'était le... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 16:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 avril 2016

A l'ancienne

A l'ancienne Comme elles étaient douces mes vacances d'enfants Leurs dehors étaient rudes mais si tendres en dedans C'étaient des temps austères, vu le confort moderne Mais les cœurs et les joies eux n'étaient jamais ternes. Nous avions des devoirs à faire à la maison A nombreuses corvées à faire contribution Nous avions pour jouer notre imagination Et quelques bouts de bois que nous transformions. Grands mères et grands pères nous portaient attention Exigeants de nous mêmes d'apprendre nos leçons Je sens encore... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 22:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 avril 2016

En culottes courtes

En culottes courtes C'était le temps des champs, au retour de l'école Quand nous y grappillions des figues ou des raisins Les maisons étaient rares dans ce monde agricole Il n'y avait personne alors sur ces chemins. L'autocar nous laissait à deux bons kilomètres Nos lourds cartables au dos nous les faisions gaiement Rapportant aux parents ce que pensaient nos maîtres  Jamais n'aurions songé qu'il en fut autrement. Mais quelle liberté sur ce simple trajet Nous y trouvions motifs à nous émerveiller Qu'il... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 07:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 avril 2016

Ancrage

  Ancrage J'ai hâte d'arriver jusqu'à mon port d'attache J'étais parti longtemps pour de multiples tâches Sans savoir ni comprendre tout ce que je laissais Sans saisir à l'époque tout ce que je perdais. J'étais jeune en ce temps le monde m'appelait Je rêvais de connaître bien d'autres aventures Que celles que réservent une vie bien trop sûre Je voulais du nouveau, je voulais m'envoler. Alors je suis parti sans remords ni regrets Je me suis en allé et sans me retourner N'écoutant ni les pleurs ni même les... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 17:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 avril 2016

L'ascension

  L'ascension Je suis au pied de l'arbre, rugueuse est son écorce Son sommet se perd loin au delà de ses branches J'entends rire mes copains, ils disent que je flanche Pour gravir ce géant aurais je assez de forces ? Du haut de mes dix ans, jouant sur ce théâtre  Les aiguilles à mes pieds font un tapis brunâtre  J'attaque l'ascension, je suis un imbécile Je trouve bien les prises, la montée est facile. Je commence à voir là, au dessous de moi Le sommet des autres arbres et là j'ai un peu froid ... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 07:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]