Moments partagés.
Je ne t’ai jamais dit, ces mots que tu attends
Non que je n’en sois sûr, mais c’est trop évident. 
J’ai peur qu’à te les dire, il n’y ait plus rien après 
Que tu te lasses alors, plus rien à espérer.
Se tenir en haleine, tout au bord du plaisir
Laisser monter en soi, la vague du désir. 
Ce sont là des moments, à nuls autres pareils
Quand on se tient si près, des rayons du soleil.
Je ne t’ai pas donné, cet enfant que tu veux
Je crains trop ce moment, où nous ne serons deux.
J’ai peur de partager, un amour exclusif
Ce pas est trop pour moi, et trop définitif.
Ne pas vouloir grandir, pour assumer ce rôle 
Ne croire en l’avenir, cette pensée est folle.
A trop se retenir, on en perd l’essentiel
La confiance en l’autre, le priver de son ciel.
Je t’ai enfin comprise, j’ai compris ma méprise 
À n’écouter que moi, sans entendre ta voix.
Je ne puis là rester, juste à regarder 
Un bonheur qui s’enfuit, que je n’ai su garder.
Alors je t’ai donné, tout ce que tu attendais
Et j’en ai éprouvé la joie inattendue.
De ce plaisir de l’autre, quand je me suis rendu
Qu’avais-je attendu, pour enfin m’amender ?
Les plaisirs égoïstes finissent par être tristes
Quand les joies partagées, demeurent sans mélange.
Il n’est pas nécessaire, non plus d’être des anges
Seulement de savoir que ces moments existent.
Pierre-Jean BOUTET
cambredaze.canalblog.com