Les couleurs de l’ordinaire.
J’ai pris ce matin un chemin 
Les cailloux roulaient sous mes pieds 
Levant les yeux vers le soleil 
Je l’ai vu à l’Est se lever.
Quand l’horizon s’est enflammé 
Au fond de moi j’ai ressenti
Naître comme une bouffée 
À la fois d’énergie et d’envie.
J’avais un poids sur les épaules 
Et le voilà évanoui 
J’ai endossé un nouveau rôle 
C’est de dire merci à la vie.
Il a suffit que mes deux pieds
Retrouvent le contact du sol
Et que ma tête un peu folle
Renoue un peu avec le ciel.
J’ai respiré un air nouveau 
Un air pourtant éternel 
J’avais au fond de mon cerveau
Un chant joyeux, odeur de miel.
Je suis rentré à la maison
J’y voyais bien plus clair 
Sous le pâle de la raison
La passion reprenait du nerf.
Sous les couleurs de l’ordinaire
Le bonheur avait pris pension.
Pierre-Jean BOUTET
cambredaze.canalblog.com