28 décembre 2015

Tout et rien

Rien nous ne sommes dans l'univers immenseRien au regard du temps, rien à celui de l'espacePour rien nous ne comptons dans ce palais des glacesRien nous ne sommes dans le cours de l'histoire. Tout, la vie est tout sur cette terreTout, les êtres vivants de la biosphèreTout, nous ferons tout pour la garderTout, ne nous lassons de la regarder. Rien, je ne suis rien dans cette fouleRien, je ne sais pas vers où je rouleRien, ma tête est vide, ma tête est souleRien, je ne sais pas vers où je coule. Tout, tu es pour moi tout ce qui... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 15:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 décembre 2015

Sur la terrasse

Dans l'air épais de cet espaceUn vieux ventilateur ne brasseDessous il y a sur la terrasseDes chaises une table pleine de crasse Nous sommes assis tous sur ces chaisesTous massés autour de la tableEt nous serions bien plus à l'aiseSi tu mettais cartes sur table. Dans cet espace qui nous sépareJe ne sais ce qui se prépareNous sommes assis sur la terrasseDans l'air épais que rien ne brasse. Tu es arrivée hier parmi nousTu avais toi un air si douxIci personne n'a l'habitudeIci dans cette solitude. Sur la terrasse, dans cet espaceDans... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 15:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 décembre 2015

Sur arrêt

C'est au fond d'un parc une vieille bâtisseElle est entourée de grands arbres tristesquelques vieux volets sont un peu cassésBien des tuiles manquent, ne sont remplacées. Le temps est sur arrêt, la pendule est brisée Une jolie barrière en marque l'entréeLes restes d'un jardin se voient à ses piedsElle jadis fière de ses jolis attraits Elle était l'objet de forts beaux papiers. Si vous y entrez oh quelle surpriseTout y est intact, jusqu'aux moindres frises Le temps qui dehors à fait ses ravagesA l'intérieur a fait un court passage. ... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 15:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 décembre 2015

Mon amour tu es partie

Mon amour t'es partie depuis longtemps déjàJe ne sais toujours pas quand tu me reviendrasSais tu que ces jours sans toi peux tuer mon amourSais tu que ne plus te voir peux tuer mon espoir, Je vis dans le souvenir de nos tendres escapadesJe revois les soupirs doux échanges à VeniseJe revis les désirs de nos étreintes exquisesMais les traits de ton visage s'estompent chaque jourMais la douceur de tes mains manque à mes amours. Mon amour t'es partie depuis longtemps déjàJe ne sais toujours pas quand tu me reviendrasSais tu que ces... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 15:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 décembre 2015

Qui est ce ?

Je suis gras et repuL'argent ne compte plusLes plaintes de la rueJe ne les entends plus Qui suis je ? Je suis maigre et déçuJe marche les pieds nusLes plaintes des bourgeoisJe ne les comprend pas Qui suis je ? Je cherche, j'ai beaucoup luMes expériences ont pluMa science évolueMais on ne m'entend plus Qui suis je ? Du monde j'ai tout connuLa nature n'en peut plusJe veux en témoignerMais on ne m'a pas cru Qui suis je ? Je suis un beau parleurLes gens que j'ai émusIls m'ont toujours élu Je ne les comprend plus Qui suis je ? ... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 15:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 décembre 2015

Chanson d'amour

C'est le souffle du vent qui caresse ta robeC'est le soleil qui joue sur ta peau si vermeilleC'est le bruit de ton pas qui soudain se dérobeC'est ton rire qui glousse et toujours m'émerveille C'est quand tu dis ces mots qui chantent à mes oreillesC'est quand tu sautes haut, plus que les sauterellesC'est parce que tu es la, assise sous ton ombrellePlus belle que le chaud qui nous vient du soleil C'est pour nous tous autour que tu te bats sans trêveC'est par mille et un gestes que tu nourris mes rêvesC'est un peu de ton sang qui fait... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 12:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 décembre 2015

Roms

Une roue qui tourne à vide sur une carcasse de vélo Des moustiques qui pullulent sur de vieux bidons plein d’eau Une tôle qui gémit au courant d’air qui la plie Un chien qui fourre sa truffe dans de vieilles hardes salies   Un hangar près d’une gare, où rodent des ombres hagardes Une musique dissonante qui s’élève du ghetto Et un pied qui se balance et qui fait des ronds dans l’eau C’est là que vivent les roms, de bien pauvres bohémiens. Refrain Toute une vie sur les routes et à présent perdus Ce monde est trop dur,... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 15:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 décembre 2015

Sous le pont neuf

Un deux trois, je frappe sur mes doigts Quatre cinq six, parce que j’ai froid Sept huit neuf, là sous le pont neuf Dix onze douze, Y a pas de pelouse   Un deux trois Il n’y a pas que moi Quatre cinq six, A y être assis Sept huit neuf Des jeunes et des veufs Dix onze douze Des femmes jalouses   Un deux trois Parfois on y croit Quatre cinq six A sortir d’ici Sept huit neuf Dans des habits neufs Dix onze douze Mais toujours la bouse   Un deux trois Donnez nous un toit Quatre cinq six, Ou un... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 15:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 décembre 2015

Des bleus, du blues

Essuie ces larmes, essuie ta lame si tu désarmes tu perds ton âme et pour finir des bleus à l’âme regarde le ciel il est si sombre   Encore des bleus, encore des peurs   tu ne vois plus même ton ombre et tu reçois des bleus en nombre Vide ton cœur, fais pas d’erreur essaie encore, chasse tes peurs   encore des bleus, encore des pleurs   Chante le blues et la tristesse en famille, entre amis, à la messe et tous ces bleus pris dans l’ivresse   ne seront plus qu’un voile dans la musique de ta... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 15:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 décembre 2015

Dédales

Des grains de sable, des murs instables Des fines lézardes entre les arbres Si sur les cartes tu te tables Tu heurteras tête contre marbre.   Tous ces sentiers qui mènent à rien Ces échappées en trompe l’œil, Ces solutions sans équations Et ces réponses sans les questions.   Ta route croise bien des destins Ton cœur emprunte des chemins Combien sont ceux qui mènent loin Combien sont ceux qui sont sans fin.   Tu perds le nord quand tu as tort Tu as raison contre les forts Combien sont ceux qui te... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 10:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]