26 novembre 2018

Point ne t’afflige, vie ne se fige.

Point ne t’afflige Vie ne se fige. C’est lentement qu’elles inscrivent Toutes mes peines sur ma peau Mes blessures ce sont mes rides Qui en disent plus que mes mots C’est à coup sûr lui qui m’arrache Tous les moments qui me sont beaux Le temps auquel rien ne s’attache Pas plus que sur des plumes l’eau. C’est bien le sang qui s’appauvrit De tous les cris qu’il a nourri Jusqu’à ce flot qui se tarit Un dernier fil et c’est fini. C’est dans ma voix qu’était ma joie Tant que c’était et toi et moi Quand je ressentais... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 11:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 octobre 2018

Un tailleur sans imagination.

  Un tailleur sans imagination. Les ans m’ont habillé de nouvelle vêture Ils disent que cela est plus dans ma nature Moins sombre et fournie est donc ma chevelure Quelques plis sur ma peau comme ombres de blessures. Où est le beau costume qui me faisait fringant Lorsque j’avais mes dents et pas un cheveu blanc ? Où sont passés ces muscles qui tendaient ma chemise À présent c’est la canne qui est plutôt de mise. Donnez-moi un miroir pour qu’un peu il me mente Qu’il ne me montre point ce que devient mon ventre ... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 11:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 octobre 2018

Pour qu’il devienne grand

  Pour qu’il devienne grand... Un visage rieur, des yeux qui s’illuminent La frimousse est si tendre, elle est irrésistible Le petit est heureux, il n’y a rien qui abime Cet innocent bonheur, las pour nous impossible. Nous avons nostalgie de l’époque bénie  Où nous ne savions rien du cruel de ce monde Inutile à présent, point moyen que je nie Ce temps là n’a duré que poignées de secondes. Veillons sur ce miracle, comme sur un trésor  Dressons tous les obstacles, pour garder bien dehors  Violences... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 11:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 octobre 2018

Unique ou inique ?

  Unique ou inique ? Si vivre chaque jour comme un jour unique Est facile à dire c’est plus dur en pratique Car ils s’enfuient si vite qu’on doute par moment De les avoir vécus tant les gomme le temps. Il faudrait s’attarder garder l’esprit alerte Ne pas les gaspiller souvent en pure perte Mais lorsque on les vit tous la plupart du temps On n’a pas ce regard qu’ils méritent pourtant. C’est plutôt l’habitude en forme de routine Sans plus de certitude qu’elle imprime nos rétines  C’est bien sans y penser... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 11:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 octobre 2018

Passé trompeur.

Passé trompeur. J’ai succombé plus qu’à mon tour A l’appel de la nostalgie Quand je songeais à mes amours Alimentés de l’énergie  Dont la jeunesse a le secret Lorsque le temps n’est pas compté  Quand le passé est trop chargé  De souvenirs ou de regrets. Évanouies toutes les peurs Bien oubliées sont les douleurs La mémoire embellit tout Tout est pastel en tons très doux. Pour beaucoup le présent est terne Ils préfèrent un passé rêvé  Le risque à passer la poterne C’est de ne vivre qu’en... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 11:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 septembre 2018

Les bouquets sont fanés.

  Les bouquets sont fanés. Les bouquets sont fanés des fleurs de ma jeunesse Et les espoirs flétris des élans de jadis Car bien que je sois vieux et bien que ma vue baisse Je vois trop dépérir notre beau paradis. Je sais l’on me dira que le passé fut sombre Entaché par les guerres, les maladies sans nombre Mais cela ne frappait qu’au cœur de nos misères  Et jamais de tout ça ne souffrit notre terre. Les champs refleurissaient, les forêts repoussaient Les oiseaux y chantaient, les abeilles bourdonnaient La... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 08:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 août 2018

En traversant nos âges

En traversant nos âges. Que sommes-nous au fond en traversant les âges  Nous étions cet enfant mais qu’est-il devenu ? Est-on en grandissant vraiment devenu sage Ou de grandes personnes à l’allure chenue ? Que reste-t-il de nous en traversant nos âges  Sommes-nous différents comme sont nos visages ? Ou restons-nous l’enfant aux grands yeux étonnés  De découvrir un monde qu’il croyait enchanté ? Combien de changements en parcourant les pages Dans combien de présents sont restés nos images ? Le seul lien... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 16:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
31 juillet 2018

Les fils du hasard

Les fils du hasard Combien les fils des Parques sont fins prêts à casser Si la vie nous embarque, elle peut nous noyer A quel point est fragile le cours de l’existence N’est-il donc pas futile de vivre, quoiqu’on en pense ? Le fil de l’araignée est dit-on plus solide Que l’est un fil d’acier dans le même calibre La toile est pourtant fine puisque je la déchire  Vouloir s’y accrocher n’est-ce pas très stupide. C’est au bout de ces fils invisibles et ténus  Que nos vies se balancent comme autant de fétus  ... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 17:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
31 juillet 2018

Les encombrants regrets

Les encombrants regrets. Quand je serai bien vieux, tout pétri de regrets Aux souvenirs joyeux de ma saine jeunesse J’aurai bien en pensée encore l’allégresse  Qui me prenait si fort quand dans mes bras serrais Celle qui en ce temps là partageait mes faiblesses Pour tout l’amour qu’alors je voulais vivre entier Pour ce monde offert où tout m’appartenait Et dont je voulais jouir sans en avoir de cesse. L’illusion fait au coeur ma foi bien plus de bien  Que la lucidité qui la chasse au loin L’envie et le désir... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 17:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
31 juillet 2018

Coup de semonce

  Coup de semonce Ça m’est tombé dessus, un coup de semonce Un avertissement, une dure annonce Quand je me suis levé, tout avait bien changé  Les bribes de jeunesse, elles s’étaient envolées. Je n’y ai pas cru, bien que je le savais Que ça pouvait m’atteindre, si vite me concerner, J’ai pourtant dans mon coeur, une fougue intacte Je n’en voyais la fin, ni même une entracte. Mais c’est hélas mon corps, l’aurai-je négligé Qui témoigne soudain, de bien trop de faiblesses Il était jusque là, le fidèle valet ... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 17:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]