Ouvrir les yeux.
J’ai déposé mon coeur dans la coupe des lèvres 
De celle qui a su faire monter ma fièvre
J’ai dû rendre les armes et toute honte bue
Lui donner en retour mon amour en tribut.
J’ai tout abandonné de mes idées passées 
Des pensées toutes faites, de mes vieux préjugés 
La belle est en tous points à mes yeux si parfaite
Qu’importe sa couleur, c’est pour moi une fête.
On demeure aveugle derrière ses rideaux
Ce n’est que lorsqu’ils tombent, qu’on reçoit en cadeau
Comme une évidence et le bien et le beau
Que l’on ne savait voir, pour quelques vilains mots.
Des mots si ordinaires, mais si chargés de haine
Différence, intolérance , racisme, inhumaine 
Quand la bouche et les yeux savent mener la danse
Ces mots perdent la force, qu’ont tous les fers de lance.
J’ai su ouvrir les yeux sur son beau sourire
Avec la forte envie d’avec elle vivre
Sans crainte d’affronter les regards hostiles
Que nous lancent encore, quelques pauvres imbéciles.
Pierre-Jean BOUTET
cambredaze.canalblog.com