21 septembre 2018

Les roseaux sont à terre.

  Les roseaux sont à terre. Où est la liberté dans un monde de normes Nous sommes les jouets que l’on veut économes  Charges d’exécuter juste les protocoles C’est ce que l’on apprend maintenant à l’école. Esclaves consentants nous jouons tous un rôle Qu’on nous a assigné même s’il n’est pas drôle  Surtout ne point penser, seulement appliquer Il faut suivre la règle ce n’est pas compliqué. Point besoin de mérites, juste se conformer Mettre en œuvre dociles, on est bien informés  Les seuls à être... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 08:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 septembre 2018

Là où elle nous emmène....

Là où elle nous emmène Venez, je vous emmène où jamais on ne va L’occasion est trop belle, alors n’hésitez pas Faites moi donc confiance vous n’en reviendrez pas L’expérience est unique, d’autre il n’y en a pas. Est-ce par ces paroles que la garce nous prend Je sais ce n’est pas drôle, mais à elle on se rend Faut-il qu’elle en ait de solides arguments Pour que tous on y cèdent depuis l’aube des temps ? Vous venez de franchir une première étape  Beaucoup d’autres attendent, personne n’y échappe  Venez, passez... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 07:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 septembre 2018

Le bonheur est cadeau

Le bonheur est cadeau. Si un jour le bonheur me murmure à l’oreille De lui faire confiance et de m’abandonner Tant d’autres m’ont promis des monts et des merveilles Et combien j’ai payé que d’avoir écouté ! Qu’ils étaient chamarrés et avaient belle allure Dans tous leurs mots coulaient miel et confitures Avec de grands sourires, tout ils vous promettaient Quand j’avais las cédé, point ne les revoyais. Le bonheur est cadeau et il n’exige rien Il vous ouvre ses bras et ce sont ses seuls liens Son aspect est très simple,... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 07:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 septembre 2018

La voie fatale, la voix fatale.

La voie fatale, la voix fatale. Je l’entends chaque jour qui souffle en tempête  Je la vois tous les jours se réjouir de ses fêtes  Je la sens un peu plus présente dans les têtes  J’ai l’effroi qu’un beau jour elle fasse ma conquête, Quand à bout d’arguments, c’est elle qu’on oppose Quand à court de raisons, c’est elle qui s’impose Quand il y a tant de gens qui plaideront sa cause Quand ça parait plus simple que des tonnes de prose, Partout et chaque jour elle gagne du terrain Nourrie et par nos peurs,... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 07:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
31 juillet 2018

Des bruits de grelots.

  Des bruits de grelots. Quand les larmes s’amarrent au port des souvenirs Ma mémoire y tangue aux vagues des soupirs Les embruns des regrets s’échouent là sur ma page Et mon encre accroche quelques anciens outrages. Quand mes pleurs font rideau sur les moments plus clairs Mon esprit vagabonde sur les traces mouillées  Des chagrins bien enfouis pour mieux les oublier Et ma plume s’égare en propos doux amers. Quand les rires s’accrochent à la queue des ballons Pour aller explorer mes plus secrets... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 17:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
31 juillet 2018

Juste une pièce.

Juste une pièce. Hier j’ai vu la lune dégringoler d’en haut J’ai bien cru un instant qu’on tirait le rideau Et que tout ça n’était qu’un très joli tableau Un décor simplement pour nous pauvres gogos. Puis j’ai vu le soleil si brusquement pâlir  Cet astre orgueilleux qui fait que nous mentir  Le grand éclairagiste n’a pas pu le tenir La grande illusion qui peut donc la trahir ? J’ai vu, je vous le jure, les étoiles à leur tour Faire comme une pluie de lumières autour Qui donc a secoué le ciel noir comme un... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 17:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

31 juillet 2018

La reine de la nuit

La reine de la nuit. J’irai par tous chemins chercher où tu te trouves Car aucun parchemin ne sait où tu roucoules Je sais qu’il n’est devin qui veut que l’on découvre  Que tu tiens dans tes mains le secret de la houle. Pendant bien des années j’ai sillonné le monde En ne pensant qu’à toi ce à chaque seconde Tout ce que j’en retiens d’avoir fait cette ronde Oui tu te caches bien mais ma quête est profonde. Les yeux toujours baissé afin de te guetter Attentif aux reflets qu’on m’a dit tu laissais J’ai gratté bien... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 17:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
31 juillet 2018

Envahisseuse.

  Envahisseuse. Elle s’invite toujours quand on ne l’attendait Mais on l’entend très fort à la porte frapper Alors elle envahit sans rien nous demander Ce logis qui est à nous pour bien s’y installer. On en est tout d’abord tout à fait stupéfait  Se disant mais enfin qu’est-ce donc que j’ai fait ? Pour mériter ce sort et la voir s’imposer Puis on fait des efforts pour s’en débarrasser. Mais la garce est coriace et sait nous rappeler Que l’on est vulnérable, malgré tous nos grands airs Elle frappe là où on... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 17:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 juillet 2018

Trop fort.

Trop fort. Je ne suis pas né c’est vrai aujourd’hui Je ne suis pas né de la dernière pluie J’ai essuyé voyez déjà bien des orages J’ai été trempé de bien d’accès de rage Je ne suis pas tout neuf à l’aube de ce jour Il est bien vieux cet oeuf d’où suis venu au jour  Ça ferait pas un bœuf, ça n’est même un scoop Je ne suis qu’un vieux veuf mais j’ai le vent en poupe, Je connais bien des jeunes qui n’ont grand chose à dire Faudrait qu’ils aient vécu mais ce n’est pas le pire Ils n’ont d’autre ambition que de coincer... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 09:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 juillet 2018

Tant de cris.

  Tant de cris. Écoutez tous ces cris qui résonnent sur terre Cris de joie, cris d’amour ou de colère amère  Cris aussi de victoire aussi cris de détresse  Jamais ils ne se taisent, non jamais ils ne cessent. Car tous les hommes crient et ce dès qu’ils sont nés, Quand cela a du prix, il leur faut le clamer Parfois le cri est clair, il est même éclatant Parfois plus assourdi, presque un gémissement. Entendez tous ces cris, comme ils font tumulte Quand les hommes souffrent ou qu’entre eux ils luttent ... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 08:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]