Une chose curieuse.
Combien au fil des jours, pour nous de blessures
Avant celle au final, don de la camarde ?
Combien chanterons nous, à l’aimée d’aubades 
Espérant un sourire, qui enfin nous rassure ?
Qui nous dira jamais, quel acte de bravoure
Devra être accompli contre la solitude
Pour parvenir alors à la plénitude
Qui se vit pour beaucoup, seulement par l’amour ?
La vie pose questions plus qu’on imagine
Égratignant l’âme, de millions d’épines 
Elle offre des défis, cherche nos faiblesses.
Étonnant pourtant qu’on la trouve précieuse 
Restent en mémoire, ses seules caresses
La vie est avant tout, chose bien curieuse.
Pierre-Jean BOUTET
cambredaze.canalblog.com