23 avril 2017

Grand Nord

Grand Nord Il m'arrive souvent de m'en aller très loin La bas dans le grand Nord que je connais le moins Sinon par les écrits de ce cher ami Jack Qui m'ont tant fait rêver quand j'étais un morbac. Au milieu des sapins, sur des pistes enneigées Je pousse fort mes chiens pour mon traîneau tirer Ou alors je m'enfonce à hauteur de mollets Sur de vieilles raquettes qu'un indien m'a prêtées. Je brave la tempête un mouchoir sur le nez Et de grosses lunettes me protègent les yeux Je construis mon igloo quand la nuit va tomber La nuit est... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 08:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 avril 2017

Silence

Silence Combien dans le silence tant il est angoissant Quand il n'y a de réponses à ce que je ressens J'aimerai tant entendre une voie s'élever Pour me dire enfin où dois-je bien aller. Nous sommes sinon tous, du moins c'est la plupart Tournés les yeux au ciel comme si quelque part Se trouvait dans les cieux au milieu des nuées Un être qui pouvait enfin nous éclairer. On le prie, on s'incline, on lui fait des offrandes Toujours, toujours, aussi car on lui demande De guider mieux nos vies, ou de nous accorder Ce que la vie sur... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 18:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 avril 2017

Brandons

Brandons, charbons, tisons…. La poésie nous offre palette d’expressions Pour la même scène plein d'interprétations Je prendrai pour exemple la braise du foyer Qui peut tout simplement timide y rougeoyer. Mais on peut l’évoquer comme charbons ardents Sur lesquels peut danser un homme impatient Ou faire appel parfois aux tisons enflammés Pour souligner le feu qui peut alors gronder Que dites-vous aussi des brandons qui rougeoient Pour créer une ambiance tranquille entre soi Ou alors des éclats de ces rubis de feu Pour habiller... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 17:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 avril 2017

Sirène

Sirène La vague est venue doucement, paresseuse Lécher les pieds du corps étendu sur la grève Soulever ses cheveux, humecter ses lèvres Le corps n'a tressailli de cette dormeuse. La mer a rejeté de nuit la sirène D'où vient cette femme que le sort amène ? Les embruns sur sa peau ont déposé du sel Qui renvoie des reflets comme d'un arc-en-ciel. Le soleil a séché la peau sur son visage Révélant par endroit d'étranges tatouages Elle est quasi nue et sans aucun corsage Sur la vague elle remue comme un poisson qui nage. Les heures... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 17:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 avril 2017

Dans une éternité

Dans une éternité Ha s'en aller voler Vers l'éternel été Voir glisser sous ses ailes Paysages de rêve Ha emmêler ses ailes Avec celles des anges Et comme des mésanges Chanter avec gaieté Empruntez mes amis Cette voie de vos rêves Écoutez tous unis Cette voix vous élève, Allons vers ces sommets Qu'on dit inaccessibles Le temps renouvelé Sera donc notre cible Dans une éternité De joies recommencées Nos vies inépuisables Pourront y jubiler Ha s'en aller planer Au dessus des nuées Pour ne plus voir ce monde De laideurs... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 16:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 avril 2017

Dans la roche

Dans la roche J'écrirai sur la roche gravés avec ma sueur Les nombreux reproches qui agitent mon cœur J'écrirai sur la roche à l'encre de mes pleurs Cette fin qui approche avec tous ses malheurs J'inscrirai dans la roche de mes larmes de sang Combien la fin est proche nous en sommes inconscients Je graverai la roche de mes doigts impuissants Pour que les mots s'accrochent et narguent les puissants Des dessins sur la roche comme font ceux d'antan Même s’ils sont moches ils parlent bien aux gens Des formes dans la roche qui sont... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 16:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 avril 2017

Jours tranquilles

Jours tranquilles Ce sont des jours tranquilles que rien ne vient troubler Sauf la petite musique qui vient de l'annoncer Sur la radio ouverte, qu’alors j'écoutais Qui égrène les pertes que des méchants ont fait. De tous temps dans le monde des drames, des malheurs Se sont passés ainsi qui frappaient à toute heure Dans villes où provinces d'où ne nous parvenaient Que rarement nouvelles pour tant nous effrayer. Aujourd'hui nous savons presque en temps réel Le moindre événement partout sur la planète Et cette litanie des horreurs... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 16:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 avril 2017

Tourbillon

Tourbillon Sous l'empire du rêve la vie est une fête Hélas il n'y a de trêve elle n'est pas parfaite Quand elle nous enlève nos rêves qui s'entêtent Mais bon dieu que sa sève nous fait tourner la tête ! Sous le sceau de nos songes la vie est un mensonge La réalité ronge nos espoirs et nous plonge Nous sommes des éponges et la douleur nous ronge Mais Dieu qu'on la prolonge voilà à quoi l'on songe. Sous le flot des fantasmes, la vie est bien fantasque En dépit de ses miasmes, la voilà qu'on l'attaque On y connaît des spasmes... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 16:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 avril 2017

Dur combat

C'était un dur combat Partout on y voyait à même la terre Des jonchées de cadavres, par pelletées entières Tout le sang répandu en imbibait les sols Et formait une boue qui vous collait aux grolles. Planait sur tout le champ cette odeur de mort Que connaissaient si bien les survivants d'alors Les rares rescapés des batailles d'avant Ceux qui avaient eu la chance de rester vivant. Déjà s'agglutinaient sur les chairs déchirées Des nuages de mouche par charognes attirées Quelques gémissements s'élevaient ça et là Les rares... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 16:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 avril 2017

Le temple oublié

Le temple oublié Le silence des pierres en est assourdissant L'absence de prières à vous glacer les sangs Le sens de ces manières qu'ont perdues les passants Qui gardent une âme fière que c'en est agaçant. L'offrande est si rare que c'en est indécent Parfois on se demande ça en devient lassant Sera-ce aux calendes qu'on reçoit un présent Faudra-t-il qu'on se vende, le propos est blessant. Sous des voûtes si sombres que s'y perdent les ombres Sont gravées des histoires étranges et sans nombre Personne ne s'inquiète d'en... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 15:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]