Empreintes.
À chaque homme de vivre et laisser témoignage 
Pour tous ceux qui viendront dans la suite des âges 
Quelques pierres assemblées là où il a vécu 
Des images gravées, partout où il a pu.
Car si l’homme n’est rien au regard de l’immense
Cette infime fourmi, pourtant agit et pense
Comme s’il était tout, au moment où il vit
N’est-ce là être fou, que d’avoir cet esprit ?
Car si l’homme n’est rien lorsqu’il est isolé 
Sa multitude, elle, sait bien tout désoler 
Les champs, les rivières, les forêts et les mers
Où il sera passé, régnera un enfer.
Quelle est cette manie, de laisser son empreinte
Quand il serait plus juste de demeurer discret 
Cette envie de partout, marquer de son étreinte 
Sans éprouver jamais, le moindre des regrets ?
Quel est ce besoin d’affirmer sa présence 
De dire haut et fort, c’est là mon territoire ?
Mauvais comportement tout au long de l’histoire
Et bien tristes stigmates de sa folle existence !
Ce ne sont plus hélas, que quelques coups de dents
Que des pierres empilées, par quelque ancien artiste
Ce sont de grandes plaies, et des poisons violents
Tous ces affreux dégâts, que l’on suit à la piste.
Combien durera-t-il,qui sait, ce temps des hommes ?
Avant que leurs méfaits les effacent ou les gomment.
Las il en restera ces sombres témoignages 
Combien était douée, l’espèce pour le ravage !
Pierre-Jean BOUTET
cambredaze.canalblog.com