26 mars 2017

Automate

Automate   Il ne s'était jamais posé cette question Mais pourquoi donc je vis et avec quelle intention Il n'avait pas du tout cette interrogation Pour lui tout était simple et sans complication.   Il n'a pas mis en cause ni son éducation Ni les principes qui gouvernent la nation Pas plus parti en guerre comme chair à canon De mourir pour sa terre sans autre explication.   Quand il a rencontré la fille du patron Il l'a bien épousé sans aucune... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 17:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 mars 2017

Vertiges

Vertiges   N'avez-vous jamais eu quelque peu le vertige Quand vous réalisez combien le monde est grand L'univers est si grand que c'en est un prodige Et puis l'aube des temps c'était il y a longtemps.   Habitués à vivre dans un cadre étriqué Où les distances se comptent en mètres ou années Comment ne pas en être vraiment bouleversés Quand on voit ce qu'on pèse, quand on voit ce qu'on est.   Entre infiniment grand et fines particules Mais que... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 17:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 mars 2017

Alea jacta est !

Alea jacta est !   Si vous n'y croyez plus, si vous ne rêvez plus Pourtant vous êtes émus par la beauté du monde Mais il se peut pourtant que vous soyez déçus Par les hommes vos frères et leurs erreurs profondes.   Ne baissez pas les bras il y a toujours l'espoir Que d'autres hommes se lèvent pour dire fort qu'ils croient A un monde meilleur et à une autre histoire Que celle que l'on vit où bientôt tous se noient.   Car à ne rien tenter ou à n'y rien... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 16:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 mars 2017

Etrange étrangère

Étrange étrangère.   Du haut de la colline que l'horizon est loin Toi la petite fille tu n'es pas de ce coin Au delà de sa ligne tu as laissé ton cœur Dans ce pays lointain frappé par les malheurs Et tu restes blessée victime de tes peurs.   Ils sont tous morts là-bas tes parents et tes sœurs Dans ce pays en guerre ravagé de terreurs Dans les larmes qui coulent de tes pommettes brunes On y voit les reflets tout là-haut de la lune Dont le disque argenté... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 15:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 mars 2017

Pas à pas, les visages du monde

Pas à pas, les visages du monde   J'ai un an depuis peu Je vacille un peu Premier pas c'est heureux Le monde s'ouvre à moi   J'ai quatre ans je suis grand J'écris mon nom tout seul Mes parents sont contents Le monde tend ses bras   J'ai dix ans maintenant Je vais seul comme un grand Au collège j'apprends Que le monde est grand   J'ai treize ans je ressens En moi des sentiments Pour les filles c'est gênant ... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 15:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 mars 2017

Naufrages

  Naufrages   Tu vis à côté d’elle et tu ne la vois plus Elle est toujours belle mais tu ne le sais plus Elle t’est restée fidèle, elle ne te plaît plus Tu comptes pour elle, mais tu n’en veux plus.   Il vit bien sous ton toit, il n’est plus dans ta vie Il t’aime comme un con, tu n’en as plus envie Il a besoin de toi, tu restes au mieux polie Jamais ne t’a trahi, mais hélas il t’ennuie.   Oh mon dieu quel gâchis ces couples désunis Qui ont vécu... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 17:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 mars 2017

Bilan

Bilan   Pourquoi donc se risquer à faire son bilan Puisqu’on n’a qu’une vie ça ne sert pas vraiment Pourquoi rendre des comptes à ceux qui sont vivants Puisque au bout du compte on sera plus présent.   Après moi le déluge serait-ce la devise De la plupart des hommes qu’on soit ou non en crise Profitons de l’instant et qu’importe l’après Seul le temps de nos vies a de réalité.   A raisonner ainsi on n’est donc que des bêtes N’être que de passage... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 17:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 mars 2017

Nous sommes nos rêves

Nous sommes nos rêves   Nous sommes nos pensées et nous sommes nos rêves Finalement du vent qui poussière soulève Combien est impalpable ce qui fait notre sève A quel point est fragile cette existence brève.   Quand je vois de ces hommes gonflés de leur orgueil Qui ont cette illusion du haut de leur fauteuil Qu’ils sont très importants quand ils sont tape-à-l’œil Quand comme tous les autres les attend leur cercueil   J’ai vraiment l’impression que l’on a... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 07:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 mars 2017

Sommes -nous ?

  Sommes-nous ? Sommes nous des bouchons ballotés par la vie  Des grains de sable fous dont vont jouer les vents Des gouttes d'une pluie qui se perd trop souvent Les akènes plumeux d'un champ de pissenlits ? Si poussières d'étoiles nous sommes éternels  Le souffle de nos vies lui n'est qu'une étincelle  Qui vacille et brille de façon fugitive Et parfois se révèle d'une humeur créative. Sommes-nous des fantômes produits de dieux jaloux Personnages de rêves aux destins un peu flous Des jouets... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 16:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 mars 2017

Dents de scie

  Dents de scie Le blizzard s'est levé et fouette mon visage Tout se trouve estompé plus de paysage Le froid soudain pénètre mes pauvres vêtements  Je n'avais pas prévu cette saute du temps. C'était l'instant d'avant le temps de la confiance Je marchais insouciant perdu dans mes pensées Maintenant je ressens une certaine urgence De rentrer bien au chaud je suis vraiment pressé. En montagne le temps est l'image de la vie Qui un jour vous contente et un jour vous sourit Mais qui le lendemain déclenche un... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 10:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]