30 octobre 2019

Au front de la vie

  Au front de la vie. Qui au front de la vie, n’est en première ligne, Qui au fond n’a envie, qu’elle lui fasse un signe ? Attend-on un miracle, ou est-ce qu’on se bat, La vie c’est tout au long, un vrai branle-combat. J’en connais qui se terrent, dans l’espoir d’échapper  A un choc trop frontal, qu’ils ne veulent essuyer. Ils vivent dans la peur, et sont là à trembler Ils croient vivre sans heurts, mais ils passent à côté. Toute vie ne se donne, qu’à qui vient la chercher Celui qui s’abandonne, aux... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 14:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 octobre 2019

Le sens de l´aventure

Le sens de l’aventure. J’irai un jour c’est sûr jusqu’au bout de ma route En traînant ces questions qui dorment dans mes soutes. Quel que soit le chemin, qu’elle que soit sa durée  On sait qu’il y a un terme et qu’il faut l’endurer. On fait bien des étapes, on franchit des obstacles Que l’on soit pauvre ou pape, ce n’est même spectacle  Mais bien là même fin, des saints, des aigrefins C’est pourquoi l’important, ça reste le chemin. La vie est un cadeau ou est-ce une chance ? Combien passent la leur, pourtant... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 14:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 octobre 2019

Bref délire

Bref délire. Le garçon dans la ville où s’égare ses pas Le garçon dans les rues marche un peu hagard Il avance, il chaloupe, il titube parfois  Son regard est bien trouble, je ne sais ce qu’il voit. Sur un banc il s’affale, son corps abandonné  Dans ses yeux comme un voile mais des larmes ce n’est Le garçon dans la ville semble désemparé  Tout vidé de ses forces, on dit qu’il est drogué. Tout comme l’alcoolique, c’est sa façon à lui De dire non au monde qui trop le terrifie  Où il n’a pas sa place... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 14:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 octobre 2019

Une histoire très ordinaire.

Une histoire très ordinaire. La pauvre lavandière un beau jour rencontra Un monsieur important qui venait de la ville La demoiselle était si jolie et peu fière  Qu’elle fit sa conquête, ce ne fut difficile. Elle alla s’installer avec ce vieux monsieur Dans la belle maison, dans un tout nouveau lieu. L’homme ne tarda à jeter ses derniers feux Usé par la jeunette, qui ruait de son mieux. Elle devint la maîtresse de l’ensemble des biens Elle oublia bien vite, qu’avant elle n’avait rien.  Elle emprunta alors,... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 11:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 octobre 2019

Une longue thèse

Une longue thèse. La vie n’est qu’un long texte plein de ponctuations On ouvre la parenthèse dès notre conception. La première virgule vient lors des premiers pas Lorsqu’on se met debout ou que l’on dit papa. Souvent rien ne se passe qui mérite un discours  Des points de suspensions, sur nos vies au long cour. Les plus nombreux seront points d’interrogations On a peu de réponses mais combien de questions ! Nos cœurs feront des bonds, des points d’exclamation Quand on connaît l’amour, quel émerveillement.  ... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 11:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 septembre 2019

A quelques secondes près...

À quelques secondes près.... Jamais l’homme sans doute n’aurait pu exister Sans tous ces mammifères qui se sont imposés  Sur notre planète quand ils disparurent  Tous ces grands dinosaures aux étranges parures. Jamais ces êtres immenses qui était partout N’auraient céder la place à quelques riens du tout Nos ancêtres n’étaient que de petits rongeurs  Discrets, tapis sous terre pour y cacher leur peur. Mais survint de l’espace une roche énorme  Une météorite telle que les cieux en forment Quelques... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 14:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 septembre 2019

Lignes de vie.

Lignes de vie. Une ligne de vie mais comment la tracer ? Peut être en ligne droite entre deux points tenue ? Entre naissance et mort par leurs dates données ? Comme flèche tirée ou bien corde tendue ? Je pourrai dessiner aussi des pointillés  Des moments de bonheur, entre eux espacés  Ou un trait sinueux, en courbes prononcées  Selon les hauts, les bas qui ont pu l’émailler. J’y ferai figurer des chemins de traverse  Des voies sans issue, des impasses superbes Des tas de chemins creux où la vie se... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 14:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 septembre 2019

Si petit et si grand

Si petit et si grand. A la fois si petit, en même temps si grand Si peu pour les autres, pour soi si important Combien écartelé entre ces sentiments N’être rien d’un côté, mais être tout pourtant ? Car si le monde existe, on le sait bien, sans nous C’est parce qu’on existe, que pour nous il est tout Nous n’avons de conscience, que parce que nous sommes Le réel n’a de sens pour nous, si nous n’en sommes. Les choses aussi n’existent, que parce qu’on les nomme Bien qu’elles soient peu nombreuses, comme œuvres des hommes ... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 11:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 septembre 2019

L’avenir.

L’avenir. Tout enfant qu’est-il donc, d’autre qu’un devenir ? Une cire vierge sur laquelle accueillir Ce qui fera de lui cette homme ou cette femme, Qui devra à son tour transmettre une flamme ? Nous ne sommes rien d’autre, que ce que l’on reçoit  Leçons et expériences, placées dans nos carquois. Si nous faisons plus tard, des flèches de ce bois À ceux qui nous élèvent, on sait ce que l’on doit. Nombreux ceux qui procréent et qui n’y sont pas prêts  Qui n’ont pas avec eux ces charges et ces bagages  Et... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 11:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 septembre 2019

A la recherche des cœurs perdus.

A la recherche des cœurs perdus...   J'ai longtemps dérivé, sur de lointains rivages J'ai laissé déraper mon cœur en maints passages Je tatouais alors mon corps et mon visage Sans doute pour cacher ma détresse et ma rage.   J'ai pendant bien des lustres erré de par le monde Oublié par des siècles d'une histoire de sang Dans des pays omis par les cartes et les ondes Où paraît-il encore vivent des innocents.   J'ai oublié les règles des civilisations J'étais là où ne règne aucune conversation Où les choses... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 10:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]