De bon matin.
L’air est si frais de bon matin
Quand je m’en vais chercher le pain
Que je ne pense à mes chagrins
Que je respire et je suis bien
Un ciel si glacé qu’il est bleu
Qu’en faisant pour le pain la queue 
Je ne pense pas à mes maux
Dans les odeurs de croissant chaud.
Des gens très simples devant moi
Qui ont aussi bravé le froid
Je ne me sens plus aussi seul
Au milieu de toutes ces gueules.
Croûte dorée, comme il croustille 
Le pain que la dame me file
Rien que l’odeur m’émoustille 
Que c’est bon d’aller à la ville.
Plus tard devant la tasse de café 
Où la tartine je vais tremper
Mes idées noires envolées 
Rien ne vaut le p’tit déjeuner.
Pierre-Jean BOUTET