Après nous...
Serons-nous les derniers, poètes ou artistes
À témoigner d’un monde qui part et nous attriste
À dire combien belles étaient toutes ces pistes
Où il nous conduisait comme un joyeux flûtiste ?
Dans ces temps à venir qui donc pour exhumer
Une belle sculpture, un tableau surprenant
Une mélodie troublante, un poème émouvant, 
Pour un ciel au couchant, une fleur, admirer ?
Combien donc dérisoires seront ces témoignages
S’il n’y a plus de vie et plus d’intelligence
Pour savoir qui nous fûmes et bien prendre conscience
Que nous aimions le beau, plus que nous n’étions sages.
Point de réponses hélas à toutes ces questions
Qui ne sont pour beaucoup, que pures hypothèses 
La plupart d’entre nous n’ont qu’une position
C’est de vivre au présent, qui déjà bien trop pèse.
Après nous le déluge, ce n’est hélas nouveau
Voilà une attitude, dont on sait ce qu’elle vaut
Elle semble la devise des dictateurs aveugles
Des peuples on le voit, moins courageux que veules.
Pierre-Jean BOUTET
cambredaze.canalblog.com