14 juillet 2019

Ouvrir les yeux

Ouvrir les yeux. J’ai déposé mon coeur dans la coupe des lèvres  De celle qui a su faire monter ma fièvre J’ai dû rendre les armes et toute honte bue Lui donner en retour mon amour en tribut. J’ai tout abandonné de mes idées passées  Des pensées toutes faites, de mes vieux préjugés  La belle est en tous points à mes yeux si parfaite Qu’importe sa couleur, c’est pour moi une fête. On demeure aveugle derrière ses rideaux Ce n’est que lorsqu’ils tombent, qu’on reçoit en cadeau Comme une évidence et le bien... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 09:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 juillet 2019

La soif

La soif. J’ai essayé de fuir les terres de discorde De trouver l’harmonie d’un hasard qui s’accorde Avec des sentiments plus doux et généreux  Mais je n’ai sur la terre vraiment pas trouvé mieux Que le havre offert par tes deux bras ouverts Qui viennent enlacer celui qui a souffert Qui a désespéré de connaître un amour Qui n’exige rien d’autre que tendresse en retour. J’ai parcouru des terres hostiles et desséchées  Mais aussi des endroits plus beaux qu’un paradis Qu’importe le décor s’il n’est jamais... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 09:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 juillet 2019

Derniers feux

  Derniers feux. Le dernier air chanté  D’où sera-t-il émis  Est-ce d’un cœur meurtri D’un cœur désespéré ? Où aura-t-il surgi D’un cœur émerveillé  D’une aube qui renaît  Comme un signe de vie ? Les derniers mots d’amour  Seront-ils pour ce mort Dans les tous derniers jours Pour les tous derniers corps ? Ou seront-ils lancés  Comme un cri de regret Pour ce monde mourant Qui fut si beau avant ? Le tout dernier regard  Qui donc le jettera Avec tout ces remords Attachés... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 09:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 juillet 2019

Château de cartes

Château de cartes. Le monde est devenu un grand château de cartes Tout prêt à s’écrouler, dès qu’un pays s’écarte  Des strictes disciplines, imposées par tous ceux Qui mènent une danse et un jeu dangereux. Quand le monde, malade, sur ses jambes vacille Ils s’empressent alors, d’y mettre des béquilles  Pour quelques pas de plus, en direction du gouffre Qu’importe si déjà, tant de peuples en souffrent. La terre où l’on vit, chaque jour se dérègle  Puisqu’ils ne veulent pas, en respecter les règles  À... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 09:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 juillet 2019

Écho

  En écho à Elisabeth Réau et à son poème...   L'ORTIE A quoi me sert-il donc d'écrire ces poèmes, Etats d'âme d'un jour, sentiment d'un instant, Alors qu'en d'autres temps je serai toujours blême, Dévorée par les vers, le corps sanguinolent ? Que voudrais-je aujourd'hui de la vie qui me reste Si ce n'est perdurer et me sentir vivante, Eloigner pour toujours les affres de la peste, Me gaver de paroles aux couleurs émouvantes ? Je m'accroche à la vie, je compose des rimes, Je veux m'enraciner dans le... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 09:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 juillet 2019

Les limites du monde

  Les limites du monde Depuis quand sont ils donc assoupis de la sorte Au point de plus n’entendre que se ferment les portes ? Depuis quand sont-ils donc devenus aveugles  Au point de ne comprendre à quels point ils sont veulent ? Depuis quand sont-ils sourds à tous les cris d’alarme Au point de n’avoir peur ou de verser de larmes ? Les hommes sont ainsi leurs défauts sont les nôtres  Ils refusent de voir ce qui gêne et s’oppose. À leur seule ambition, à leur plus grande cause De posséder le monde, au... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 09:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 juillet 2019

Mon pays

Mon pays. La mer est leur pays, aux yeux de ces marins Qui voguent sur les eaux tous les soirs et matins La mer, les océans sont ce monde à eux Peuplé de leurs légendes, d’animaux fabuleux. Les airs sont un pays, aux yeux de ces volants Qui planent dans les airs, de l’aube au couchant Les vents et les courants sont un monde à eux Où là-haut dans les cieux sont peut être les dieux. Le sol est un pays, aux yeux des paysans Qui labourent leur champ dès le soleil levant Racines et cailloux peuplent leur monde à eux D’où... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 09:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 juillet 2019

A deux.

À deux. J’ai pris ta main, l’as-tu donnée  Si faute il y a, c’est pardonné Si c’est bien moi qui ai fait ce geste  C’est toi je crois, qui a fait le reste. Le premier pas n’en est pas un Ce n’est qu’une porte qu’on ouvre La question est bien pour chacun Où est la porte, où elle se trouve ? Le premier pas est une étape  Qui existe sur un chemin Celui qu’on prend un beau matin Lorsqu’un regard, soudain vous capte. Tout commence par un sourire Au bord des yeux, au bord des lèvres  Par chance la... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 09:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 juillet 2019

Échec !

  Échec. Le long de rives en fange des regards impavides Observent les épaves de ces gens qui se vident En soubresauts obscènes de leurs chairs trop livides Sans laisser après eux ne serait-ce qu’une ride. Dans leurs yeux où les ombres ne laissent qu’un trou noir Personne pour y voir une lueur d’espoir Ils sont là sur la rive lorsque tombe le soir Leurs visages sont froids et leurs os sont d’ivoire. Personne pour les voir ces témoins silencieux Quand c’est depuis toujours qu’ils observent les actes De ces... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 09:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 juillet 2019

Ouvert.

  Ouvert. Je suis de ces rêveurs, emportés dans leurs songes Qui voudraient voir le monde, libre de ces mensonges Quand chacun travestit trop sa réalité  Et s’empêcher de voir ce qu’il peut apporter. Je suis si amoureux, de la vie, des vivants Et si admiratif, lorsque je suis devant Un spectacle nature, tant il est émouvant  Point besoin pour cela, d’être un grand savant. Quand tout est vibration, faut être à l’unisson Des couleurs qui rayonnent et des vents qui frissonnent  Des éclairs qui... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 09:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]