La bête 
Ce temps, c’est le problème, offre bien des sujets
Soulevant ma colère, contre qui m’insurger.
A tel point que ne sais où donner de la tête 
Pour aider mon prochain, ou bien tuer la bête.
J’en suis bien convaincu que la racine est là 
Que nos difficultés résultent bien de ça.
Elles ont commencé le jour maudit où l’homme
A usé de l’argent, et a aimé ses sommes.
Surgirent alors bien vite tous ses mauvais instincts
Cupidité vorace avec pouvoirs sans freins
Des inégalités sont nées, violences et guerres
Désir de posséder, a régné sur la terre.
Regardez bien en face et ôtez tous les filtres
L’argent est bien dans tout, et partout il s’infiltre
Comme un poison sournois, gâtant le cœur des hommes
En faisant des esclaves, aux mœurs peu économes.
Que peut alors l’amour contre ce dieu puissant
Que peut la poésie, contre l’économie ?
Le vrai est dans mes mots et l’argent qui nous ment
Un perfide serpent, source de nos ennuis.
Quel est le prix de l’air, des forêts des rivières
A quel taux se vendra, l’eau de nos océans ?
La terre est bradée quelle que soit nos prières 
L’amour comme l’entraide est-ce qu’aussi ça se vend ?
La guerre est perdue depuis déjà longtemps
Tous on est dépendant, de ce dieu qu’est l’argent
On a beau le maudire, ce qui est enrageant
C’est qu’on en a besoin demain et maintenant.
Pierre-Jean BOUTET
cambredaze.canalblog.com