12 juillet 2018

Empreintes.

  Empreintes. Mais quel courant les porte ces mots qui viennent à moi Quelle énergie les roule jusqu’au bout de mes doigts ? Étaient-ils là dans l’air pour que je les attrape Comme sont des raisins qui pendent dans les grappes ? Mais de quelle prison les aurai-je sortis J’espère en tout cas, pas de leur paradis Car je ne sais au vrai s’ils aiment être posés Sur une page blanche ou s’ils aiment voler. Je préfère penser qu’ils n’y laissent que trace Qu’une empreinte volée, repartent dans l’espace Qu’ils ne font... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 09:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 juillet 2018

En son absence.

En son absence Fraîche et colorée comme l’inflorescence  Qu’arbore fièrement la tige en renaissance Forte et décidée comme la fulgurance D’une idée qui jaillit en pleine effervescence, C’est en pleine lumière qu’alors elle avance Animée c’est inné d’une entière confiance Elle n’a pas encore reçue en confidence Les conseils que pourra apporter l’expérience. Elle semble solide du moins en apparence Sa faiblesse cachée est dans sa transparence Elle n’a, affichée, comme toute défense  Que toute la justice qui... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 08:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 juin 2018

Partage.

Partage. C’est à longueur de page que moi je me répand Cela ne prouve en rien que j’ai quelque talent Car des gens qui écrivent, il y en a tant et tant Pourquoi alors me lire, quand tous manquent de temps. Certes je pourrai dire que c’est d’abord pour moi Que chaque jour je crache ces mots qui sont en moi Ce ne serait honnête, si c’est pour me parler Les mots sont dans ma tête et y restent cachés. A voir comme je guette l’écho que me renvoient Les gens qui me lisent, c’est pourquoi je me dois Au vrai de reconnaître... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 13:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 juin 2018

Délivrance.

  Délivrance. Une envie aujourd’hui à nouveau me tenaille Je la sens remuer au fond de mes entrailles Et secouer ses chaînes comme autant de sonnailles  Elle me crie très fort, remets toi au travail ! Ça ne m’est un travail que d’épancher des phrases Elles jaillissent de moi dès que je suis en phase Lorsque j’ai un moment où rien ne vient troubler Les reflets du miroir où gisent mes pensées. C’est moi que je libère quand elles ont libre cours Que les sons, les images sont enfin de retour Qu’elles vivent sur... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 21:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 juin 2018

L’enfant prodigue.

  L’enfant prodigue. J’ai tant craint savez-vous de la perdre à jamais De ne plus dans ses bras, non plus me retrouver Qu’elle m’ait oublié, inconstant serviteur Qu’elle se soit fâchée de me sentir ailleurs. Ah, si elle savait combien elle m’a manqué  Combien je n’ai cessé à elle de penser A quel point j’étais mal, je me sentais frustré  A quel point j’avais mal de ne la retrouver. Cette peur que j’avais de n’être plus capable De produire des vers même assis à sa table Que les mots me deviennent comme... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 21:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 juin 2018

D’autres voyages et d’autres pages.

  D’autres voyages et d’autres pages. Y aurait-il danger à faire une pause Le poète au repos risque-t-il l’ankylose ? Je n’aurai de réponse pour calmer l’inquiétude  Qu’en me mettant moi même à nouveau à l’étude. Tout comme le sportif qui s’est mis au repos Il faudra m’échauffer sans forcer mon propos Faire tout doucement comme on fait ses gammes Inscrire quelques vers seulement au programme. Je reprends aujourd’hui seulement l’aventure Je vais me hasarder à roder l’écriture  Pardonnez-moi alors si... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 20:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 juin 2018

Les meilleurs et les pires

  Les meilleurs et les pires. Ah, ces mots qui s’accrochent comme des hameçons,  À tout ce qui en nous subsiste tout au fond,  À ces peurs innommables qui nous ont fait trembler,  Aux choses inavouables, à tout ce qu’on a fait, Ils entrent en résonance pour mieux les réveiller, Plus nos actes coupables ne peuvent sommeiller, Ils vont chercher en nous ce qu’on y a enfoui, Ils sont parfois ces choses devant lesquelles on fuit. Ils nous font oublier le meilleur de nous-mêmes, Qu'hier on susurrait... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 20:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 juin 2018

Toutes les pistes

Toutes pistes. Voyez ceux qui écrivent fascinés par l’horreur Qui sont même excellents pour dire la noirceur C’est vrai qu’elle nous attire, qu’on aime avoir peur Est-ce pour conjurer de nos vies le malheur ? D’autres plus se complaisent dans la légèreté  Le romantisme doux, l’amour échevelé  On aime avec eux de tout cela rêver  Car cela nous arrive d’aimer aussi pleurer. J’en connais dont l’humour inspire tous leurs textes A cela toute chose est pour eux un prétexte  On aime la gaieté qui par... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 10:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 juin 2018

Écoutilles.

Écoutilles. Qui sait ce qui parfois à ce point nous inspire Des poèmes bien sages ou bien de francs délires  Je ne saurai d’avance quant à moi vous le dire Tant que sur cette page je n’ai pas pu l’écrire. J’en connais qu’une image arrive à ouvrir Cette porte qui mène à leur envie d’écrire  Pour ma part c’est dans l’air que je fais ma moisson Des idées qui me viennent comme des papillons. J’ouvre grand mes oreilles comme autant d’écoutilles, Où je vais capturer tout ce qui y frétille  Qui va lécher ma... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 08:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 juin 2018

Lucioles.

  Lucioles Les vers sont des lucioles qui éclairent la nuit Quelles drôles de bestioles qui apprécient l’ennui Un jour comme elles brillent, viennent à toi sans bruit L’autre elles s’éparpillent ou demeurent sans vie. Je reste sans bouger dans un profond silence C’est pour mieux la guetter leur belle renaissance Je sens venir à moi comme en reconnaissance Les vers un peu timides qui reprennent confiance. Les vers sont comme nous parfois sont bien lunés  Vous les verrez alors la page enluminer Las lorsqu’ils... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 07:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]