22 octobre 2017

Silence

Silence Tout n'est-il que lumière même l'obscurité  Quand le vide renie le trop plein qui le fuit Tout n'est-il qu'illusion de la réalité  Quand du jour après tout ne reste que la nuit ? Tout n'est-il que reflet, tout n'est-il que pensée  Le monde après tout n'est-il que notre idée  Tout n'est-il que le souffle par le temps emporté  Quand le présent n'existe que pour être effacé ? Tout n'est-il que fugace, à travers tout l'espace Un clin d'œil, ou un trouble aussitôt né qu'il passe, Quelle est... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 14:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 octobre 2017

Tout ce qu'ils nous livrent.

Tout ce qu'ils nous livrent. Je regarde mes livres soigneusement rangés  Partout autour de moi sur bien des étagères  Que m'en est-il resté de ces terres étrangères  Où ils m'ont emmené tant de fois voyager ? Les livres sont des portes qu'on doit laisser ouvertes Quand ils sont refermés bien des voies sont offertes Ils ont déverrouillé bien des pistes ignorées  Dans lesquelles sans eux on ne peut s'engager. Les livres sont des clefs qui ouvrent à leur manière  Les coffrets de secrets que... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 14:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 octobre 2017

Le vrai combat

Le vrai combat. La vie est un combat mais pourquoi je me bats ? Quand tant de gens, je sais, luttent pour leur survie  Quand il n'y a de menace sur ma propre vie Quand j'ai même la chance d'être heureux ici-bas ? Suis-je un peu responsable de ce qui leur arrive Serai-je un peu coupable du mal sur d'autres rives Pourquoi ai-je le droit d'avoir tout ce que j'ai Quand tant d'autres humains n'ont pas d'autre projet ? Que de vivre encore quelques instants de plus Espérant être libres, espérant vivre mieux  Pour... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 09:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 octobre 2017

Je ris

Je ris À gorge déployée il m'arrive aussi  De rire haut et fort et sans autre souci Que cette hilarité qui me fait tant de bien Qui me permet de plus, de ne penser à rien. Mais souvent j'ai un rire qui est las plus amer Dans ce que je peux lire, dans ce que je peux voir Dans la vie aujourd'hui il y a tant de tiroirs Qui à peine ouverts déclenchent la colère. À voir les invectives que se lancent les gens Ouïr celles que disent aussi leurs dirigeants Voir tant de trouble-fêtes se tromper de combat Quand il a tant... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 09:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 octobre 2017

Hammers

Hammers Peuples fiers des savanes vous aimez célébrer  La force et la beauté de vos corps noirs cuivrés  Vous aimez les couvrir d'étoffes et de colliers Vos bras et jambes nus sous pagnes colorés  Des marques et des symboles vous aimez arborer Et à même la chair ils sont parfois gravés  Comme autant de témoins de votre volonté  De vivre intensément cette vie de dangers. Votre allure gracieuse inspire le respect Tant aussi elle exprime votre force tranquille Vous avancez toujours tête haute,... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 08:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 octobre 2017

Zéphyr

  Zéphyr  Les champs là devant moi combien ils sont superbes Agitant sous le vent leurs millions de brins d'herbe Si chacun de ces brins vit bien sa propre vie C'est le champ et non l'herbe qui pourtant me ravit. Herbes misérables ou interchangeables Herbes pitoyables mais indispensables Tous ces brins anodins sans qui ne seraient pas Ces champs admirables étalés devant moi. Des champs si différents selon ce qui les peuple De lourds épis de blé ou bien de folles herbes  De ces champs ordonnés comme... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 07:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 octobre 2017

Pierres

Pierres J'ai trouvé ce matin une pierre de lune Tombée dans mon jardin, plus légère que plume  Cette pierre donnée à chacun, à chacune  Lorsque au fond de nos coeurs une lueur s'allume. Pierre dans mon jardin, est-ce pierre de lave Donnée à ceux dont le coeur est esclave D'un amour né volcan mais hélas bien éteint  Où ne bouillonne plus que des regrets lointains. Pierre du bon matin, est-ce coeur de diamant Qui brille de plus belle dans la main des amants En chaleur forte et belle celle qu'on dit... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 14:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 octobre 2017

Malaise

  Malaise La souffrance est au fond comme sourde torture En parler la réveille, tout le temps que ça dure  La nier la renforce, difficile on l'endure  L'accepter, vite dit, pour beaucoup c'est trop dur. Le choc de deux souffrances ça n'est pas vraiment beau Quand l'une comme l'autre vous déchire les os Pour l'une comme l'autre c'est la force des mots De ces cris de colère quand tremble le plateau. La souffrance est violence, et violence elle crée  On en perd sa patience tant on veut la crier Elle... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 09:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 octobre 2017

L'âme nue

L'âme nue Je me suis retrouvé l'âme nue dans les rues Où toute honte bue, j'errais sans retenue Je me suis égaré dans des songes ténus  Au milieu de ces brumes qui me voilent la vue Je me suis lors plongé dans des rêves légers  Où on peut s'engager en bravant le danger J'ai choisi d'affronter quel qu'en soit le sujet Le moindre des projets dont point je ne voulais. Je me suis bien perdu dans les malentendus On n'a pas attendu que j'en sois revenu Depuis lors j'erre nu tout au long de ces rues Mais je ne... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 22:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 octobre 2017

Ravages

Ravages Les fleurs hier superbes à présent piétinées  Et leurs mille fragrances tout autour dispersées  Le champ était splendide sous le soleil d'été  Il semble bien sordide maintenant ravagé  Foulé par mille pieds, foules désordonnées  De ces gens qui fuyaient cette mort à leurs trousses La beauté ne se voit quand on a cette frousse Que ne compte d'abord que de fuir le danger. Tant d'années pour fleurir avec amour la terre Si peu pour condamner et tout mettre à terre Tant d'années pour bâtir... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 22:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]