14 juillet 2019

Sans prix.

Sans prix. Les jours passent et se suivent, indifférents toujours A nos amours blessés, par tout ce temps qui court Qui fanent nos émois quand se froissent les chairs Chargés de ces orages, où dansent les éclairs. Combien nos illusions, s’envolent comme plumes On se croit immortels et jamais on n’assume Ces corps qui se font lourds, bien plus que des enclumes Tandis que nos pensées, malgré tout les allument. On lève alors les yeux, plus souvent vers les cieux Enviant les nuages et les oiseaux plumeux Lorsqu’on ne peut... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 08:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 juillet 2019

Le train.

Le train. S’adapter est la clef, face aux changements S’adapter est possible, mais exige du temps La vie est malléable, depuis l’aube des temps À seule condition, que changements soient lents. Dans ce jeu bien rodé, au fil des millénaires L’homme est survenu, pressé et en colère  En siècles jusqu’ici, on comptait son empreinte Quelques années seulement, et tant d’espèces éteintes ! Tout cela va trop vite, et c’est l’homme lui même  Qui se voit dépassé, par bien trop de problèmes  Il en crève chaque... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 08:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 juin 2019

le temps de l´action

  Le temps de l’action Et celui de la réflexion. Quel temps est plus heureux que celui de l’action Où se meurent les doutes autant que les questions ? Tout tendu que l’on est, à vouloir très bien faire Le monde se réduit, à cette chose à faire. L’esprit est libéré, de tout ce qui l’encombre, Car au cœur de l’action, ne planent plus les ombres, Un avant, un après, il sont là les moments  Où plus s’interroger, mais pas à cet instant. Dans nos balbutiements, ceux de notre jeunesse Apprendre et comprendre, de... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 11:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 juin 2019

Hier encore

Hier encore. Un jour tu réalises que tu n’as plus vingt ans Que t’as des cheveux blancs, et plus toutes tes dents Tu entends au fond de toi, que s’étonne l’enfant Lorsque ton corps résiste à ses emportements. Des douleurs apparaissent, à des endroits qu’avant Dont tu n’avais conscience que fugitivement Les épaules, les reins, genoux ou chevilles Tu as si mal parfois, que même tu vacilles. Pourtant hier encore, tu te sentais vaillant Ton corps obéissait, à tous tes mouvements L’essoufflement n’était, qu’au bout de... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 11:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 juin 2019

Les pas effacés

Les pas effacés. Le temps semble arrêté lui dont la cavalcade  Ne cesse d’emporter tant de mes camarades Est-ce bien une pause ou un moment tranquille Où je puis oublier qu’il n’est pas immobile ? Laissez-moi me bercer de la douce illusion Que je ne vais plus perdre aucun des compagnons Que nous allons rester toujours ces bons garçons  Qui se trouvent si bien quand ils font réunion. Profitons de la pause, elle est d’exception Je sais que le faucheur rarement se repose Il reprendra son geste régulier et... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 10:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 mai 2019

Un ami

    Un ami Le temps est un ami, car il nous veut grand bien Que serait-on sans lui qu’une chose inerte Figée dans le moment, en ne servant à rien  Tout serait donc créé alors en pure perte. De vie il n’y aurait, pas plus de mouvement Tout serait immobile, sans la course du temps  Passé ou avenir, seraient vides de sens Pas plus de souvenirs que vertiges des sens. Le temps est un ami qui nous presse, aimable Qui nous pousse à grandir, à devenir capables Qui nous fait apprécier vraiment le prix des... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 18:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 mai 2019

A ça qu’elle rime

    A ça qu’elle rime. Mouvement alangui des algues qui balancent Au gré de ces courants que les océans brassent Tout au fond amorties les fureurs de surface L’éternité en bas très doucement se passe. Tout un monde bercé d’une aimable lenteur Les choses qui s’y meuvent n’y montrent aucune ardeur Une ambiance sereine et un calme trompeur La mort aussi tout guette ici bas comme ailleurs. Bruissement sourd et lent fait le vent dans les branches  Entraînant sourdement chaque arbre qui penche Brassement de... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 18:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 mai 2019

Ah ce souvenir d’elle !

    Ah ce souvenir d’elle ! Elle est partie un jour, ne saurai dire quand Sur la pointe des pieds sans même un mot d’adieu Les ans qui ont passé servent de paravent  A la garce superbe qu’on a perdu des yeux. On la croit dans nos veines lors qu’elle s’est barrée  On se sent à la peine, on se croit fatigué  Que ce n’est qu’un moment de gêne passagère  Que ça va revenir, juste un temps que l’on gère. Lentement on perd pied, où est passé le souffle ? On prend plus de plaisir à chausser ses... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 18:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 mai 2019

Le ver dans le fruit

Le ver dans le fruit. Quel phénomène étrange se joue en nos mémoires  Ces éponges imparfaites où sont nos souvenirs Qui retiennent en dépit de ce qu’on pourrait croire Plus de choses qu’à nos yeux elles peuvent contenir. Pourquoi s’y glisse alors comme un ver dans le fruit La petite gangrène qu’y apporte l’oubli Ce facétieux problème qui échappe à l’esprit Qui fait ce qui lui chante et jamais n’obéit. Certes il est salutaire quand il sait effacer  Quelques scènes atroces qui ont las existé Combien c’est... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 14:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 mars 2019

Pour mieux l’apprivoiser

Pour mieux l’apprivoiser. J’en conviens, j’ai menti, trop de forfanterie Car lorsque tout va bien, c’est alors qu’on en rit Quand le corps va plus mal et que tout se déglingue  Alors la peur nous vient à en devenir dingue. On la sent là tout près tournant comme un vautour L’air devient oppressant et l’esprit est plus lourd Elle imprègne aussi parfois tout le décor  L’atmosphère est plombée par cette odeur de mort. Elle guette ce moment où on lâchera prise Elle sait que l’on n’échappe jamais à son emprise ... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 08:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]