12 juillet 2018

Une dame au grand cœur.

  Une dame au grand cœur. Elle n’avait point souci de sa belle apparence C’était une autre époque celle de mon enfance Ses habits étaient tristes certains diraient informes  Et ils étaient pourtant en ces temps dans les normes, Elle n’arrêtait pas du matin jusqu’au soir  Les tâches ménagères comme autant de devoirs Qu’elle avait d’énergie et il fallait la voir Toujours de bonne humeur malgré ses avatars. C’était une grand mère toujours si attentive Soucieuse de nos efforts jusqu’à ce qu’on arrive A... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 08:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 juin 2018

De guerre lasse

  De guerre lasse. Revenu sur ces pas après bien des années  Plus rien autour de lui, non il ne reconnaît Où sont-ils donc passés ces endroits familiers, Ce qu’il a tant aimé est bien défiguré. De ce petit sentier entre deux haies de ronces Où petit il cueillait les asperges sauvages Il ne reste plus rien qu’une route trop sage Bordées des grands panneaux qu’on fait pour les annonces. Et les champs d’artichauts aux têtes bien dressées  Ont été remplacés par des maisons pareilles Tristes lotissements... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 20:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 juin 2018

A mes parents.

  A mes parents. On vit a côté d’eux, lorsque l’on est enfant Quand on a cette chance d’avoir ses deux parents Quand on les sent puissants, quand on les sait aimants Sans même se douter qu’ils pourraient être absents. On grandit avec eux, on est si confiants Parfois ils sont sévères, on leur en veut un peu On sait qu’ils les protègent leurs oisillons au mieux Souvent on s’y oppose, quand on devient plus grand. Ensuite ils vieillissent, on en fait tout autant Parfois même ils deviennent de proches confidents On... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 07:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 mai 2018

La vieille armoire

  La vieille armoire. L’armoire était ancienne, je l’avais toujours vue Se pouvait que j’y tienne, bien trop tard je l’ai su Se peu que me souvienne, qu’elle avait entendu Tous les pleurs qui me viennent, quand la nuit est venue. Elle trônait énorme, dans ma chambre d’enfant Elle était en orme, plein de choses dedans Et le petit bonhomme, la voyait tout le temps Son miroir était comme, était l’eau de l’étang. Au sommet surplombait, tout dans le bois sculpté  Un motif comme un aigle, qui le soir m’observait ... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 13:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 avril 2018

Farfadet

Farfadet. Parmi mille enfants, il est des farfadets Qui sont comme des anges, parmi nous projetés  Ils ont sur leurs visages, et leur corps cette grâce  Qui n’appartient qu’à eux, et dont on ne se lasse. D’un heureux caractère, ils séduisent sans fards Tous ceux qui les regardent, ce n’est pas par hasard Qu’ils ont ce beau sourire, et ces yeux pleins de flamme Et ce babil joyeux, pour lesquels on se pâme. La vie semble pour eux, n’être en fait qu’un grand jeu Dans lequel l’essentiel, est d’y être heureux ... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 10:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 avril 2018

Le gâteau à l’anis

Le gâteau à l’anis. Ce n’était trois fois rien, juste un gâteau exquis Il nous a tous marqué, et souvent on en parle On le trouvait toujours, au réveil mercredi Posé sur le chevet, tout à côté du lit. Déjà l’odeur d’anis, chatouillait nos narines Avant même d’avoir, déjà ouvert les yeux Il fallait alors voir si réjouies nos mines À la pensée de mordre, ce gâteau délicieux. La petite couronne, à la croûte dorée  Recouverte de sucre, granulés bien posés  Et puis de ci de là, dans la pâte fourrée Les petits... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 12:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 mars 2018

Le coussin jaune

  Le coussin jaune J’aimais dans ma jeunesse me tenir près du feu Du foyer chaleureux, qu’offrait la cheminée  Fasciné par les flammes, je m’y sentais heureux Troublé par le seul bruit, du bois qui crépitait. Je me posais alors, mais pas sur une chaise Encore moins au sol, la dalle était trop fraîche  Mais sur un vieux coussin, ourlé de franges jaunes Son moelleux fatigué, convenait au béjaune. Un moment de repos, un doux moment d’absence Mon esprit se noyait dans la fumée, les flammes  Quand je... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 08:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 mars 2018

C’etait Hier il me semble.

  C’était hier il me semble .... Mais c’est pourtant si loin Du fond de ma mémoire revit un doux refrain.  J’étais petit garçon revenant de l’école sur les doigts de la craie et des odeurs de colle, je regagnais ce nid qui était la maison tellement rassurante plus chaude qu’un cocon. Je n’avais lors en tête que ces parties de bille disputées entre garçons sous le regard des filles. Je récitais déjà un peu de ces leçons que je devrai revoir avant de me coucher sous cette surveillance pleine de bienveillance d’une de... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 16:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 février 2018

Au temps des enfants libres

Fable de tous temps et de tous paysAu temps des enfants libresIl y eut savez-vous, des enfances heureusesQuand les gamins jouaient sans craindre de barrières Leur grand terrain de jeu, la campagne entière Dans laquelle ils menaient, des conquêtes hasardeuses.Vêtus de ces vieux shorts, qui résistent à toutBras et jambes griffés, égratignés partoutDes genoux bien cagneux, à force de ces chutesQu’ils faisaient en grimpant, sur de pauvres cahutes.Criant à plein poumons, au milieu des pinèdes Ou du haut des rochers, aux... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 12:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 janvier 2018

Combien elle fut douce

  Combien elle fut douce. Au milieu des genêts, je vivais mes printemps Je cueillais dans les bois des asperges sauvages Je trouvais dans les livres, dans leurs milliers de page  Bien d’autres aventures et bien d’autres images, Je n’avais pas conscience de cette liberté  Dont alors je jouissais en toute innocence C’est sans doute cela, le cadeau de l’enfance Vivre sans la connaître cette pure insouciance. Je jouais dans la cour, serrant mon sac de billes Plus soucieux je l’avoue, de gagner que de filles... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 07:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]