Le temps de l’action
Et celui de la réflexion.
Quel temps est plus heureux que celui de l’action
Où se meurent les doutes autant que les questions ?
Tout tendu que l’on est, à vouloir très bien faire
Le monde se réduit, à cette chose à faire.
L’esprit est libéré, de tout ce qui l’encombre,
Car au cœur de l’action, ne planent plus les ombres,
Un avant, un après, il sont là les moments 
Où plus s’interroger, mais pas à cet instant.
Dans nos balbutiements, ceux de notre jeunesse
Apprendre et comprendre, de cela on ne cesse
Tournés bien entendu d’abord sur les promesses
Et sur la réussite, que déjà on caresse.
Mais au cœur de sa vie, on court après le temps 
Quand l’action envahit, du matin jusqu’au soir
Rares sont les parcelles, libres pour questionner
Le sens qu’a emprunté, notre pauvre existence.
Puis au soir de sa vie, quand les choses se calment
On vit un autre temps, que nombreux on réclame 
On sort de cette cage des contraintes imposées 
On goûte dans cet âge à de vraies libertés.
Aussi on s’interroge, sur tout ce sinon a fait
On dresse un bilan, de ses exploits passés 
En espérant conclure qu’on n’était à côté 
Et que ce temps perdu, n’a pas été gâché.
On regarde devant, alors ce qui attend
Dans les temps à venir, tous nos petits enfants
On n’a pas vu venir, tous ces sombres nuages
Aussi s’accumuler, tous ces mauvais présages 
On se sent responsables de n’avoir corrigé 
À temps autant d’erreurs, tant étions occupés 
À conduire nos vies, le nez dans le guidon
En n’ayant d’intérêt, que pour nos ambitions.
Pierre-Jean BOUTET
cambredaze.canalblog.com