27 octobre 2019

Empreintes.

  Empreintes. À chaque homme de vivre et laisser témoignage  Pour tous ceux qui viendront dans la suite des âges  Quelques pierres assemblées là où il a vécu  Des images gravées, partout où il a pu. Car si l’homme n’est rien au regard de l’immense Cette infime fourmi, pourtant agit et pense Comme s’il était tout, au moment où il vit N’est-ce là être fou, que d’avoir cet esprit ? Car si l’homme n’est rien lorsqu’il est isolé  Sa multitude, elle, sait bien tout désoler  Les champs, les... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 11:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 septembre 2019

Chaos

Chaos. Le chaos vrai règne dans tous mes souvenirs  Je n’ai pas d’étagères, où tous les maintenir Ou bien quelques tiroirs, qu’il suffirait d’ouvrir  Pour que à la demande, ils veulent bien revivre. Ce sont plutôt des bulles, flottant dans ma mémoire Dans un espace temps, où vivent mes histoires C’est souvent par hasard, un effet de surprise  Quand une bulle éclate, j’examine ma prise. Je revois des images, ou simples impressions Sans trop savoir quel âge, s’y trouve en question J’ai bien quelques... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 12:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 septembre 2019

Un temps pour tout.

  Un temps pour tout. A-t-on un temps pour tout, quand la vie est si brève  Et le temps que l’on a, qu’est-ce qu’on en fait ensuite ? Le temps de notre enfance, qui si vite est en fuite Le temps de l’âge adulte, si rarement du rêve ! Prends-on le temps d’aimer, ou celui de courir ? Persuadé sans doute qu’on ne pourra mourir Courir après ces choses qu’on veut accumuler Alors que seul le temps peut lui nous acculer ? Le luxe n’est-il pas, celui de ne rien faire De défier le temps, qui n’en a rien à faire ? ... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 11:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 septembre 2019

Exister.

Exister. Un filet d’eau perdu qui va vers l’océan  Une goutte de pluie sur un désert de sable, Une brise noyée dans le souffle du vent Une feuille au bout d’une branche d’érable.  Je ne suis guère plus que ces vies éphémères  Je proviens et je vais dans le sein de la terre, Inspiré un moment, un bien trop court instant Par l’esprit dont découle, les mots que je vous tends. Quand tout autour n’est que poussière d’étoile  On naît, on est pris comme un ris dans la voile  Une larme au seuil d’une... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 10:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 septembre 2019

Le vieil album.

Le vieil album. Je feuillète ce soir un album poussiéreux  Où le temps, dans le cuir, a tracé bien des rides  Comme celles qui étirent le pourtour de mes yeux J’y pioche des souvenirs qui comblent quelques vides. J’y vois ressuscités ces visages souriants De ceux qui m’ont aimé et qui me manquent tant  Comme revit dans ses pages, cet étrange enfant Que je fus d’évidence, il y a trop longtemps. Des photos de famille, de maisons, de vacances Tout ce qui jalonnât ma propre existence Témoins certes muets,... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 10:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 août 2019

Variations sur le temps

Variations sur le temps. Qui n’a pas comparé le temps à une vague À un grand toboggan, à un tapis glissant  Si je m’y mets aussi et sur lui je divague  Il est pour moi un vent qui nous mord jusqu’au sang. Non nous n’avançons pas, nous restons immobiles C’est le temps qui atteint l’enveloppe fragile. Comme fleur dans son pot qui se fane et qui meurt, Comme le fruit trop mûr, flétrit en quelques heures. Encore une illusion car même immobile Tout change au cœur de nous et tout est volatile. Tout au cœur des... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 10:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 juillet 2019

Sans prix.

Sans prix. Les jours passent et se suivent, indifférents toujours A nos amours blessés, par tout ce temps qui court Qui fanent nos émois quand se froissent les chairs Chargés de ces orages, où dansent les éclairs. Combien nos illusions, s’envolent comme plumes On se croit immortels et jamais on n’assume Ces corps qui se font lourds, bien plus que des enclumes Tandis que nos pensées, malgré tout les allument. On lève alors les yeux, plus souvent vers les cieux Enviant les nuages et les oiseaux plumeux Lorsqu’on ne peut... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 08:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 juillet 2019

Le train.

Le train. S’adapter est la clef, face aux changements S’adapter est possible, mais exige du temps La vie est malléable, depuis l’aube des temps À seule condition, que changements soient lents. Dans ce jeu bien rodé, au fil des millénaires L’homme est survenu, pressé et en colère  En siècles jusqu’ici, on comptait son empreinte Quelques années seulement, et tant d’espèces éteintes ! Tout cela va trop vite, et c’est l’homme lui même  Qui se voit dépassé, par bien trop de problèmes  Il en crève chaque... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 08:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 juin 2019

le temps de l´action

  Le temps de l’action Et celui de la réflexion. Quel temps est plus heureux que celui de l’action Où se meurent les doutes autant que les questions ? Tout tendu que l’on est, à vouloir très bien faire Le monde se réduit, à cette chose à faire. L’esprit est libéré, de tout ce qui l’encombre, Car au cœur de l’action, ne planent plus les ombres, Un avant, un après, il sont là les moments  Où plus s’interroger, mais pas à cet instant. Dans nos balbutiements, ceux de notre jeunesse Apprendre et comprendre, de... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 11:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 juin 2019

Hier encore

Hier encore. Un jour tu réalises que tu n’as plus vingt ans Que t’as des cheveux blancs, et plus toutes tes dents Tu entends au fond de toi, que s’étonne l’enfant Lorsque ton corps résiste à ses emportements. Des douleurs apparaissent, à des endroits qu’avant Dont tu n’avais conscience que fugitivement Les épaules, les reins, genoux ou chevilles Tu as si mal parfois, que même tu vacilles. Pourtant hier encore, tu te sentais vaillant Ton corps obéissait, à tous tes mouvements L’essoufflement n’était, qu’au bout de... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 11:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]