25 janvier 2019

Digressions.

  Digressions. Juste avoir un but, un peu plus que soi même  Quelque chose de fort qui vraiment vous entraîne  Qui n’en aura pas trouvé, même un très modeste Ne saura de sa vie, quoi en faire du reste. Être sans projets, juste jouir et puis être  Juste souffrir pour rien, n’est-ce pas un enfer ? A se laisser porter, dans le flot, sans rien faire Quel sens alors donner, à la vie sur la terre ? Chacun à la question, a sa propre réponse  Même le nihiliste pour qui elle est absconse Chacun fait... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 16:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 janvier 2019

Plus haut.

  Plus haut. A rechercher toujours bien plus haut que lui même  Trop souvent écrasé de trop de références  Celles de grands auteurs ou de sommets immenses Il semble en oublier qu’il faut qu’un peu il s’aime. Pourtant ce qu’il a fait et tout ce qu’il connaît  De par ses voyages et rencontres étonnantes  Aurait dû le convaincre que après tout il n’est Un homme ordinaire, même si ça le hante. Pour certains une vie à chercher à comprendre Pour d’autres c’est toujours qu’ils cherchent à apprendre ... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 15:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 décembre 2018

La tristesse est amère.

  La tristesse est amère  Comme un arrière goût aux forts relents de fièvre Comme celui qu’on a à mâcher du genièvre  Les regrets que l’on laisse bien trop souvent derrière  Et qui réapparaissent quand ils sont découverts  La tristesse est amère  Comme sont les pensées prises de jalousie Quand de trop fortes envies les ont bien envahies Ce qu’on aurait du faire pour garder cet amour Surmonter les barrières qu’il y avait autour. La tristesse est amère  Comme sont les amandes... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 10:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 décembre 2018

En chœur.

En chœur. On les voyait alors marcher la tête basse À marmonner tout bas, à faire messes basses On leur accordait bien, souvent de guerre lasse Toute notre attention à ces dindes qui passent. Que pouvaient-elles se dire et auxquels de leurs choix  Tous ces conciliabules, ces mouvements de doigts Pouvaient-ils les conduire, certains étaient à bout Devant tant de questions, on en sait qui bouillent. Elles les faisaient languir, langues mystérieuses,  Et ils avaient les boules, tant elles étaient moqueuses A... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 10:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 décembre 2018

Revenez-nous madame !

  Revenez-nous madame ! ( Véronique Sanson) Je vous ai vue madame ce soir à la télé  Toujours si souriante et toujours passionnée  Plus forte dans l’épreuve, plus forte que jamais Vous avez de Samson la force hérité ! Suprême élégance celle que vous affichez  Avec cette confiance intacte et cette envie De remonter sur scène, de retrouver la vie De suivre votre voie, quelle voix vous avez ! Si je n’étais timide ma chère Véronique  Je vous dirai alors que vous êtes magique Je dirai au très haut... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 10:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 décembre 2018

Turbulences

Turbulences. J’ai vu dans la campagne éblouie de soleil Une ombre solitaire courir sur fond de miel Vers un oiseau posé sur un fil de soie noire Était-ce une chasse ou bien une autre histoire ? Les montagnes au loin estompées de nuages Dominent un grand feu de lave incandescente Un coucher de soleil ou un volcan trop sage Était-ce sous mes yeux un étonnant mirage ? Est-ce une mare d’eau qui frôle et cajole Une flaque de feu qui elle se gondole Est-ce le vent qui souffle dans le ciel tout strié  Comme si par des... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 09:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 décembre 2018

Sombres bouquets.

Sombres bouquets Jaillissements chargés de violences obscures Voyez ces énergies exploser leur nature Saillir de ces boues brunes qui peinent à étouffer  Ces traits tout droit sortis des abysses ignorées. Elles griffent le ciel jusqu’alors impassible En orgueilleux élans, forces irrésistibles  Et les tâches informes qu’elles ont ainsi trouées  Paraissent alors des vases pour ces sombres bouquets. Un instant très fugace pas une éternité  Car plus rien ne se passe quand elles sont retombées  Les... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 09:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 décembre 2018

Du certain.

  Du certain. Du solide, du certain, du sûr, du constant A quoi chacun de nous aspire tout le temps On les aime bien trop toutes nos habitudes On voudrait s’appuyer sur des certitudes. Pour la plupart des gens c’est bien dans leur nature Très peu quoiqu’on en dise apprécient l’aventure On rêve de lendemains qui nous enchantent Las tout en sachant, que souvent on déchante. S’en remettre au hasard, et ne rien calculer La raison de beaucoup pourrait bien basculer On recompte bien, pour savoir si ça passe Mais on... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 09:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 décembre 2018

En silence.

En silence (Sur une idée de Mel Bué) Écoute le silence il te parle de toi Et si tu tends l’oreille Tu sauras bien que moi Je n’ai de mots pour dire Tu me manques déjà Rompras-tu ce silence Pour revenir vers moi ? Écoute ce silence Qu’il te parle de moi Et si à moi tu penses J’ai des larmes de joie Où sont les mots pour dire Que l’amour n’a de loi Combien ce serait pire Si tu n’existais pas. Pierre-Jean BOUTET
Posté par Pierre Boutet à 09:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 décembre 2018

Doux refrain

Doux refrain. Quand j’entends jouer enfin ce doux refrain Je me love timide dans l’ombre de tes reins La musique qui flotte en courants aériens  Me donne cette envie de n’être plus que rien Blotti comme une note dans le chaud de ton sein. Pierre-Jean BOUTET
Posté par Pierre Boutet à 09:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]