26 mars 2019

Où vont tous les oiseaux ?

Où vont tous les oiseaux ? Où vont tous ces oiseaux qui sillonnent le ciel ? Je suis, les yeux levés, leurs lignes imaginaires Tandis qu’ils volent haut et partent à tire d’ailes Je demeure planté, là les deux pieds sur terre. Un jour j’irai comme eux caresser les nuages Je me libérerai de cette pesanteur J’arriverai enfin à percer leurs messages A comprendre un peu mieux leur mystérieux moteur. D’où viennent les oiseaux qui passent tout là-haut  S’en vont majestueux, guidés par leur boussole ? Tandis qu’ils me... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 07:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 mars 2019

Pensées souterraines.

Pensées souterraines. Nous avons tous au cœur des pensées souterraines Veille à ce que jamais elles ne deviennent Les maîtresses du jeu, qu’elles ne prennent les rênes Cherche les bonnes voies où la lumière règne. Le hasard t’offrira à tout moment des choix Inspire toi des cartes que te donnent les sages Pour monter dans la rame vers le meilleur passage Si tu ne sais pas bien là où aller tu dois.   Tu es un voyageur qui cherche ainsi sa route Comme tant de ces gens qui s’agitent autour Fais confiance au destin qui... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 07:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 mars 2019

Dans la lumière glauque

Dans la lumière glauque. J’approche, une lumière attire mon regard Quand elle m’est apparue, surgie de nulle part Ses doux reflets verdâtres semblent ceux d’un bocal Ses éclats un peu glauques viennent en fait du canal. A ce moment du jour où le soleil décline  Et que l’eau réagit au ciel qui la taquine Marécages et forêts peuvent offrir ce spectacle Derrière les bouleaux qui n’y font guère obstacle. Je ne sais pas pourquoi je songe au Grand Meaulnes Qui se serait perdu en barque sur le lac Qui n’a jamais trouvé... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 07:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 mars 2019

La petite chapelle

  La petite chapelle Qu’est donc ce bâtiment au milieu de la plaine Peut être une chapelle à un saint dévouée  Et quel pèlerinage vaudrait donc cette peine De traverser à pied cet espace isolé ? Elle gît sereine par les oiseaux survolée  La crête des collines dépasse son clocher Quelques bosquets parsèment la lande désolée  Ce sont des champs autour sans doute labourés. De quel passé étrange est-elle le témoin  Si loin de toutes granges, pour qu’on en prenne soin Jadis comme l’on sait on... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 07:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 mars 2019

Tout est précaire

  Tout est précaire. Au milieu des volutes d’une fumée d’encens Parmi des airs de flûte à la couleur des vents L’esprit fait la culbute ouvrant de nouveaux sens Attention à la chute comme on en voit souvent. Au milieu d’un festin aux mille victuailles Avec le ventre plein de trop de boustifaille Le cœur qui se soulève ce n’est de trop d’amour Attention pas de trêve pour l’estomac trop lourd. Au milieu des victoires après d’après batailles Avec tout cet orgueil qui monte à la tête  On devient vulnérable de... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 17:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 mars 2019

Nos racines, nos ravines

Nos racines, nos ravines. Nous pleurons nos racines Lorsqu’on les assassine  Nous voyons les ravines Sur nos vies qu’elles dessinent En sommes-nous bien dignes C’est ce qu’on imagine Mais ce qu’on en devine Ne sont que faibles signes. Car elles plongent loin Bien au delà des coins Elles ne font pas de foin Si on fait pas le point. Il faut en prendre soin Les célébrer au moins Nous en sommes témoins  A elles être joint. Nos racines sont plus Qu’une histoire de plus Elles nous en disent plus Qu’on... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 17:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 mars 2019

Des objets dérisoires.

  Des objets dérisoires. Je songe parfois au vide d’un lieu sans objets L’esprit à la dérive l’espace est mon sujet Étouffé par ces choses qui viennent l’encombrer Ils grouillent tant et tant que n’en puis dénombrer. Devant cette profusion des objets en tous genres De ceux que l’on achète et que d’autres nous vendent Sans trop savoir pourquoi et ce qu’on en fera Dans le fond d’un placard c’est le sort qu’il aura. Mais tant d’autres partout les murs, les étagères  Les armoires, les tables, tous les meubles... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 16:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 mars 2019

Nos traces éphémères.

  Nos traces éphémères. Si vous aviez des doutes sur vos traces éphémères Allez sur Facebook ou quelque autre réseau  Vous y vivrez quelque temps je l’espère  Des marques d’amitiés ou même des bravos. Ne tentez pas le diable restez y cramponnés  Car dès que vous cédez, vous y disparaissez  Cessez même un jour, ou moins de publier Le trou que vous laissez est aussitôt comblé. Ce ne sont après tout que des lieux d’expression Certains peuvent aussi dire des lieux de perdition Si vous n’y avez... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 16:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 mars 2019

Grognards.

Grognards. Lorsque l’on parle d’eux, c’est souvent au pluriel Car les grognards étaient en nombre sous le ciel Faisant la vieille garde du grand Napoléon La crème de la crème de tous ses bataillons. Ils s’étaient distingués dans beaucoup de batailles Il fallait des années passées sous la mitraille Pour être alors admis jusque au sein des seins Dans tous ces régiments qui avaient pour dessein D’être plus valeureux que tout autre armée  D’avoir pour l’empereur dévotion sacrée  Ils portaient la moustache en... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 16:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 mars 2019

Au coin des rues

Au coin des rues. Elle m’était apparue sous un beau clair de lune Quand j’étais en tournée un soir à Pampelune Je ne me doutais point alors que c’était l’une De celles qui suivirent, j’ai oublié chacune. Étrange apparition des soirs de beuverie Ou bien douce illusion donnée aux cœurs meurtris Tendre consolation de Rome à Paris Tous les corps sont fleuris, lorsqu’ils sont ainsi pris. Qu’ont-elles retenu de cet homme grivois Qui ne sait ce qu’il dit lorsque bien trop il boit Ont-elles deviné ce que moi seul y voit Un... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 16:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]