03 mars 2019

Tout est précaire

  Tout est précaire. Au milieu des volutes d’une fumée d’encens Parmi des airs de flûte à la couleur des vents L’esprit fait la culbute ouvrant de nouveaux sens Attention à la chute comme on en voit souvent. Au milieu d’un festin aux mille victuailles Avec le ventre plein de trop de boustifaille Le cœur qui se soulève ce n’est de trop d’amour Attention pas de trêve pour l’estomac trop lourd. Au milieu des victoires après d’après batailles Avec tout cet orgueil qui monte à la tête  On devient vulnérable de... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 17:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 mars 2019

Nos racines, nos ravines

Nos racines, nos ravines. Nous pleurons nos racines Lorsqu’on les assassine  Nous voyons les ravines Sur nos vies qu’elles dessinent En sommes-nous bien dignes C’est ce qu’on imagine Mais ce qu’on en devine Ne sont que faibles signes. Car elles plongent loin Bien au delà des coins Elles ne font pas de foin Si on fait pas le point. Il faut en prendre soin Les célébrer au moins Nous en sommes témoins  A elles être joint. Nos racines sont plus Qu’une histoire de plus Elles nous en disent plus Qu’on... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 17:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 mars 2019

Des objets dérisoires.

  Des objets dérisoires. Je songe parfois au vide d’un lieu sans objets L’esprit à la dérive l’espace est mon sujet Étouffé par ces choses qui viennent l’encombrer Ils grouillent tant et tant que n’en puis dénombrer. Devant cette profusion des objets en tous genres De ceux que l’on achète et que d’autres nous vendent Sans trop savoir pourquoi et ce qu’on en fera Dans le fond d’un placard c’est le sort qu’il aura. Mais tant d’autres partout les murs, les étagères  Les armoires, les tables, tous les meubles... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 16:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 mars 2019

Nos traces éphémères.

  Nos traces éphémères. Si vous aviez des doutes sur vos traces éphémères Allez sur Facebook ou quelque autre réseau  Vous y vivrez quelque temps je l’espère  Des marques d’amitiés ou même des bravos. Ne tentez pas le diable restez y cramponnés  Car dès que vous cédez, vous y disparaissez  Cessez même un jour, ou moins de publier Le trou que vous laissez est aussitôt comblé. Ce ne sont après tout que des lieux d’expression Certains peuvent aussi dire des lieux de perdition Si vous n’y avez... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 16:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 mars 2019

Grognards.

Grognards. Lorsque l’on parle d’eux, c’est souvent au pluriel Car les grognards étaient en nombre sous le ciel Faisant la vieille garde du grand Napoléon La crème de la crème de tous ses bataillons. Ils s’étaient distingués dans beaucoup de batailles Il fallait des années passées sous la mitraille Pour être alors admis jusque au sein des seins Dans tous ces régiments qui avaient pour dessein D’être plus valeureux que tout autre armée  D’avoir pour l’empereur dévotion sacrée  Ils portaient la moustache en... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 16:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 mars 2019

Au coin des rues

Au coin des rues. Elle m’était apparue sous un beau clair de lune Quand j’étais en tournée un soir à Pampelune Je ne me doutais point alors que c’était l’une De celles qui suivirent, j’ai oublié chacune. Étrange apparition des soirs de beuverie Ou bien douce illusion donnée aux cœurs meurtris Tendre consolation de Rome à Paris Tous les corps sont fleuris, lorsqu’ils sont ainsi pris. Qu’ont-elles retenu de cet homme grivois Qui ne sait ce qu’il dit lorsque bien trop il boit Ont-elles deviné ce que moi seul y voit Un... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 16:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 mars 2019

Trop tard.

Trop tard. Comme vient la rosée au petit matin blême  En perles déposées sur le moindre brin d’herbe Tu venais enrichir du plus beau de tes verbes Mes poèmes écrits pour dire que je t’aime Comme le papillon fait sur le chrysanthème  Sa danse affolée pour pomper son nectar Tu savais me montrer ton plus bel avatar Pour porter la lumière au cœur de mes poèmes. Mais hélas tu n’es plus qu’une ombre sur la pierre Toi qui fus dans ma vie ce rayon de soleil Voilà que tu n’es plus, en dépit des prières Que je fais... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 16:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 mars 2019

La peur de l’inconnu.

  La peur de l’inconnu. Sur la plage trop blême  Git l’émotion lointaine Aux champs des souvenirs Mes regrets vont s’offrir Fanées les chrysanthèmes  Devant les anathèmes,  S’impose l’évidence, il me faut repartir Douloureuse conscience qui ne veut pas mourir Sur les rochers de brume Vient de briser l’écume  Aux ondes trop salées  Mes espoirs sont noyés Pleurent en pluies amères Illusions éphémères, Résonnent les sirènes, il me faudra souffrir La faute est souveraine, si elle... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 16:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 mars 2019

Des chemins salutaires.

  Des chemins salutaires. Beaucoup de l’univers n’ont grand chose à faire Dès lors qu’ils vivent las un enfer sur la terre Qui donc pourrait rêver d’aller vers les étoiles  Quand il est affamé, gelant jusqu’à la moelle ? Combien ont des idées sur ce que veut le peuple Tranquilles, installés au milieu de beaux meubles Combien savent très bien ce qu’il y a à faire Gardant leurs privilèges, ils ont les pieds sur terre. Qu’auraient-ils à se dire tant de choses sans doute Mais ils ne suivent pas hélas les mêmes... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 15:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 mars 2019

Cynique.

  Cynique. Longtemps je ne compris que quelqu’un fut cynique Tant la vie paraissait à mes yeux magnifique Tant notre société cultivait le progrès  Et la science perçait peu à peu tous secrets. Puis avançant en âge je perçu les méfaits Que les hommes faisaient, que rien n’était parfait Petit à petit je vis que la nature Supportait vraiment mal toutes nos aventures. Il advint que dès lors je me vis contester Les voies que nous suivions, même à protester Il faut être impudent pour les contrecarrer Les pistes... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 15:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]