21 septembre 2018

Malgré tout.

Malgré tout. Quoiqu’on dise ou fasse on sera toujours seul Quand bien même un autre vous tiendra fort la main Devant la maladie ou la mort qui s’annonce Même si l’être aimé vous dira, ne renonce. Donc il faut accepter un jour sa finitude Supporter la douleur comme une habitude Puis vite oublier ces côtés les plus sombres Ne les laisser gagner, n’être la proie des ombres. Rechercher la lumière pour chasser la pénombre  Apprécier la beauté, s’en repaitre sans nombre Aimer de tout son cœur les autres autour de soi ... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 08:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 septembre 2018

Plus forts que les mots.

  Plus forts que les mots Les émotions n’appellent pas forcément de mots Partout elles s’écoulent en larmes ou sanglots Certains savent les dire en latin ou argot Les pleurs comme les rires sont plus forts que les mots. A quoi sert d’avancer s’il n’y a plus d’horizon A quoi sert d’espérer si le monde est prison S’il n’y a plus de demain à nos pauvres destins Si nous tenons la fin là entre nos deux mains ? On sent déjà dans l’air l’odeur des choses mortes Dès lors tous les projets sont morts nés ou avortent On... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 08:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 septembre 2018

Briques.

Briques. Le monde est fait de briques, tout est brique d’abord Tu connais les atomes, mais d’eux mêmes on sort Bien d’autres éléments, tous plus petits encore On ne sait pas lequel battra tous les records. Le verbe est fait de briques, les briques sont les mots Combien de lettres aussi pour bâtir ces propos Il y a tant de langages pour les construire il faut Des signes sur des pages, assemblés comme il faut. La musique a ses notes et bien plus ses accords Ses variations superbes et ses voix de ténors  Ses... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 08:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 septembre 2018

Maldonne ?

  Maldonne ? Les rires sont partout aujourd’hui aux fenêtres Et les drapeaux pavoisent la ville est en fête  C’est le retour glorieux des équipes d’athlètes  Qui furent valeureux et pour beaucoup en tête. Le peuple est porté par la fierté qu’ils donnent Chacun se sent grandi mais il y a maldonne Seuls les champions méritent de porter la couronne Les lauriers sont gagnés par ceux seuls qui se donnent. Qu’importe pour les gens ils sont ceints des couleurs Du pays qui est le leur même s’ils viennent... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 08:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 septembre 2018

Honnie soit-elle.

  Honnie soit-elle Si j’ai peur d’une chose je dois bien l’avouer C’est de la solitude qui de toujours m’effraie Je me sens vide et nu sans personne autour Avec qui parler et partager mes jours. Je n’entretiens aucun dialogue singulier Avec la solitude que je veux ignorer La vie d’abord pour moi c’est d’être entouré  De sentir la présence de personnes aimées. J’ai donc toujours œuvré pour que bien d’autres aiment Venir me retrouver, occuper mon domaine Passer un peu de temps, partager nos problèmes  ... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 08:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 septembre 2018

Coeur solitaire.

  Coeur solitaire. Un coeur privé de mots que peut-il donc comprendre Il est comme un enfant qui a tout à apprendre Il n’a que des instincts qui viennent s’en éprendre  Il n’est lors qu’un jouet qu’on ne peut pas entendre. Un coeur qui à jamais, serait rendu muet Qui n’aurait pas appris comment il peut muer Qui resterait perdu au milieu des nuées  Des émotions que rien ne vient atténuer. Pire qu’un cœur brisé, un coeur abandonné  A qui personne un jour, a su un peu parler Un coeur si solitaire... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 08:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 septembre 2018

Bémol

  Bémol. Pourquoi faut-il toujours une ombre au tableau Un petit signe moins qui vient gâcher la fête  Pourquoi a-t-on ainsi quelque chose en tête  Comme un peu de noir qui souille le drapeau. On se dit c’est trop beau, ça ne va pas durer Ou alors c’est trop court, pour bien en profiter Cet instant de bonheur l’ai-je bien mérité  Pourquoi pèse ainsi la culpabilité ? Pourquoi mettre un bémol à ces moments magiques Rester à l’entresol quand la joie nous invite Pourquoi ce petit doute qui ainsi nous... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 08:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 septembre 2018

Sans retour.

  Sans retour. Partir un jour comme ça et tout abandonner Quand on ne peut rester car plus rien à donner  Quand on a fait le tour et qu’on se heurte aux murs S’en aller loin d’ici où tout est bien trop dur. Porté par un espoir de trouver un ailleurs Ouvert sur des chemins libérés de ses peurs Croyant que s’en aller ça ne peut être pire Que demeurer ici et encore se maudire. Mais à bouger ainsi est-ce que soi-même on change N’est-ce pas trop facile d’ainsi donner le change Pour ne pas affronter ses... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 08:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 septembre 2018

Fredaines

  Fredaines. Autrefois on était indulgent des fredaines Surtout si l’on était jeune et aventureux Mais ce ne sont las que des calembredaines Déjà à cette époque, fallait être sérieux. D’ailleurs même les jeunes prennent de la bedaine Si ce n’est tout de suite, c’est en devenant vieux Quand aux files souvent si elles ne sont mondaines Leurs bêtises elles cachent derrière leurs beaux yeux. Maintenant les sanctions peuvent être soudaines Des qu’on enfreint la loi, alors c’est du sérieux  N’écoutez surtout pas... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 07:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 août 2018

Tarie

  Tarie. L’eau a coulé longtemps et en torrent de larmes  Mais tes yeux ont séché dans ces déserts du tendre L’eau a coulé trop fort ce fut un grand vacarme Mais toi tu t’es lassée à toujours à l’attendre Si l’eau ne coule plus, si le sang dans tes veines Ne brûle plus du feu qu’éveillent les je t’aime Si l’eau ne coule plus, c’est que le poids des peines À fait tarir la source où les amours sont reines. Mais rêves-tu encore à la jolie fontaine Où tu vécus ces joies sans doutes les plus saines Hélas pour... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 16:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]