La couleur de l’encre.
L’encre à la couleur qu’on veut bien lui donner
Soit des larmes de brume pour les abandonnés 
Soit des gouttes de joie pour les coeurs amoureux
Soit des filets de sang, sous des regards furieux.
L’encre à la couleur de ces mots qu’elle trace
De nos propres émotions pour qu’elles ne s’effacent
De notre humeur du jour qui en elle prend place
Du monde tout autour, tant parfois il nous glace.
L’encre à la couleur de celui qui déchiffre 
Le sens qu’ont sur la page tous ces mots qui défilent 
Celui de ce sourire qui écartent les lèvres
Celui d’un cœur blessé, que la douleur soulève.
L’encre dont je me sers, je la veux sympathique
Même caméléon, pourquoi pas invisible,
Je voudrai qu’elle habille de couleurs harmoniques
Et ne soit qu’un écho, sur la corde sensible.
Pierre-Jean BOUTET
cambredaze.canalblog.com