Exister.
Un filet d’eau perdu qui va vers l’océan 
Une goutte de pluie sur un désert de sable,
Une brise noyée dans le souffle du vent
Une feuille au bout d’une branche d’érable. 
Je ne suis guère plus que ces vies éphémères 
Je proviens et je vais dans le sein de la terre,
Inspiré un moment, un bien trop court instant
Par l’esprit dont découle, les mots que je vous tends.
Quand tout autour n’est que poussière d’étoile 
On naît, on est pris comme un ris dans la voile 
Une larme au seuil d’une pâle paupière 
Un rire qui s’égrène dans un rai de lumière. 
Je ne suis que le temps d’ouvrir la parenthèse 
De puiser un peu d’or dans le feu de la braise,
D’entrevoir fugitives des parcelles de joie
Qui filent comme fait la poudre entre mes doigts.
Un soupir dans la phrase d’une belle musique
Le laps d’un battement au cœur de l’univers,
Un pas comme en suspens d’une danse épique 
Un geste esquissé que l’on fait par erreur.
Je ne pèse grand chose dans la réalité 
Je ne compte pour rien non plus en vérité. 
Mais je sais que mes mots pourront eux exister
Au delà du clin d’œil que ma vie a duré.
Pierre-Jean BOUTET
cambredaze.canalblog.com