Ce matin 
Ce matin je me lève, j’ouvre les volets
Un air frais me surprend, tout chargé de rosée 
Ce contact agréable vient caresser ma peau, 
Atténue les stigmates d’une nuit de repos.
Dans le boîtier obscur qui était ma maison 
Je fais entrer le jour tout baigné de rayons 
Je tisse avec le monde alors de nouveaux liens
Quand je m’ouvre à lui, ainsi, tous les matins.
Je respire un grand coup dans le jour qui renaît 
Des effluves de foin montent jusqu’à mon nez
Dans les champs les andains sont bien alignés 
Ils seront très bientôt en balles engrangés.
La montagne est voilée par des nuages bas
Des rapaces là haut guettent leur proie déjà 
Les branches des sorbiers balancent au gré du vent
Je me tiens là debout, et sans un mot, j’attends.
L’heure qui va sonner au clocher de l’église 
Le signal du départ qu’un nouveau jour arrive
Un son qui me réveille et bien plus me dégrise 
Je sors enfin des limbes et je m’apprête à vivre.
Pierre-Jean BOUTET 
cambredaze.canalblog.com