Entraves.
Sur le dos des serpents qui ondulent les rêves 
En battant fort leurs flancs des nuages m’élèvent 
Je chevauche au galop les élans frénétiques 
De fous emportements aux couleurs fantastiques.
J’échappe à ces miasmes sombres et délétères 
Qui engluent trop mes pas, lorsque je suis à terre
J’abandonne un moment les semelles de plomb 
Qui m’arriment à un sol où tout espoir se fond.
Accroché aux nageoires de monstres aquatiques 
En suivant le sillage de sous marins nautiques
Je m’enfonce tout au fond de ces fosses marines
Où vivent à ce qu’on dit des sirènes câlines.
J’échappe aux torpeurs sournoises et pressantes
Qui paralysent les idées de mon âme pesante 
Je laisse un moment ces terribles routines 
Qui étouffent mes joies sous leurs pâles mines.
Aux côtés de héros qui hantent les légendes 
Je brandis des épées qui tranchent et pourfendent 
Je combats pour le bien tous les monstres infâmes 
Pour les yeux et le cœur d’une princesse flamme.
Je me soustrais aux doutes lancinants et tenaces
Qui pèsent tous sur moi comme autant de menaces
Libéré un moment des banales entraves 
Qui brident mes envies et m’en font leur esclave.
Pierre-Jean BOUTET
cambredaze.canalblog.com